Press "Enter" to skip to content

Monde. Une artiste de Shen Yun raconte sa vie misérable en Chine

ACTUALITÉ > Monde

La joueuse de pipa Yu Liang, de la compagnie Shen Yun Performing Arts, se souvient comment elle et sa famille ont été persécutées en Chine en raison de leur croyance. (Image : Shen Yun)
 

Yu Liang est une artiste de Shen Yun Performing Arts, une compagnie de danse classique chinoise basée à New-York, dont la vocation est de parcourir le monde pour faire découvrir la culture chinoise et dénoncer la brutalité du régime communiste chinois. Lorsqu’elle repense à sa vie en Chine, sous le régime communiste, Yu Liang se souvient qu’elle n’a été que souffrance et détresse. Le Parti communiste chinois (PCC) n’a eu de cesse de détruire sa vie et celle de sa famille.

Une vie misérable en Chine

Yu Liang se souvient d’un matin d’août 1999, quand sa mère l’a réveillée et lui a demandé si elle voulait pratiquer les exercices de Falun Dafa avec elle et d’autres pratiquantes. Yu Liang, alors âgée de quatre ans, n’était pas consciente du climat politique de l’époque. Le Parti communiste chinois venait juste de lancer sa campagne de persécution à l’encontre des pratiquants de Falun Gong (aussi appelé Falun Dafa), les accusant de propager une « superstition féodale » et les faisant passer pour fous. À cette époque, pratiquer les exercices au grand jour signifiait à coup sûr s’exposer à la persécution du régime communiste. Et c’est ce qui s’est produit.

Quelques minutes après avoir commencé l’exercice de méditation tranquille avec le groupe de pratiquantes, Yu Liang a soudainement ouvert les yeux en entendant toutes sortes de bruits autour d’elle. Elle alors assisté à une scène effrayante. Un essaim d’officiers de police et d’espions du PCC s’est dirigé vers elle. Ils ont emmené sa mère ainsi que toutes les participantes du groupe d’exercice, dans une fourgon. Yu Liang s’est retrouvée seule, ne comprenant pas ce qui venait de se passer. Sa mère est restée en détention pendant environ un an. Après sa libération, elle a adressé une pétition au gouvernement pour dénoncer les abus dont elle avait été victime. Cela n’a fait qu’aggraver la situation et elle a ensuite fait l’objet de plusieurs arrestations et détentions.

Yu Liang n’a pas revu sa mère pendant près de deux ans. À partir de 2001, elle a vécu seule avec son père. Elle demandait souvent à son père quand elle allait revoir sa mère. A chaque fois, son père lui chuchotait que sa maman reviendrait bientôt. Au fil des ans, Yu Liang a grandi, passant de l’école primaire à l’université et elle a été constamment harcelée pour son refus d’adhérer au parti communiste. À l’école, Yu Liang a également fait l’objet d’interrogations et d’intimidation. Ses parents ont été la cible systématique d’intimidation sur leur lieu de travail.

« Les nouvelles des compagnons de cultivation - ces oncles, tantes, papis, mamies, grands frères ou soeurs que je connaissais depuis toute petite - la façon dont ils étaient illégalement arrêtés, envoyés dans les camps de travaux forcés ou emprisonnés… cela semblait ne jamais s’arrêter. Chaque jour en Chine, je vivais dans la terreur profonde que ces moments cauchemardesques reviennent nous hanter. Je me demandais constamment si j’allais être la suivante. » a-t-elle confié à Shen Yun.

 

Lors de la tournée mondiale de Shen Yun, la joueuse de pipa Yu Liang retourne en pensée dans son pays la Chine, où le spectacle n’est pas autorisé à se produire. (Image : Shen Yun)
Lors de la tournée mondiale de Shen Yun, la joueuse de pipa Yu Liang retourne en pensée dans son pays la Chine, où le spectacle n’est pas autorisé à se produire. (Image : Shen Yun)
 

À L’âge adulte

En 2015, Yu Liang a décidé de quitter la Chine communiste. En tant que joueuse de pipa exceptionnelle, elle a finalement rejoint l’orchestre de Shen Yun. Lors de la tournée mondiale de Shen Yun, Yu Liang retourne en pensée dans son pays la Chine, où le spectacle n’est pas autorisé à se produire, car Pékin a interdit la compagnie Shen Yun dans le pays. Yu Liang considère que la brutalité du régime communiste a duré bien trop longtemps et qu’elle devrait désormais cesser.

Mais pour cela, Yu Liang devra peut-être attendre encore un peu, jusqu’à ce que les chinois du continent décident une fois pour toutes de mettre fin au régime communiste. Plus de 4 300 pratiquants de Falun Gong ont été officiellement tués par le régime chinois, et des milliers d’autres ont été emprisonnés et torturés. De nombreux pratiquants ont également fait l’objet de prélèvements d’organes forcés par le PCC.

Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : Shen Yun Pipa Player Recounts Horrors of Living in Communist China