Le Parti communiste chinois prendra-il l’Australie ?

Le 09/06/2019
La Chine est connue pour racheter les législateurs australiens. (Image: pixabay / CC0 1.0)
La Chine est connue pour racheter les législateurs australiens. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Pékin cherche à contrôler ses alliés comme elle contrôle sa population - par le biais de promesses de prospérité et de stabilité. En Australie, on craint de plus en plus que la dépendance à l’égard de l’économie chinoise rende le pays soumis au gouvernement chinois.

Contrôler l’Australie


L’Australie a connu une longue période de croissance économique au cours des dernières décennies. Cela a été largement alimenté par son commerce avec la Chine. En 2017-2018, le commerce de l’Australie avec la Chine s’établissait à 194,6 milliards de dollars américains, soit plus que son commerce combiné avec les États-Unis et le Japon. Près de 30% des recettes d’exportation de l’Australie, soit 120 milliards de dollars américains, proviennent du charbon et du minerai de fer. Les services éducatifs rapportent plus de 32 milliards de dollars par an. La Chine est le principal consommateur des trois. Environ 30% de toutes les exportations vont en Chine.

En bref, l’économie australienne est aux mains des Chinois. Si Pékin décide qu’elle veut « punir » l’Australie d’avoir agi contre eux, il lui faut simplement restreindre les échanges commerciaux entre les nations et leur économie s’effondrera sous la pression. Le gouvernement australien en est conscient et tente d’agir contre l’ingérence de la Chine dans les affaires locales sans nuire au commerce bilatéral.

En Australie, Pékin a activement soutenu des candidats favorables à ses intérêts par le biais du Département du travail du Front unique. En 2018, un sénateur australien qui a accepté des dons de Pékin a été contraint de voter des lois qui interdisent aux gouvernements étrangers d’influencer les législateurs du pays. Malgré ces lois, la Chine étend son contrôle dans tous les domaines de la société australienne.

Plusieurs universitaires et écrivains critiques à l’égard de la Chine ont été confrontés à des boycotts et à des exclusions. Lorsque Clive Hamilton a cherché à publier son livre Silent Invasion : l’influence de la Chine en Australie, il a été surpris de constater que son éditeur avait annulé la publication du livre en raison des menaces potentielles des agents de Pékin.

« J’ai été choqué… je me suis senti trahi. Nous savions que c’était un sujet difficile. Nous savions que Pékin avait de puissants amis en Australie. Nous savions que le gouvernement chinois serait très critique à l’égard de ce livre et de moi-même. Bien sûr, c’était un réconfort d’avoir un éditeur vraiment bon et solide derrière moi, et tout à coup, je suis resté sur le champ de bataille, regardant par-dessus mon épaule, disant : " Où est mon soutien ?" » a-t-il déclaré à NPR.

Influence du Pacifique


Le gouvernement chinois ne veut pas seulement gérer l’Australie. Toutes les grandes îles du Pacifique ont reçu de généreuses contributions de Pékin, ce qui les rend redevables aux Chinois. Selon les estimations, Pékin a injecté 2,3 milliards de dollars dans la région entre 2006 et 2016: des pays tels que Vanuatu, les Îles Salomon et les Tonga ont obtenu des prêts à des conditions très favorables. Pris par le piège de la dette, la Chine sera en mesure de renforcer sa puissance militaire et économique dans la région.

Le gouvernement australien a compris cette tactique. Le Premier ministre Scott Morrison a l’intention de se rendre dans les Îles Salomon pour contrer l’influence chinoise. « La Chine est le principal partenaire commercial des Îles Salomon, ce qui exerce une pression supplémentaire sur les législateurs pour qu’ils changent d’allégeance », a déclaré Jonathan Pryke, directeur du programme des îles du Pacifique au groupe de réflexion Lowy Institute, au Japan Times.

L’intérêt de la Chine pour les Îles Salomon découle du fait que c’est l’un des rares pays au monde à reconnaître la souveraineté de Taiwan. Cependant, il est à craindre que cette reconnaissance ne soit bientôt rejetée car l’île cherche à développer des liens économiques plus étroits avec Pékin.