Press "Enter" to skip to content

Monde. Les fonds spéculatifs américains réduisent leur exposition aux entreprises dépendant des revenus de la Chine communiste

ACTUALITÉ > Monde

Les fonds spéculatifs réduisent leur exposition aux entreprises américaines dépendant de la Chine communiste pour leurs activités. Il s’agit notamment de sociétés comme General Motors Co. et Las Vegas Sands Corp. selon l’unité de courtage de premier ordre de Goldman Sachs.

Les gestionnaires de fonds ont fui les entreprises américaines fortement exposées au marché chinois en réduisant leurs avoirs nets de près de 26 % au mois d’août dernier. Les entreprises qui comptaient sur le régime communiste pour s’approvisionner ont vu leur participation chuter de 17 % par rapport à l’année dernière.

Les fonds spéculatifs qui réduisent leur exposition aux entreprises américaines exposées à la Chine mettent en lumière des problèmes plus profonds. La dépendance à l’égard de la Chine communiste expose les entreprises américaines à l’éventualité de la fermeture d’un plus grand nombre de ports d’expédition ou à l’effondrement de l’économie nationale dans un avenir proche. Les actions de ces sociétés de fonds spéculatifs pourraient également être attribuées à une réaction « réflexe » au récent krach boursier, les actions chinoises cotées aux États-Unis ayant atteint des planchers records.

La plupart des experts de Wall Street ne s’attendaient pas à ce que les récentes politiques sévères du PCC à l’égard des entreprises chinoises, se traduisent par une menace pour le marché mondial. Pékin a pris des mesures sévères à l’encontre des entreprises technologiques chinoises et d’autres entreprises afin d’accroître son contrôle sur elles. Cela a effrayé les investisseurs. Les principaux stratèges de Goldman et JPMorgan Chase ont conseillé aux investisseurs de garder leur calme. Selon eux, la situation en Chine communiste n’est rien de plus qu’un problème local.

Il semble que les bénéficiaires de la répression de Pékin soient les entreprises technologiques américaines. Au cours des trois derniers mois, les sociétés américaines d’Internet et de logiciels ont battu tous les autres secteurs du S&P 500.

« Les États-Unis sont toujours une société fondée sur la loi, et selon la loi, celui qui a le plus de capital, qui a le plus de ressources, gagne généralement dans ce type de système juridique. En ce sens, les grandes entreprises technologiques y trouvent leur compte, ce qui leur confère une primauté. En Chine, ces entreprises technologiques n’ont aucun contrôle sur leur propre sort en termes d’environnement réglementaire ou juridique », a déclaré Zhiwei Ren, gestionnaire de portefeuille chez Penn Mutual Asset Management, à Bloomberg.

Chris Zaccarelli est le responsable des investissements chez Independent Advisor Alliance. Selon lui, les entreprises américaines opérant en Chine communiste sont confrontées à un risque considérable de réduction du potentiel de croissance et de renforcement de la surveillance réglementaire. Pour atténuer ces risques, les investisseurs devraient réduire leur exposition à ces entreprises.

Les fonds spéculatifs ont également réduit leurs positions dans les actions chinoises cotées aux États-Unis. Les documents 13F déposés par les fonds spéculatifs pour le deuxième trimestre montrent que le délestage de ces actions a effacé plus de 750 milliards de dollars de valeur marchande de ces sociétés. Tiger Global a réduit sa participation dans JD.com, Alibaba et TAL Education group. Soros Fund Management a quitté Tencent Music Entertainment Group, ainsi que Baidu. Appaloosa a réduit sa participation dans Alibaba et a quitté Baidu.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.