Press "Enter" to skip to content

Monde. Les Chinois d’outre-mer appelés à rejoindre le Front uni de Chine

ACTUALITÉ > Monde

Le Département du travail du Front uni (DTFU) cherche à influencer les Chinois vivant à l’étranger. ( Image : Capture d’écran / YouTube)
 

De nombreux Chinois quittent la Chine pour échapper au gouvernement communiste, dans l’espoir d’une vie meilleure à l’étranger. Mais l’influence croissante du Parti communiste chinois (PCC) brise ces espoirs, car le Parti parvient à s’immiscer dans la vie de ces personnes par l’intermédiaire du Département du travail du Front uni (DTFU), une organisation chargée d’atteindre les groupes d’intérêt chinois et les personnes d’origine chinoise vivant en dehors du continent.

Faire taire les critiques étrangères

L’objectif du Département du Travail du Front Uni est simple : mettre en contact les Chinois et les organisations du monde entier, les faire se soumettre aux objectifs du Parti et utiliser leur influence pour faire taire les critiques étrangères. À l’origine, le DTFU était composée d’intellectuels, de croyants, d’hommes d’affaires, d’anciens membres du KMT( Kuomintang), etc. Mais depuis peu, des influenceurs des réseaux sociaux, des personnalités célèbres de médias, des professionnels comme des avocats, etc, ont rejoint le DTFU.

Des représentants du DTFU courtisent activement les Chinois à l’étranger, essayant de les attirer par tous les moyens nécessaires. L’approche de ces représentants utilise le prétexte de « se faire des amis », ce qui signifie essentiellement aider le parti communiste à atteindre ses objectifs dans ce pays. Si quelqu’un n’est pas intéressé et demande qu’on le laisse tranquille, les représentants stoppent le scénario de « se faire des amis » et vont jusqu’à les menacer. Ces mesures sont monnaie courante à l’encontre des Chinois qui participent à des activités qui s’opposent aux intérêts du Parti, comme le soutien aux manifestations de Hong Kong, la promotion de la démocratie en Chine, etc.

Anastasia Lin pense que le Département du travail du Front uni du Parti communiste chinois peut être contré par la création d’un « front uni ». (Image : Wikipédia / CC BY-SA 3.0)
Anastasia Lin pense que le Département du travail du Front uni du
Parti communiste chinois peut être contré par la création d’un « front uni ».
(Image : Wikipédia / CC BY-SA 3.0)
 

Anastasia Lin, une actrice sino-canadienne de 30 ans, s’est exprimée contre les agissements du PCC, notamment contre les nombreuses violations des droits de l’homme. Les membres de sa famille ont été harcelés et traités d’« anti-Chinois ». Les autorités chinoises ont même interrogé un collègue d’affaire de l’entreprise familiale, chez lui. Anastasia Lin pense que la plupart des sino-canadiens sont totalement opposés à la tentative du Département du Travail du Front Uni,  de contrôler les groupes d’immigrants. Cependant, beaucoup d’entre eux n’ont pas le courage de s’exprimer, choisissant de souffrir en silence.

« Beaucoup de gens ressentent une forte colère contre le Parti communiste chinois, mais aussi une peur énorme... Après avoir remporté le titre de Miss Monde Canada, je tombais sur des Chinois dans les supermarchés de Scarborough. Ils venaient me voir et me disaient en secret, d’une voix très calme »,« ce que vous faites est courageux », a-t-elle déclaré à Global News. Anastasia Lin pense que le secret pour contrer la pression exercée par Pékin pour soutenir la cause du DTFU consiste à créer « nous-mêmes front uni » et à exposer les activités du parti.

Stockage de fournitures médicales pour le Covid-19

Le DTFU a récemment aidé le gouvernement chinois à constituer des stocks de fournitures médicales provenant essentiellement de l’étranger, en plein coeur de l’épidémie de Covid-19. À la mi-janvier, les consulats chinois du monde entier ont reçu pour instruction d’acquérir le plus grand nombre possible de fournitures de matériel de sécurité. En six semaines seulement, près de 2,5 milliards d’articles de matériel de sécurité permettant de lutter contre l’épidémie ont été envoyés en Chine, incluant plus de 2 milliards de masques. En conséquence, les pays d’où ces produits étaient exportés ont connu une pénurie d’articles indispensables au moment où ils en avaient le plus besoin.

Le DTFU a expédié vers la Chine des équipements de protection individuelle (EPI) venant d’autres pays à un moment critique pour ces autres pays.  (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Le DTFU a expédié vers la Chine des équipements de protection individuelle (EPI) venant d’autres pays à un moment critique pour ces autres pays.  (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

La Chine a non seulement caché au monde l’étendue de la pandémie, mais elle a également réussi à obtenir des fournitures médicales au prix le plus bas possible. Fin janvier, les secteurs militaires et industriels ont mis en garde les gouvernements occidentaux contre cette opération secrète de la Chine. Par le biais des réseaux du DTFU, Pékin avait fait appel à de nombreux Chinois d’outre-mer pour acheter et expédier des masques N95 « pour la mère patrie ». En Australie, les promoteurs immobiliers chinois ont envoyé plus de 82 tonnes d’équipements de protection individuelle (EPI) en Chine. Après que le gouvernement en ait eu vent, une interdiction d’exportation d’EPI a été mise en place.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.