Press "Enter" to skip to content

Monde. À Washington, la Marche pour la Vie rassemble des milliers de manifestants pour la protection des enfants à naître

ACTUALITÉ > Monde

Des milliers de militants anti-avortement se sont retrouvés à Washington le 20 janvier pour la Marche pour la vie, la première depuis que la Cour suprême des États-Unis a annulé l’arrêt Roe v. Wade en juin dernier, après près d’un demi-siècle de légalisation de l’avortement aux États-Unis.

Les participants à la Marche se sont rassemblés pacifiquement sur le National Mall, où des militants ont prononcé des discours, après quoi les manifestants ont défilé dans les rues.

Certains militants arboraient des pancartes, indiquant : « C’est un enfant, pas un choix » ou « Je suis la génération post-Roe ».

À Washington, la Marche pour la Vie rassemble des milliers de manifestants pour la protection des enfants à naître
Des dizaines de milliers de personnes assistent au 50ème rassemblement annuel de la Marche pour la vie sur le National Mall à Washington, DC, le 20 janvier 2023. (Image : Capture d’écran / YouTube)
À Washington, la Marche pour la Vie rassemble des milliers de manifestants pour la protection des enfants à naître
Des personnes participent à la « Marche pour la vie » annuelle à Washington, DC, le 20 janvier 2023. (Image : Capture d’écran / YouTube)

S’exprimant lors du rassemblement, la présidente du March for Life Education and Defense Fund, Jeanne Mancini, a déclaré : « La Marche est un sombre rappel des millions de vies perdues en raison de l’avortement au cours des 50 dernières années », mais aussi « une célébration du chemin parcouru et de ce sur quoi nous devons, en tant que mouvement, concentrer nos efforts alors que nous entrons dans cette nouvelle ère de notre quête pour protéger la vie ».

Steve Scalise, le chef de la majorité de la Chambre des représentants, a également prononcé un discours, encourageant les Américains pro-vie à se concentrer sur « la mission » de protection des enfants à naître.

Un petit nombre de contre-manifestants se sont présentés à l’événement, portant des pancartes avec des slogans tels que « Interdiction de nos corps » ou « Je vais aider et encourager l’avortement ».

Le débat autour de l’avortement est une question sociale majeure qui reflète la profonde division politique entre les Américains. Le droit à l’interruption volontaire de grossesse a été défendu par la gauche américaine pendant des décennies, ce qui a suscité de vives réactions dans le camp conservateur et chez les croyants.

Les grandes religions du monde prônent la procréation comme une bénédiction et un devoir divin. La Bible enseigne à l’humanité « d’être féconde et de se multiplier », tandis que les Chinois de l’Antiquité considéraient que les gens avaient l’obligation d’engendrer et d’élever des enfants en l’honneur de leurs ancêtres et du ciel. En Asie de l’Est, un nouveau-né est traditionnellement considéré comme ayant un an au moment de sa naissance, tandis que la plupart des cultures considèrent les femmes enceintes comme étant « avec un enfant ».

Les partisans de l’avortement invoquent souvent les droits des femmes, la nécessité économique ou la surpopulation pour justifier sa légalisation. Certains soutiennent que la vie commence à la naissance, plutôt que dans l’utérus lorsqu’un ovule est fécondé par un spermatozoïde.

Un débat qui se poursuit

Le 22 janvier 1973, l’arrêt de la cour suprême Roe v. Wade, qui a fait date, a rendu le droit à l’avortement obligatoire dans les 50 États américains, cette décision a été renforcée dans des affaires ultérieures.

Le 24 juin 2022, la Cour suprême a statué à 5 contre 4 dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, estimant que l’avortement n’est pas un droit protégé par la Constitution des États-Unis, laissant la question à la discrétion des gouvernements des États.

De nombreux États républicains ont adopté des lois restreignant ou interdisant l’avortement, tandis que certains États dirigés par des démocrates ont offert des protections juridiques plus explicites aux femmes souhaitant mettre fin à la vie de leur enfant à naître.

Dans une proclamation pour le 50ème anniversaire de Roe v. Wade, le président américain Joe Biden a critiqué l’arrêt de la Cour suprême de 2022, le qualifiant d’« extrême », affirmant que Roe v. Wade était une « décision équilibrée » et promettant d’utiliser ses pouvoirs présidentiels pour protéger l’avortement dans la mesure du possible.

Les législateurs républicains ont proposé des projets de loi visant à étendre les restrictions sur l’avortement et à retirer le financement des organisations qui facilitent l’interruption de grossesse.

À Washington, la Marche pour la Vie rassemble des milliers de manifestants pour la protection des enfants à naître
Des personnes assistent au 50ème rassemblement annuel de la Marche pour la vie devant la Cour suprême des États-Unis, le 20 janvier 2023 à Washington, DC. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Le jour du rassemblement, le 20 janvier, le représentant Lauren Boebert (R-CO) a proposé un projet de loi visant à placer un moratoire d’un an sur le financement fédéral de Planned Parenthood.

« Le plus grand organisme pro-avortement du pays n’a pas à recevoir l’argent des contribuables », a déclaré Lauren Boebert dans un communiqué de presse du 20 janvier. « Planned Parenthood prétend que ces fonds sont destinés aux soins de santé des femmes, mais l’année dernière, Planned Parenthood a pratiqué un nombre record d’avortements tout en réduisant le nombre d’examens de santé des femmes et de dépistages du cancer du sein. »

Les différences sexuelles biologiques considérées comme un gradient spectral

La question de savoir si l’avortement doit rester normalisé ou acceptable est au cœur des désaccords moraux et idéologiques qui existent dans une grande partie des pays développés et qui accompagnent l’érosion alarmante de la fertilité et de la cohésion familiale dans les pays industrialisés.

Pour la gauche progressiste, les restrictions à l’avortement font obstacle aux causes sociales égalitaires, telles que l’égalité juridique et culturelle des sexes. En outre, l’idéologie de gauche dominante cherche à effacer la division scientifique entre les hommes et les femmes, en considérant les différences sexuelles biologiques comme un gradient spectral plutôt que comme des catégories naturellement distinctes.

Ces évolutions idéologiques ont suscité une réflexion chez les conservateurs et les traditionalistes, dont beaucoup comprennent de plus en plus ces questions en termes de foi et de spiritualité, par opposition aux explications purement matérialistes ou séculaires.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann


Source : ’March for Life’ Rallies for Greater Protection of the Unborn in DC Parade

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.