Press "Enter" to skip to content

Monde. Le projet Dragonfly de Google inquiète toujours

ACTUALITÉ > Monde

Une nouvelle vague de manifestations a touché Google. (Image : Hebi B. / Pixabay)
 

Lorsque des informations sur le projet de Google nommé Dragonfly (« libellule » en français) ont été divulguées, les défenseurs de la liberté de l’Internet ont fortement protesté : Dragonfly aurait respecté les politiques de censure du Parti communiste chinois (PCC) et ainsi rendu la vie plus dure pour les citoyens du pays. Une nouvelle vague de manifestations a touché Google, les derniers rapports suggérant que la société pourrait encore travailler sur le projet.

Nouvelles manifestations

Sundar Pichai, PDG de Google, a déclaré lors d’une audience devant le Congrès américain que la société ne prévoyait pas de lancer un moteur de recherche conforme au PCC en Chine, « pour le moment ». Les médias mainstream ont également estimé que le projet était arrêté. Divers rapports basés sur des discussions avec des employés de Google semblaient également appuyer cette conclusion. Pourtant, rien n’a été officiellement confirmé par l’entreprise. Et c’est ce point qui a déclenché les manifestations actuelles.

Des défenseurs des droits de l’Internet et des groupes de défense des droits de l’homme représentant des Chinois, des Ouïghours et des Tibétains ont organisé des manifestations devant les bureaux de Google dans plusieurs pays. Ils exigent que Google confirme publiquement que Dragonfly a été fermé.

« L’une des préoccupations majeures à propos de Dragonfly est le fait que Google acceptera de partager les données des personnes qui effectuent des recherches, telles que le " Dalaï Lama ", les " droits de l’homme " ou la " démocratie " avec les autorités chinoises... Cela mettrait ces personnes dans un grave danger : risque dvarrestation, de disparition voir de torture - simplement pour avoir  recherché des informations », a déclaré à NBC News Mandie McKeown, de l’International Tibet Network, basé à Londres.

Les employés de Google s’inquiètent également pour Dragonfly. En décembre, confronté à l’énorme résistance des employés, Google a promis la création dvun nouveau groupe d’experts en éthique, experts juridiques, défenseurs des droits de l’homme, etc., chargé dvexaminer tous les projets Google à venir. Toutefois, la société a déclaré que « les problèmes les plus complexes et les plus difficiles » seraient laissés entre les mains de quelques cadres supérieurs. En tant que tels, les employés seront probablement laissés de côté lorsqu’il s’agira de projets controversés.

« C’est superficiel… Nous avons toujours besoin de plus de responsabilité, de transparence et d’une place à la table pour prendre les grandes décisions. Sinon, rien ne pourra empêcher des projets comme Dragonfly d’être traités à nouveau dans le futur », a déclaré un ingénieur de Google à The Intercept.

Impact de Dragonfly

Actuellement, le PCC renforce son contrôle sur la Chine, resserrant les règles de censure. En faisant plier Google à ses exigences, les communistes enverraient un message dangereux: l’autoritarisme et la censure fonctionnent, les entreprises occidentales sont toujours prêtes à nous aider pour cela.

« En tant que contrôleur du plus grand espace d’information numérique censuré au monde, la Chine donne l’exemple en matière de censure en ligne pour tous les autres régimes illibéraux. Le fait que Google semble vouloir entrer sur le marché à ces conditions pourrait envoyer un message inquiétant aux autres gouvernements du monde. Et en tant que l’une des plus grandes entreprises de technologie et de monopoles technologiques au monde, le compromis de Google crée également un précédent dangereux pour les autres entreprises de technologie », selon Columbia Journalism Review.

Google n’a pas encore fait de déclaration officielle indiquant si Dragonfly est toujours en cours ou a été abandonné définitivement.