Press "Enter" to skip to content

Monde. Journée mondiale des droits de l’homme : manifestation mondiale contre la Chine en soutien au Mouvement du papier blanc

ACTUALITÉ > Monde

Lors de la Journée mondiale des droits de l’homme, le 10 décembre, des personnes du monde entier ont brandi des livres blancs, en solidarité avec le « Mouvement des papiers blancs » lancé en Chine continentale pour protester contre les violations des droits de l’homme commises par le Parti communiste chinois (PCC). Selon les militants pro-démocratie de l’incident du 4 juin, les jeunes Chinois se sont réveillés après le Mouvement du papier blanc contre le contrôle des épidémies et ne reculeront plus.

Journée mondiale des droits de l’homme : manifestations mondiales en soutien au Mouvement du papier blanc

Des manifestations contre les violations des droits de l’homme commises par le Parti communiste chinois ont eu lieu, entre autres, à Londres, Istanbul, Seattle et Portland lors de la Journée mondiale des droits de l’homme, le 10 décembre. Devant l’ambassade de Chine à Londres, des manifestants ont tenu des livres blancs en écho au « Mouvement du papier blanc » contre la prévention et le contrôle des épidémies mis en place en Chine par le dirigeant, Xi Jinping.

La manifestation de Londres a été initiée par des étudiants chinois étudiant au Royaume-Uni : des représentants du groupe « China Deviants » (traduction provisoire). Plusieurs médias, dont l’International Asia News Service (ANI) de l’Inde et Radio Free Asia, ont rapporté que, pour la troisième semaine consécutive, une vague de manifestations a eu lieu devant l’ambassade de Chine à Londres, au Royaume-Uni, le 10 décembre. Des centaines de manifestants, dont des Tibétains, des Ouïghours et des Hongkongais, ont scandé des slogans tels que « Tibet libre », « Turkestan oriental libre » et « Hong Kong libre ». Ils ont également réclamé les droits des femmes et des journalistes.

Selon Radio Free Asia, la manifestation organisée cette année à Londres à l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’homme différait de celles des années précédentes, en ce sens qu’elle avait été lancée par des étudiants chinois au Royaume-Uni. Les représentants des China Deviants, qui ont appelé à la manifestation, ont déclaré que leur génération avait grandi sous le lavage de cerveau patriotique du Parti communiste chinois. On leur a longtemps refusé les valeurs individuelles et on leur a dit d’obéir à la collectivité. Mais maintenant, ils refusent de continuer à être une vis de la « machine d’État ». « Nous sommes des êtres humains, et nous voulons des droits de l’homme ».

Shao Jiang, l’un des leaders du mouvement de la place Tiananmen en Chine en 1989, a déclaré à Radio Free Asia que les slogans scandés par les jeunes pendant le Mouvement du papier blanc, y compris ceux de Shanghai et de Chengdu, étaient tous des droits de l’homme fondamentaux. Mais ces droits de l’homme ne sont pas pris en compte sous le régime communiste chinois, « Donc, je ne pense pas que les jeunes reviendront en arrière ». « La société civile surmontera ses craintes et grandira de plus en plus comme une boule de neige, et le mouvement ne s’éteindra pas ».

Des groupes australiens se sont réunis afin de condamner la tyrannie du PCC

Des groupes australiens se sont réunis à l’hôtel de ville de Sydney pour organiser un rassemblement à l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’homme, afin de condamner la tyrannie du Parti communiste chinois. Un porte-parole du rassemblement a déclaré que le PCC supprime les droits fondamentaux de l’homme depuis plus de 70 ans et a causé de graves dommages à des centaines de millions de Chinois innocents.

Chen Yonglin, ancien consul politique et premier secrétaire du consulat général de Chine à Sydney, a déclaré qu’il était heureux de voir que le peuple chinois se réveillait, en particulier la jeune génération, et descendait dans la rue pour que le gouvernement change sa politique du « zéro ».

« C’est le début du changement. Même quand l’épidémie sera terminée, les gens y penseront ». Il a déclaré que le peuple chinois ne comprend que maintenant ce que signifient les droits de l’homme.

« À l’origine, ils ne comprenaient pas. Lorsque les Ouïgours étaient persécutés, ils ne criaient pas, ils restaient silencieux. Lorsque le Falun Gong était persécuté, ils étaient silencieux. Maintenant, lorsque leurs libertés et leurs propres droits de l’homme sont violés, ils commencent à se réveiller, ils commencent à réfléchir. »

« Je crois que c’est un nouveau départ »

S’exprimant lors du rassemblement, Feng Chongyi, expert de la Chine et professeur associé à l’université de Technology Sydney, a déclaré que la « révolution du papier blanc » avait été une victoire progressive et que le PCC avait fait marche arrière, malgré les arrestations secrètes de nombreux manifestants.

Il convient de noter que plus de 100 Ouïghours ont également manifesté près du consulat chinois à Istanbul, en Turquie, lors de la Journée mondiale des droits de l’homme, le 10 décembre, pour protester contre les violations des droits de l’homme commises par le gouvernement communiste chinois à l’encontre des Ouïghours du Xinjiang.

Depuis 1950, l’Assemblée générale des Nations unies a désigné le 10 décembre de chaque année comme Journée internationale des droits de l’homme pour commémorer la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui a été adoptée par les Nations unies le 10 décembre 1948.

Rédacteur Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.