Press "Enter" to skip to content

Monde. La Chine critiquée pour ses violations des droits de l’homme

ACTUALITÉ > Monde

L’ambassadeur allemand Christoph Heusgen s’est exprimé au nom de 39 pays, critiquant la Chine aux Nations unies. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

39 pays, conduits par l’Allemagne, ont critiqué la Chine aux Nations Unies pour ses violations des droits de l’homme à l’encontre des musulmans ouïghours et pour avoir compromis l’autonomie de Hong Kong. Le directeur des Nations unies, Louis Charbonneau, a admis que l’organisation doit créer un mécanisme international pour suivre et signaler les violations des droits commises par le régime chinois.

Les violations des droits de l’homme en Chine

« Nous appelons la Chine à respecter les droits de l’homme, en particulier les droits des personnes appartenant à des minorités religieuses et ethniques, notamment au Xinjiang et au Tibet... Il existe de sévères restrictions à la liberté de religion ou de croyance et aux libertés de mouvement, d’association et d’expression ainsi qu’à la culture ouïghoure... Une surveillance généralisée continue de cibler de manière disproportionnée les Ouïghours et d’autres minorités, et de plus en plus de rapports font état de travail forcé et de contrôle des naissances forcé, y compris la stérilisation », a déclaré l’ambassadeur allemand Christoph Heusgen au nom de 39 nations, selon un rapport de VOA News.

Christoph Heusgen a appelé la Chine à fermer les camps de détention où sont retenus les Ouïghours. Il a souligné que l’année dernière, seuls 23 pays s’étaient unis pour condamner la répression chinoise à l’encontre des ouïghours. Le fait que ce nombre soit passé à 39 indique que les pays du monde entier sont de plus en plus préoccupés par les politiques du régime chinois à l’égard des minorités. L’ambassadeur britannique en exercice auprès de l’ONU, Jonathan Allen, a appelé les autorités chinoises à autoriser la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, à « visiter le Xinjiang dès que possible » et à évaluer la situation ouïghoure en toute liberté. Il a également condamné la promulgation de la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong.

 

Selon Christoph Heusgen, les pays du monde entier sont de plus en plus préoccupés par la politique du régime chinois à l’égard des minorités. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Selon Christoph Heusgen, les pays du monde entier sont de plus en plus préoccupés par la politique du régime chinois à l’égard des minorités. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Bien que les États-Unis n’aient fait aucune déclaration officielle lors de la session de l’ONU, ils font partie des 39 pays qui ont émis la condamnation commune. L’ambassadeur chinois Zhang Jun a refusé d’aborder la question ouïghoure et a demandé aux États-Unis de « bien s’examiner » et de s’occuper de la discrimination raciale qui prévaut dans leur propre société. Zhang Jun a mis en avant la question du « Black Lives Matter issue » (mouvement social international, formé aux États-Unis en 2013, se consacrant à la lutte contre le racisme et la violence anti-noire), en soulignant que l’Amérique est confrontée à l’injustice raciale depuis des décennies.

La Chine a reçu le soutien de 50 nations, incluant la Corée du Nord, la Syrie, l’Iran, le Venezuela, etc. Divers rapports suggèrent que certains pays occidentaux ont subi des pressions pour ne pas rejoindre ces 39 nations.

Persécution religieuse

Ces derniers temps, le régime chinois a réprimé les groupes religieux avec encore plus de détermination. Les bouddhistes et les chrétiens ont été contraints de renoncer aux cérémonies lors de funérailles et de mariage. Un bouddhiste de la province du Liaoning a été arrêté pour avoir récité des mantras pour les défunts. Le gouvernement a envoyé 80 personnes pour démolir sa maison et confisquer tous les objets de culte qu’il possédait. En mai de cette année, les autorités chinoises ont infligé une amende aux membres d’une église pour avoir envoyé une chorale au mariage de l’un d’entre eux. L’église a été fermée pendant un mois.

 

Un bouddhiste de la province du Liaoning a été arrêté pour avoir récité des mantras pour les défunts. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Un bouddhiste de la province du Liaoning a été arrêté pour avoir récité des mantras pour les défunts. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Le gouvernement réduit également les allocations de subsistance accordées aux religieux. En mai, un homme de 70 ans a reçu l’ordre de jeter à l’eau ses publications chrétiennes. L’année dernière, il a été contraint de retirer les croix dans sa maison et de les remplacer par des portraits de Xi Jinping et de Mao Zedong. Les autorités ont menacé de lui retirer son statut de « pauvre », s’il était pris en train de participer à des rassemblements religieux.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : 39 Countries Criticize China for Its Human Rights Violations