Press "Enter" to skip to content

Monde. Les médias et l’industrie de la santé sapent la réouverture de la Journée de la liberté en Angleterre

ACTUALITÉ > Monde

Les médias anglais semblent se réjouir du maintien éventuel des mesures de confinement et des restrictions dans le pays à l’approche de la très attendue « Journée de la liberté » (Freedom Day) du 21 juin, qui devrait apparemment être reportée d’au moins un mois.

Dans un article publié le 12 juin par la BBC, citant des « sources » anonymes, la levée des mesures de confinement devrait être reportée de quatre semaines. Un « haut fonctionnaire du gouvernement » a déclaré au radiodiffuseur public que « le gouvernement envisageait des " options - au pluriel " pour la quatrième étape de la feuille de route de l’Angleterre. »

Si elle se déroulait comme prévu le 21 juin, la Journée de la liberté mettrait fin à toutes les restrictions imposées par le gouvernement.

Fin mai, le gouvernement Johnson a autorisé la réouverture des pubs, des restaurants, des hôtels et des cinémas, et a annulé l’obligation de porter un masque pour les écoliers.

Le Premier ministre Boris Johnson a toutefois mis en garde le public contre les dangers des contacts étroits avec les proches : « En fait, plus d’un an après le début de cette pandémie, nous savons tous que les contacts étroits, comme les étreintes, sont un moyen direct de transmettre cette maladie », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le Premier ministre a déclaré que « si vous pensez que c’est approprié », alors « vous devez faire preuve de prudence et de bon sens ». Boris Johnson a semblé sous-entendre que la « prudence et le bon sens » étaient liés au statut vaccinal d’un membre de la famille ou d’un proche, comme l’indique son commentaire suivant : « Il est clair qu’avec les personnes non vaccinées, il doit y avoir un plus grand risque de transmission qu’avec celles qui ont été vaccinées. »

La BBC a fait remarquer que des quotidiens comme le Times et le Sun avaient publié que les ministres britanniques « envisageaient ce report », ajoutant que la British Medical Association s’était jointe à d’autres responsables de la santé publique pour demander l’annulation de la Journée de la liberté.

Les responsables de la santé publique incluent des membres de groupes tels que l’Association des directeurs de la santé publique.

Entre-temps, un article du Guardian du 11 juin, intitulé Lifting Restrictions in England on 21 June (Levée des restrictions en Angleterre le 21 juin) What Are the Alternatives ?(Quelles sont les alternatives) sous le sous-titre « Push Ahead as Planned » (Aller de l’avant comme prévu) faisait le commentaire suivant : « Cela semble de plus en plus improbable, pour une raison très évidente : la propagation rapide de la variante Delta ».

Les commentaires éditoriaux du Guardian continuent d’expliquer pourquoi les lecteurs sont censé avoir peur de la variante Delta : « Détectée pour la première fois en Inde, elle serait environ 60 % plus transmissible que la variante Alpha, qui dominait auparavant. » Le journal affirme que les données de Public Health England (Santé Publique Angleterre) ont indiqué que « jusqu’à 96 % » des nouveaux tests PCR positifs sont des variantes Delta.

Attisant davantage les craintes, The Guardian a de nouveau écrit dans son éditorial que le variant Delta est « lié à un plus grand risque d’hospitalisation » et a déclaré qu’il y avait des « avertissements » de sources non divulguées selon lesquels « la poursuite des mesures de déconfinement serait susceptible d’entraîner une troisième vague de l’épidémie de coronavirus, potentiellement à une échelle similaire à celles observées auparavant ».

Et ce, malgré le fait que, selon le Guardian lui-même, plus de 40 millions des plus de 55 millions de citoyens anglais se sont soumis à au moins une dose de vaccin contre le SRAS-CoV-2.

Le 12 juin, un article de Politico Europe intitulé « Boris Johnson indique que la réouverture de l’Angleterre le 21 juin pourrait subir des retards » semble montrer que l’annulation de la Journée de la liberté a désormais l’aval officiel du Premier ministre, qui a cité les propos que Johnson avait tenus à Sky News lors du sommet du G7 : « Il est clair que la variante indienne est plus transmissible, et il est également vrai que les cas augmentent, et que les niveaux d’hospitalisation augmentent. »

Cependant, dans les commentaires cités par l’article, rien ne laisse entendre que Boris Johnson a affirmé que le 21 juin serait annulé. Les paroles citées sont : « Ce que nous voulons faire, c’est nous assurer que la feuille de route est irréversible, mais vous ne pouvez pas avoir une feuille de route irréversible si vous n’êtes pas prêt à être prudent » et « Je pense que tous nos téléspectateurs devraient être rassurés par ceci : la situation est radicalement différente de ce qu’elle était lors des deux premières vagues de la pandémie ».

L’article se terminait par le commentaire final de Boris Johnson : « Nous constatons une augmentation des hospitalisations, mais le contexte a radicalement changé en raison du nombre considérable de personnes qui ont été vaccinées. »

Une annonce officielle devrait être faite par le gouvernement Johnson ce lundi.

L’ancien chef du Parti conservateur britannique et député Sir Iain Duncan Smith a déclaré dès le 1er juin qu’il craignait qu’un groupe de scientifiques s’organise délibérément pour utiliser les médias afin de créer une pression publique pour faire annuler la Journée de la liberté dans des commentaires donnés à talkRADIO : « Cela ressemble à une poussée organisée par un groupe de scientifiques pour empêcher le 21 juin. »

Sir Lain Duncan Smith a qualifié la campagne de « vraiment coordonnée et tout à fait délibérée », ajoutant : « Ce que nous avons maintenant, c’est un groupe de scientifiques obsédés, obsédés par une seule question au détriment d’absolument tout le reste. »

Le député s’en est également pris à l’utilisation de la variante Delta comme excuse pour maintenir l’Angleterre sous un confinement perpétuel, « Il y aura de nouvelles variantes pour le reste de notre vie et au-delà. La grippe a une ou deux nouvelles variantes chaque année. C’est la notion ridicule que d’une certaine manière nous passons à zéro Covid, et nous serons bien pour le reste de notre vie. Cela n’arrivera pas. »

Dans ses commentaires, Sir Lain Duncan Smith a rappelé aux auditeurs que les confinements et les mesures n’étaient pas sans conséquences et produisaient un préjudice réel et matériel pour de nombreuses personnes et entreprises : « Si l’économie ne bouge pas, ce sont les plus pauvres de la société qui souffriront le plus. Ils seront incapables de s’en sortir parce que le régime de congé devra être fermé. »

« Il n’y a aucun facteur réel qui dit que nous ne devrions pas débloquer le 21 ».

« On nous a toujours dit que la caractéristique la plus importante de tout cela était de protéger les plus vulnérables, et nous avons maintenant administré une double dose à près de 50 % de la population, et cela englobe tous les plus vulnérables et le reste est soit beaucoup plus jeune, soit, pour une raison ou une autre, a choisi de ne pas recevoir le vaccin. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.