Press "Enter" to skip to content

Monde.  Le Japon annonce deux informations chocs sur l’avancée des relations Taïwan-Japon

ACTUALITÉ > Monde

Il y a quelques jours, le vice-président de la République de Chine (Taïwan) Lai Ching-te s’est rendu à Tokyo pour rendre hommage à Shinzo Abe. Le Japon a accéléré la délivrance d’un visa diplomatique à Lai Ching-te et l’a autorisé à se rendre au domicile de Shinzo Abe pour lui rendre hommage. Il s’agit d’un tournant dans le triangle des relations diplomatiques entre la Chine, le Japon et Taïwan. La vitesse à laquelle le gouvernement japonais prend le virage est sans précédent.

Le Japon néglige complètement les protestations de Pékin et poursuit la politique prônée par Shinzo Abe

Le 12 juillet dernier, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré lors d’une conférence de presse régulière à Pékin que Taïwan faisait partie de la Chine et qu’il n’existait pas de vice-président taïwanais. Le ministère chinois des affaires étrangères a également déclaré que l’Ambassade de Chine au Japon avait fait des « démarches sérieuses » auprès du gouvernement japonais concernant la présence de Lai Ching-te aux funérailles de l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe.

Dans une interview accordée à Voice of America, Xie Wensheng, expert des relations entre le Japon et la Chine et PDG de la Fondation culturelle et éducative Taïwan Oasis, a déclaré que le Parti libéral-démocrate (Japon) au pouvoir a non seulement obtenu la moitié des sièges lors des seules élections sénatoriales du 10 juillet, mais a également dépassé le seuil des 2/3 des sièges requis pour lancer un amendement constitutionnel.

D’après Xie Wensheng, ce chiffre constitue une reconnaissance par la société japonaise de la gouvernance du Premier ministre Fumio Kishida et une expression du désir du public de réaliser le dernier souhait de Shinzo Abe de promouvoir les amendements constitutionnels et la sécurité. La décision du gouvernement de délivrer un visa urgent permettant à Lai Ching-te de se rendre au Japon pour rendre hommage à Shinzo Abe a démontré la vision de Kishida sur « l’ère post-Abe ».

La mort subite de Shinzo Abe a privé la droite japonaise d’un acteur suffisamment important pour « faire face » au Parti communiste chinois (PCC), a déclaré Xie Wensheng, représentant de la République de Chine (Taïwan) au Japon. La visite de Lai Ching-te au Japon pour rendre hommage à Shinzo Abe montre que Fumio Kishida a choisi d’aller lui-même au combat contre le PCC. Cet arrangement a été réalisé par Fumio Kishida pour trois raisons.

Tout d’abord, il a déclaré à la faction conservatrice du Parti libéral-démocrate qu’il hériterait de l’héritage de Shinzo Abe et qu’il ne reculerait pas. Deuxièmement, Fumio Kishida a déclaré au parti communiste chinois que la position du Japon sur la stratégie indo-pacifique ne changerait pas en dépit du départ de Shinzo Abe, et a demandé au PCC de faire face et de traiter les relations entre les deux pays de manière rationnelle. Troisièmement, Fumio Kishida a déclaré à Taïwan qu’il garantissait que les relations entre Taïwan et le Japon ne s’affaibliraient pas.

Lin Quanzhong, directeur exécutif du Centre d’études japonaises de l’université de Wuhan, a déclaré à Voice of America : « Le 29 septembre marque le 50ème anniversaire de la normalisation des relations entre le Japon et la Chine. Le fait que Fumio Kishida ait pris cette décision dans un délai de deux mois seulement laisse présager qu’à l’avenir, même sans Shinzo Abe, la politique du Japon à l’égard du PCC restera la même " suivre les États-Unis et résister au Parti communiste chinois ". »

Le Japon va envoyer une délégation officielle à Taïwan fin juillet

Au moment où le PCC menaçait de faire de sérieuses démarches, une deuxième onde de choc a été lâchée par le Japon lorsque Xie Chang-ting a révélé sur Facebook, dans la soirée du 12 juillet, que sept membres de la Diète japonaise se rendraient à Taïwan à la fin du mois. Il a souligné que « le soutien de la Diète japonaise à Taïwan ne disparaîtra pas avec le décès de l’ancien Premier ministre Shinzo Abe ». Au contraire, davantage de législateurs qui apprécient la relation entre Taïwan et le Japon pour la protection de valeurs communes telles que la liberté et la démocratie rejoindront le camp, renforçant ainsi cette force.

Le ministère des affaires étrangères de Taïwan a également réagi à cette question, déclarant que Taïwan et le Japon ont entretenu des échanges de visites étroits au fil des ans, et qu’il est normal que les deux parties commencent des visites mutuelles à un moment où la Covid-19 ralentit et où les contrôles aux frontières sont progressivement assouplis. Le ministère des Affaires étrangères de Taïwan se réjouit de la visite d’une délégation de divers secteurs du Japon à Taïwan afin d’approfondir les relations réelles et amicales entre les deux parties dans divers domaines.

Le ministère des Affaires étrangères de Taïwan prend actuellement des dispositions concernant la composition de la délégation, ainsi que l’objectif et l’itinéraire de la visite, et les expliquera au public en temps voulu.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.