Press "Enter" to skip to content

Monde. Les fournisseurs d’Apple valident les camps de travail en Chine

ACTUALITÉ > Monde

Un rapport a révélé qu'au moins 82 marques mondiales bien connues dans les secteurs de la technologie, de l'habillement et de l'automobile ont eu recours au travail forcé des musulmans ouïghours détenus dans des camps de travail, dans leurs chaînes de production en Chine. Ces peuples minoritaires ont vu leur liberté personnelle restreinte en étant forcés de travailler dans des usines à travers le continent. L’enquête a également révélé que ces entreprises collaboraient avec le Parti communiste chinois (PCC) dans la violation des droits de l'homme tout en discriminant les minorités ethniques dans leurs pratiques d’embauche.

Selon un rapport de la société de medias numérique The Information du 8 juin, au moins sept fournisseurs d'Apple sont impliqués dans le recours au travail forcé, à savoir Advanced-Connectek, AcBel Polytech, Avary Holding, CN Innovations, Luxshare Precision Industry, Shenzhen Deren Electronic Co., et Suzhou Dongshan Precision Manufacturing Co. Ltd.

Ces entreprises, qui ont recours au travail forcé, indiquent dans leurs offres d'emploi en ligne qu'elles n'acceptent pas les candidatures des minorités ethniques en Chine. Par exemple, la société Biel Crystal, qui fabrique le verre des écrans pour iPhones, a indiqué dans une offre d'emploi publiée en avril qu'elle « n'accepte pas les candidatures de Tibétains, Ouïghours, Khui , Yi ou Dongxiang du Tibet ou du Xinjiang ».

Un autre fournisseur d'Apple en Chine du nom de Cathay Tat Ming, a indiqué dans son offre d'emploi qu'il n'acceptait que les candidatures de « minorités ethniques (à l'exception des Ouïghours) sans restrictions alimentaires ».

Cet abus de pouvoir fait écho à la persécution constante que subissent les minorités ethniques et des dissidents en Chine. Le fait de priver ces gens de l'opportunité de travailler et de les maintenir dans une situation sociale pauvre et passive, les contraint à se soumettre aux autorités.

Le 8 juin, le Congrès américain et le Comité de l'Administration pour la Chine (CECC) ont publié une déclaration commune appelant Apple à s'assurer que sa chaîne d'approvisionnement est exempte de « travail forcé » et à exclure les fournisseurs chinois participant au programme de « transfert de main-d'œuvre » du gouvernement chinois, qui impose le travail forcé aux détenus des camps de travail, en particulier ceux de la région du Xinjiang.

Dans cette déclaration commune, le sénateur Jeff Merkley (D-MA), président du comité du Congrès et de l'exécutif sur la Chine, et le représentant James P. McGovern (D-MA), coprésident du comité, ont déclaré : « Les preuves qui s'accumulent sont plus que troublantes. Malgré l’ assurance persistante d'Apple que ses chaînes d'approvisionnement sont exemptes de travail forcé, nous avons maintenant la preuve qu'elles sont entachées. »

En outre, un autre rapport de l'ASPI publié le mois dernier a noté que les taux de fécondité dans les comtés à prédominance de minorités ethniques ont chuté de 43,7 % entre 2017 et 2018, avec plus de 160 000 naissances en moins. En revanche, les comtés dominés par les Chinois Han ont accueilli légèrement plus de naissances.

Nathan Ruser, chercheur à l'ASPI et l'un des auteurs du rapport, a déclaré que cette baisse extrême de la fécondité est sans précédent depuis que les Nations unies ont commencé à recueillir des données sur la fécondité mondiale il y a 71 ans, dépassant les baisses de fécondité pendant la guerre civile syrienne et le génocide au Rwanda et au Cambodge.

En mars 2020, l'Australian Strategic Policy Institute (ASPI) a publié un rapport intitulé Uyghurs for Sale, qui révèle qu'au moins 82 marques internationales, dont Apple, BMW, Gap, Huawei, Nike, Samsung, Sony et Volkswagen, ont recours au travail forcé en Chine.

Malgré les dénégations répétées de Pékin concernant la persécution des droits de l'homme des minorités ethniques au Xinjiang et les affirmations selon lesquelles la région regorge d'une soi-disant « main d'œuvre excédentaire » ou « pauvre », le rapport cite de multiples sources et preuves que les travailleurs ouïghours détenus dans les camps de travail sont transportés dans des trains spéciaux vers des usines à travers la Chine, mis sous une gestion de « style militaire » et soumis à des années de travail forcé.

« En 2017, selon les médias d'État, 20 859 " travailleurs ruraux excédentaires " du Xinjiang ont été transférés pour travailler dans d'autres provinces. D'après l'analyse des données publiées par l'ASPI, on estime que 28 000 personnes ont été transférées pour travailler en 2018. En 2019, on estime que 32 000 personnes ont été transférées hors de la région », indique le rapport.

Les rapports officiels chinois révèlent également que l'autorité a non seulement suivi physiquement ces travailleurs, mais a également établi une base de données, élaborée par le département des ressources humaines et des affaires sociales du Xinjiang et maintenue par une équipe de 100 spécialistes situés au Xinjiang, conçue pour enregistrer les détails médicaux, idéologiques et d'emploi de chaque travailleur.

Pékin considère les Ouïghours comme des criminels

Pékin a affirmé que les Ouïghours orientés dans les camps de rééducation étaient des criminels et que l'objectif de ces camps était de les réintégrer dans la société. Toutefois, le rapport révèle que les travailleurs issus de minorités ethniques du Xinjiang qui ne sont pas connus pour être d'anciens détenus, peuvent également être contraints de travailler sous la menace d’une détention, de l'intimidation des membres de leur famille et d'une série de restrictions à leur liberté.

« La chaîne d'approvisionnement mondiale entachée qui résulte de ces pratiques signifie qu'il est désormais difficile de garantir que les produits fabriqués en Chine sont exempts de travail forcé », conclut le rapport.

« Le traitement des Ouïghours décrit dans les études de cas de ce rapport est en violation de la Constitution chinoise, qui interdit la discrimination fondée sur l'appartenance ethnique ou les croyances religieuses, ainsi que du droit international. »

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Apple’s Suppliers Use Forced Labor Uyghurs While Refusing to Hire Minorities, Report