Press "Enter" to skip to content

Monde. Washington place sur liste noire des entreprises chinoises du secteur de l’informatique quantique

ACTUALITÉ > Monde

Le gouvernement américain a placé sur liste noire un certain nombre d’entreprises chinoises spécialisées dans l’informatique quantique et d’autres technologies avancées. Washington a fait valoir que ces entreprises constituent une menace pour les intérêts nationaux, car elles pourraient avoir accès à des technologies américaines pouvant profiter à l’armée chinoise.

Dans sa liste noire, publiée le 24 novembre, le ministère américain du commerce a ajouté 27 nouvelles entités provenant de quatre nations, notamment de la Chine et de son allié le Pakistan. Certaines de ces institutions joueraient un rôle essentiel dans le programme de missiles balistiques et les activités nucléaires du Pakistan.

La liste noire comprend les huit entreprises chinoises suivantes - Hangzhou Zhongke Microelectronics Co., Ltd ; Shanghai Quantum Tech Co., Ltd ; Hunan Goke Microelectronics ; Yunchip Microelectronics ; New H3C Semiconductor Technologies Co., Ltd ; Hefei National Laboratory for Physical Sciences at Microscale ; Xi’an Aerospace HuaxunTechnology ; et Quantum Tek Co.

Le ministère du commerce a déclaré qu’il existe un risque que l’Armée populaire de libération (APL) de la Chine accède à des technologies critiques telles que celles de contre- furtivité, de contre-sous-marine et de cryptage par l’intermédiaire d’entreprises chinoises. En restreignant les exportations vers ces entreprises, les « efforts de modernisation militaire » de la RPC seraient affectés négativement.

Seize entités et individus opérant en Chine et au Pakistan ont été ajoutés à la liste. Trois filiales d’une société chinoise du nom de Corad Technology Limited ont également été incluses, car elles sont soupçonnées de transférer des technologies de l’Occident vers la Corée du Nord et l’Iran. Une entité russe, l’Institut de physique et de technologie de Moscou, a également été ajoutée à la liste, car elle est impliquée dans la production de biens militaires destinés à un utilisateur final militaire.

« Les mesures prises aujourd’hui contribueront à empêcher le détournement de technologies américaines vers les progrès militaires de la RPC et de la Russie et vers des activités qui suscitent des inquiétudes en matière de non-prolifération, comme les activités nucléaires ou le programme de missiles balistiques non protégés du Pakistan. Le ministère du commerce s’est engagé à utiliser efficacement les contrôles à l’exportation pour protéger notre sécurité nationale », a déclaré la secrétaire d’État américaine au commerce, Gina M. Raimondo, dans un communiqué.

La Chine a exprimé son mécontentement face à la décision des États-Unis. La porte-parole du ministère chinois du commerce, Shu Jueting, a déclaré lors d’une conférence de presse que Pékin s’opposait fermement aux sanctions américaines. L’ambassade de Chine à Washington a accusé le gouvernement américain d’utiliser un « concept fourre-tout de sécurité nationale » et d’abuser du pouvoir de l’État pour « supprimer et restreindre » les entités chinoises par tous les moyens possibles.

Le porte-parole de l’ambassade, Liu Pengyu, a déclaré que les États-Unis devraient « suivre l’esprit » de la récente réunion virtuelle entre le dirigeant chinois Xi Jinping et le président américain Joe Biden. Il a demandé à Washington de « rencontrer la Chine à mi-chemin, au lieu d’aller plus loin sur la mauvaise voie ». Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que Pékin prendrait toutes les mesures nécessaires pour protéger les entreprises chinoises et se réservait le droit de prendre des contre-mesures contre les sanctions.

Certains experts ont soutenu la décision de Washington. « Il s’agit d’une mesure judicieuse et d’un rappel important de la portée et de l’ampleur des efforts déployés par la Chine pour réaliser des percées technologiques qui érodent la sécurité nationale des États-Unis », a déclaré au Financial Times, Martijn Rasser, un ancien fonctionnaire de la CIA qui dirige le programme de technologie et de sécurité nationale du groupe de réflexion Center for a New American Security (Centre pour une nouvelle sécurité américaine).

La liste noire du département du commerce intervient alors que les agences de renseignement américaines prennent des mesures proactives pour protéger les institutions du pays contre les menaces extérieures.

Le 22 octobre, le National Counterintelligence and Security Center - NCSC (Centre national de contre-espionnage et de sécurité) a lancé une campagne de sensibilisation pour instruire et avertir les organisations américaines impliquées dans les technologies critiques des dangers posés par les opérations d’espionnage étrangères. Il a accusé la Chine et la Russie, en particulier, de « chercher à voler ou à coopter les technologies américaines ».

Au cours des derniers mois, le NCSC a commencé à s’engager auprès de diverses entités de ces secteurs afin de leur fournir des informations sur les menaces que les États-nations font peser sur leurs organisations et sur les moyens d’atténuer les risques… « Nous prévoyons d’intensifier nos engagements et d’élargir notre portée à l’avenir. Notre objectif est de toucher le public le plus large possible », a déclaré Dean Boyd, directeur de la communication du NCSC, à The Epoch Times.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.