Australie : un étudiant opposé au PCC menacé d’expulsion

Par Vision Times
Le 24/05/2020
L’université du Queensland abrite également l’Institut Confucius et a plus de « collaborations (….) avec la Chine que toute autre université dans le monde ». (Image : wikimedia /palg1305 / CC BY-SA)
L’université du Queensland a plus de « collaborations (….) avec la Chine que toute autre université dans le monde ». (Image : wikimedia /palg1305 / CC BY-SA)

Le 19 mai, le site d’information National Review, a rapporté que l’Université du Queensland en Australie a tenu une audience mercredi pour examiner s’il convenait d’expulser un étudiant qui avait protesté contre le Parti communiste chinois (PCC).

Agé de 20 ans, Drew Pavlou étudie la philosophie à l’université du Queensland. L’université précise sur son site web qu’elle a « plus de mobilité d’étudiants, de collaborations de recherche et de partenariats de commercialisation avec la Chine que toute autre université dans le monde ». 

L’université abrite l’Institut Confucius

Xu Jie, consul général de Chine à Brisbane, est également professeur adjoint à l’université du Queensland. Cette université abrite également l’Institut Confucius. Selon les responsables américains, l’Institut Confucius est l’une des nombreuses institutions financées par la Chine dans le monde qui sert de centre de propagande idéologique.

L’université du Queensland a accusé Drew Pavlou d’avoir nuit à la réputation de l’université en mars de cette année lorsqu’il a protesté devant l’Institut Confucius de l’université dans une combinaison de protection contre les substances nocives et qualifié l’Institut de « risque biologique » sur Facebook.

 

Drew Pavlou a critiqué le traitement réservé par la Chine aux Ouïgours et a déclaré qu’il avait soutenu les manifestations pro-démocratiques à Hong Kong. (Image : wikimedia / Drew Pavlou / CC BY-SA)
Drew Pavlou a critiqué le traitement réservé par la Chine aux Ouïgours
et a déclaré qu’il avait soutenu les manifestations pro-démocratiques
à Hong Kong. (Image : wikimedia / Drew Pavlou / CC BY-SA)
 

Drew Pavlou a critiqué le traitement réservé par la Chine aux Ouïgours et a déclaré qu’il avait soutenu les manifestations pro-démocratiques à Hong Kong et avait lui-même été battu par des agitateurs pro-Pékin.

L’Université du Queensland a des liens étroits avec la Chine

Dans une interview accordée au magazine en ligne Bitter Winter, Drew Pavlou a déclaré qu’il n’avait participé à aucune manifestation publique avant juillet 2019. Il a beaucoup appris des manifestations de la « campagne contre le projet de loi d’amendement des délinquants fugitifs » lors de son séjour à Hong Kong, c’est alors qu’il a appris le sort réservé aux Tibétains et aux Ouïgours.

En raison des relations entre l’université du Queensland et la Chine, ces sujets étaient tabous pendant son séjour à l’université. Tout en participant aux manifestations de Hong Kong, il a, lui aussi, organisé une petite manifestation. Au début, il n’y avait que 15 étudiants, et à la fin de la journée, il y en a eu 60.

Après avoir été attaquée par des personnalités pro-chinoises, l’université du Queensland, où il est basé, non seulement ne l’a pas soutenu, mais l’a mis en garde de ne pas participer aux manifestations contre le parti communiste chinois. A la question de savoir pourquoi les meilleures universités australiennes agissent ainsi, M. Pavlou a répondu que l’Université du Queensland avait des liens étroits avec la Chine et le Parti communiste chinois. C’est probablement l’université anglophone la plus accueillante pour les Chinois dans le monde... Plus important encore, l’université admet également que « les frais d’inscription des étudiants chinois représentent environ 20 % des revenus de l’université du Queensland ». En fin de compte, cela a beaucoup à voir avec l’argent.
 

Drew Pavlou trouve cette situation inhabituelle

Les avocats de l’université du Queensland ont menacé d’accuser Drew Pavlou d’outrage au tribunal, et requis une peine de trois ans de prison contre lui. L’université affirme que Drew Pavlou a harcelé d’autres étudiants et membres de la faculté.

La décision de l’Université du Queensland de le renvoyer ou non sera annoncée en juin. Drew Pavlou a déclaré qu’il n’était pas optimiste quant au résultat, car le système disciplinaire de l’université était dominé par les mêmes personnes qui l’avaient attaqué au départ. Toutefois, il affirme que ses avocats sont suffisamment déterminés pour porter l’affaire devant un tribunal civil s’il était renvoyé, et même faire appel devant la Cour suprême du Queensland si nécessaire. Drew Pavlou pense qu’un juge indépendant pourrait rendre un verdict juste.

Drew Pavlou a déclaré au Wall Street Journal : « Il est inhabituel qu’une université publique australienne menace d’emprisonnement des étudiants qui ont critiqué la Chine ». Clive Stuart, professeur à l’Université Charles Sturt de Canberra, a déclaré que cela pourrait être dû au fait que les liens entre l’université du Queensland et la Chine sont très profonds.

« Je pense qu’au fil des ans, les échelons supérieurs de l’université (du Queensland) ont été essentiellement formés par des agents du Parti communiste chinois qui pensent que leur objectif premier est de plaire à Pékin », a ajouté Clive Stuart.

Pendant la pandémie du coronavirus, l’influence de la Chine sur les campus universitaires américains a diminué. Au moins 25 universités américaines ont fermé leurs Instituts Confucius. Il existe actuellement une centaine d’instituts Confucius aux États-Unis. En 2019, le directeur du US Federal Bureau of Investigation, Christopher Wray, a déclaré que l’Institut Confucius « fournit une plate-forme pour diffuser la propagande du gouvernement chinois ou du PCC, encourager la censure et limiter le liberté universitaire ».


Traduit par Yao Xu avec la collaboration de Farida L.

Source : https://www.secretchina.com/news/b5/2020/05/20/933802.html