Press "Enter" to skip to content

Monde. Fumio Kishida, 100ème Premier ministre du Japon

ACTUALITÉ > Monde

L’ancien Ministre des Affaires étrangères du Japon, Fumio Kishida, a remporté l’élection à la présidence du Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir, le 29 septembre 2021 à Tokyo, Japon. Fumio Kishida a obtenu 257 voix lors du second tour d’un scrutin interne au PLD, contre 170 voix pour son adversaire Taro Kono, pourtant considéré comme plus populaire et censé avoir plus d’attrait auprès des jeunes électeurs. Taro Kono compte plus de 2,5 millions de followers sur Twitter.

La victoire de Fumio Kishida signifie qu’il est presque certain qu’il deviendra Premier ministre après la prochaine session parlementaire du 4 octobre, en raison de la majorité du PLD à l’assemblée législative.

Fumio Kishida est considéré comme un politicien modéré-libéral et on s’attend à ce qu’il dirige son parti un peu plus à gauche que son prédécesseur, Yoshihide Suga, qui ne s’est pas représenté après seulement un an de mandat.

Yoshihide Suga a annoncé le mois dernier qu’il ne se représenterait pas, alors que sa cote de popularité était en chute libre. Il craignait que la gestion de la pandémie de Covid-19 et la campagne électorale ne « divisent ses énergies » et a choisi de se concentrer sur la crise de Covid-19. Yoshihide Suga a lui-même succédé à Shinzo Abe, également membre du PLD, célèbre pour sa politique de droite et ses neuf années au pouvoir - la plus longue carrière d’un Premier ministre japonais.

Fumio Kishida est né dans le quartier de Shibuya, à Tokyo, et est issu d’une famille politique. Son père et son grand-père ont tous deux été membres de la Chambre basse et il est un parent éloigné de l’ancien Premier ministre Kiichi Miyazawa.

Fumio Kishida a été élu pour la première fois au Parlement en 1993 et a occupé le poste de Ministre des Affaires étrangères entre 2012 et 2017 sous la présidence de Shinzo Abe, qui a démissionné en 2020 en raison de sa santé défaillante.

L’une des principales réalisations de Fumio Kishida en tant que Ministre des Affaires étrangères a été de conclure un accord avec la Corée du Sud sur les « femmes de réconfort » - qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont été contraintes par l’armée japonaise à l’esclavage sexuel. Cette question reste à ce jour une impasse diplomatique entre les deux pays.

Les citoyens japonais surveilleront leur nouveau Premier ministre pour voir s’il est à l’écoute du public ou s’il est davantage influencé par la politique de pouvoir de son parti. Le mandat actuel de la Chambre des représentants du pays se terminant le 21 octobre, Fumio Kishida doit maintenir un taux d’approbation suffisamment élevé pour être élu lors du prochain scrutin national du 28 novembre.

Selon un rapport de Newsweek. les priorités de Fumio Kishida devraient rester « le renforcement des défenses du Japon, la préservation des liens économiques avec Pékin et le renforcement des liens de sécurité avec les États-Unis et des partenaires comme le groupe QUAD, qui comprend l’Australie et l’Inde »

Jeffery Hornung, expert japonais en sécurité, a déclaré au Washington Post « du point de vue de la sécurité et de la diplomatie, je ne pense pas que nous verrons beaucoup de changements ».

Yu Uchiyama, professeur de sciences politiques à l’université de Tokyo, a déclaré à Japan Today : « La question se pose de savoir si Fumio Kishida va séduire les électeurs lors des élections générales en tant que visage du parti, étant donné que Taro Kono a été beaucoup plus populaire. »

Selon un récent sondage de la chaîne japonaise Kyodo News, seuls 18,8 % des personnes interrogées ont choisi Fumio Kishida comme l’homme politique le plus apte à remplacer Yoshihide Suga au poste de Premier ministre, contre 31,9 % pour Taro Kono.

Les promesses faites par Fumio Kishida durant sa campagne incluent des mesures économiques d’une valeur de plusieurs dizaines de milliards de yens, pour stimuler la lutte contre la pandémie, ainsi que des aides financières pour les Japonais des classes inférieure et moyenne.

Toutefois, selon le professeur Masamichi Ida de l’université Meiji, les taux d’approbation au Japon reposent sur de solides performances économiques.

« C’est ainsi que le gouvernement de Shinzo Abe a pu se maintenir aussi longtemps », a déclaré cet expert en opinion publique et en analyse électorale, à Japan Today.

Quelles que soit les performances de Fumio Kishida, il est peu probable que le PLD perde sa position de « super majorité » à la Chambre des conseillers, l’organe législatif inférieur du Japon.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.