Press "Enter" to skip to content

Monde. Selon Pékin, la rencontre virtuelle entre Xi Jinping et Joe Biden est propice à de meilleures relations

ACTUALITÉ > Monde

La première rencontre virtuelle entre le président américain Joe Biden et le leader chinois Xi Jinping a eu lieu lundi 15 novembre. L’échange, orienté sur des questions sensibles comme les relations bilatérales et les questions d’intérêt commun, a duré plus de trois heures.

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères de la République populaire de Chine (RPC), Zhao Lijian, a déclaré le 16 novembre que cette rencontre était « propice » au rétablissement des relations sino-américaines. L’image de la Chine et du Parti communiste (PCC) au pouvoir a été altérée suite à la guerre commerciale, à la pandémie de coronavirus et à d’autres revers diplomatiques
La Maison-Blanche a fixé de faibles attentes pour la réunion, , les hauts fonctionnaires affirmant qu’aucune avancée substantielle n’a été réalisée sur les questions clés.

Xi Jinping a débuté la réunion en saluant son homologue : « C’est la première fois que nous nous rencontrons virtuellement. Même si ce n’est pas aussi bien qu’une rencontre en face à face, je suis très heureux de voir mon vieil ami. »

« Je devrais peut-être commencer de manière plus formelle, bien que vous et moi n’ayons jamais été aussi formels l’un envers l’autre », a répondu Joe Biden, selon un rapport de Reuters.

Les deux dirigeants ont souligné la nécessité d’une coopération entre les deux pays. Cependant, ces deux superpuissances s’affrontent sur de nombreux sujets. Le Parti communiste chinois (PCC) fait l’objet de critiques de plus en plus virulentes pour sa politique agressive à l’égard de Taïwan, pour son intrusion en mer de Chine méridionale et son conflit avec l’Inde le long de la frontière himalayenne. De même Pékin continue de blâmer les États-Unis pour la pandémie de Coronavirus qui a débuté à Wuhan, dans le centre de la Chine. La Maison Blanche se montre de plus en plus prudente à l’égard des ambitions militaires du PCC, bien que soulignant que Joe Biden entend coopérer avec la Chine, et non à s’engager dans une nouvelle guerre froide.

« L’humanité vit dans un village global, et nous sommes confrontés ensemble à de multiples défis. La Chine et les États-Unis doivent accroître leur communication et leur coopération », a déclaré Xi Jinping à Joe Biden.

Joe Biden a dit qu’il espérait que Pékin pourrait respecter les « règles du jeu » dans les relations internationales. « C’est pourquoi nous pensons - et vous et moi en avons parlé - que tous les pays doivent respecter les mêmes règles établies et que les États-Unis défendront toujours leurs intérêts et leurs valeurs ainsi que ceux de leurs alliés et partenaires », a-t-il déclaré.

Le président américain a également appelé les deux parties à établir des « garde-fous de bon sens » … « pour faire en sorte que la concurrence entre nos pays ne dévie pas en conflit ».

Plus tôt dans l’année, Joe Biden avait nié être un « vieil ami » de Xi Jinping. Sous l’administration Obama, alors qu’il était vice-président, il avait déclaré avoir parcouru « 17 000 miles » avec Xi Jinping, qui était également à l’époque vice-président de la République populaire de Chine.

L’expression chinoise « vieil ami » a acquis une certaine notoriété à la fin du mois de novembre de l’année dernière, lorsque le professeur de la RPC, Di Dongsheng, a prononcé un discours dans lequel il se vantait des solides relations du PCC avec les politiciens et les hommes d’affaires américains.

« Au sommet du cercle central de pouvoir et d’influence de l’Amérique, nous avons nos vieux amis », a déclaré Di Dongsheng, ajoutant qu’il y avait beaucoup de « grandes affaires » à conclure à l’avenir.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.