Press "Enter" to skip to content

Monde. Soutien croissant en faveur de Taïwan

ACTUALITÉ > Monde

Lors de l’inauguration de son deuxième mandat de présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen a prononcé un discours d’investiture exposant ses projets pour la nation insulaire. (Image : 總統府 / flickr / CC BY 2.0) 
 

Lors de l’inauguration de son deuxième mandat de présidente de Taïwan Tsai Ing-wen a prononcé un discours d’investiture exposant ses projets pour la nation insulaire. L’un des aspects soulignés dans le discours est la création d’un comité d’amendement constitutionnel, ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention du parti communiste chinois (PCC).

Affirmer l’identité de Taïwan

Tsai Ing-Wen s’est engagée à optimiser les institutions gouvernementales au cours des quatre prochaines années de son mandat. « Notre Yuan législatif (appelé informellement Parlement) établira un comité d’amendement constitutionnel, ce qui nous donnera une plate-forme pour engager le dialogue et parvenir à un consensus sur les réformes constitutionnelles relatives aux systèmes de gouvernement et aux droits des citoyens. Ce processus démocratique permettra au système constitutionnel de progresser avec le  temps et de s’aligner sur les valeurs de la société taïwanaise », a-t-elle déclaré dans son discours, selon Focus Taiwan.

La présidente a proposé que l’âge du droit de vote soit ramené de 20 à 18 ans. Elle souhaite mettre en place un système afin que les citoyens puissent agir en tant que juges non professionnels devant les tribunaux et devenir des catalyseurs de la réforme judiciaire. Elle estime qu’une telle mesure éliminera toute méfiance entre les citoyens et le pouvoir judiciaire. Le Yuan exécutif (La branche exécutive du gouvernement de Taiwan), dirigé par la présidente elle-même, se penchera sur la réforme de la constitution et des institutions. Tsai Ing-Wen souhaite mettre en place, d’ici le mois d’août, une commission nationale des droits de l’homme qui, selon elle, fera des droits de l’homme l’éthique centrale de Taïwan.

Le Yuan exécutif, dirigé par la présidente elle-même, se penchera sur la réforme des institutions constitutionnelles.  (Image : 總統府 / flickr / CC BY 2.0 )
Le Yuan exécutif, dirigé par la présidente elle-même, se penchera sur la réforme des institutions constitutionnelles.  (Image : 總統府 / flickr / CC BY 2.0)
 

Les responsables chinois vont à coup sûr suivre de près les progrès du comité d’amendement constitutionnel, car ce comité aura le droit de modifier le statut national de Taïwan. Cela va évidemment exaspérer le PCC qui considère que Taïwan appartient à la Chine, indiquant même à plusieurs reprises qu’il pourrait lancer une invasion pour annexer le pays insulaire. Entre-temps, le parti d’opposition Kuomintang (KMT) a demandé à Tsai Ing-Wen de garantir que le comité d’amendement constitutionnel proposé ne sera pas utilisé pour modifier le statut national de Taïwan. Alors que le DPP (Parti démocrate progressiste) de Tsai Ing-Wen est connu pour sa ferme position pro-nationaliste, le KMT penche davantage vers Pékin et s’oppose à une identité taïwanaise indépendante.

Les relations entre Taïwan et les États-Unis joueront un rôle essentiel dans la détermination de la nation insulaire à obtenir son statut d’ État indépendant. Dans une interview accordée à la BBC en janvier dernier, Tsai Ing-Wen a mentionné qu’il n’était pas nécessaire d’annoncer officiellement l’indépendance de Taïwan puisque l’île est déjà administrée par son propre peuple. Du fait que les relations entre les États-Unis et la Chine sont appelées à davantage encore se détériorer à l’avenir, et que ces deux superpuissances se disputeront la première place au niveau mondial, l’Amérique cherchera à renforcer ses liens avec Taïwan. Un point important de la politique américaine consistera à aider Taïwan à affirmer son statut d’ État indépendant et à faire en sorte qu’il soit reconnu par les gouvernements du monde entier. Un Taïwan fort, associé au Japon et à la Corée du Sud, constituera un puissant moyen de dissuasion contre les projets de Pékin de dominer l’Asie de l’Est.

Le soutien du Japon

Après la prestation de serment de Tsai Ing-wen, un fonctionnaire japonais a déclaré que son pays se réjouissait de renforcer les liens avec la nation insulaire. Dans son livre bleu diplomatique, récemment publié, le Japon a classé Taïwan comme un « partenaire extrêmement important », ce qui représente une amélioration par rapport au statut de « partenaire essentiel » de l’année dernière. Le livre bleu a souligné le soutien du Japon à Taïwan pour l’obtention d’un statut d’observateur à l’Assemblée mondiale de la santé. Tsai Ing-wen bénéficie d’un large public d’admirateurs de bonne volonté au Japon qui souhaitent que leur pays entretienne d’excellentes relations avec Taïwan.

Tsai Ing-Wen compte beaucoup d’admirateurs au Japon. Elle a su gagner la confiance des Japonais qui souhaitent que leur pays maintienne d’excellentes relations avec Taïwan. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Tsai Ing-Wen compte beaucoup d’admirateurs au Japon. Elle a su gagner la confiance des Japonais qui souhaitent que leur pays maintienne d’excellentes relations avec Taïwan. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Deux membres du Bharatiya Janata Party (BJP), au pouvoir en Inde, ont également assisté à la cérémonie d’assermentation de Tsai Ing-wen. En 2016, lorsque Tsai Ing-wen a prêté serment en tant que présidente, le BJP avait annulé son projet d’envoyer des représentants pour ne pas affecter ses liens avec la Chine. Le support actuel des membres du BJP signifie que Taïwan a gagné le soutien d’un autre pays démocratique fort dans sa lutte contre le régime communiste.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.