Press "Enter" to skip to content

Monde. Une étude révèle que la quasi-totalité de la chaîne de production de l’industrie automobile repose sur le travail forcé des Ouïghours en Chine

ACTUALITÉ > Monde

Un nouveau rapport récemment publié par l’Université Sheffield Hallam et intitulé Driving Force : automotive Supply Chains and Forced Labor in the Uyghur Region , révèle que la quasi-totalité de la chaîne de production de l’industrie automobile repose sur le travail forcé des Ouïghours dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang (XUAR).

Le rapport est le résultat d’une enquête de six mois menée par Laura T. Murphy, Kendryl Salcito, Yalkun Uluyol, Mia Rabkin et une équipe de chercheurs anonymes qui ont analysé des documents accessibles au public révélant « des liens massifs et croissants entre les marques automobiles occidentales et les abus commis contre les Ouïghours, dans tous les domaines, des autocollants de capot et des châssis de voiture aux boîtiers de moteur, en passant par les intérieurs et l’électronique ».

L’équipe de chercheurs a découvert que 96 entreprises « en rapport avec l’industrie automobile », qui exploitent et traitent des matières premières ou fabriquent des pièces, dont 38 ont « un engagement avéré dans des programmes de transfert de main-d’œuvre », étaient liées au travail forcé dans la région autonome du Xinjiang. En outre, le rapport affirme que plus de 100 fabricants internationaux d’automobiles et de pièces détachées risquent de s’approvisionner en produits faisant appel au travail forcé dans la région.

Toutes les grandes marques automobiles, dont Tesla, Volkswagen, BMW, Honda, Ford, GM, Mercedes-Benz, Toyota, Fiat, Chrysler, Dodge, Jeep et NIO, seraient concernées. La liste complète des entreprises est disponible ici.

Le rapport conclut que le risque le plus élevé provient « de l’acier et de l’aluminium utilisés pour fabriquer les châssis, les essieux, les carrosseries, les carters moteur, les roues et les freins des voitures ». Il explique que « les plus grands producteurs d’acier et d’aluminium du monde se sont installés dans la région ouïgoure grâce aux subventions et aux incitations du gouvernement chinois » et que « les pneus, les intérieurs, les pare-brise, les batteries et pratiquement toutes les autres pièces importantes sont également concernés. »

Acier, aluminium, électronique, et autres

La production d’acier, d’aluminium, de cuivre, de nickel, de batteries, d’électronique, de pneus et d’autres pièces automobiles est liée au travail forcé dans la région autonome du Xinjiang.

L’acier, par exemple, constitue environ 60 % d’une voiture et le plus grand fournisseur d’acier au monde, l’entreprise publique China Baowu, est également le plus grand producteur d’acier de la région autonome du Xinjiang.

« Les  travailleurs ouïghours transférés ont marché pendant des heures vers les mines et les usines de Baowu pendant les confinements dus au Covid, puis ont été mis en quarantaine sur place dans des logements insalubres pour continuer à produire de l’acier », peut-on lire dans le rapport.

La région produit également environ un dixième de l’aluminium mondial, soit 6,6 millions de tonnes par an. La région produit plus d’aluminium que l’Inde, la Russie, le Canada « ou tout autre grand producteur d’aluminium en dehors de la Chine ».

« Les travailleurs ouïghours transférés travaillent directement dans les salles de fusion étouffantes et dangereuses ainsi que dans les usines dangereuses de fabrication d’anodes de carbone. Les transferts de main-d’œuvre dans les fonderies d’aluminium ont été documentés récemment, en 2022 », révèle le rapport.

Le travail forcé dans la région est soupçonné d’être utilisé pour produire des batteries pour les véhicules traditionnels et électriques. La Chine traite environ 60 % du lithium mondial utilisé principalement pour produire des batteries de véhicules électriques et un pourcentage croissant du raffinage du lithium est en cours dans la région autonome du Xinjiang.

Xinjiang Asia-Europe Rare Metal est le plus grand producteur de lithium dans la région ouïghoure et est documenté comme ayant reçu des travailleurs « assignés » depuis au moins 2017. « Ses partenaires comprennent des fournisseurs en amont des plus grands producteurs de batteries lithium-ion du monde », indique le rapport.

Une grande partie de l’électronique utilisée dans la fabrication des automobiles est également remontée jusqu’à la région ouïghoure. On a constaté que le travail forcé était utilisé pour produire des cartes de circuits imprimés, des systèmes de contrôle central, des systèmes de contrôle de sécurité, des écrans tactiles, des transformateurs, des inducteurs, des connecteurs et des solutions de câblage pour l’industrie automobile.

Près de 60 entreprises automobiles, dont des marques de luxe comme Aston Martin, Audi, BMW, Mercedes-Benz, Ferrari et Rolls Royce, ont été identifiées comme bénéficiant du travail forcé dans la région pour la production de composants électroniques.

Un problème qui touche toute l’industrie

« Nous avons recherché les clients des entreprises qui exploitent, traitent et fabriquent des produits destinés à l’industrie automobile et qui ont eu recours au travail forcé dans la région ouïgoure. Les résultats sont surprenants : pratiquement tous les grands constructeurs automobiles traditionnels et de véhicules électriques sont exposés au travail forcé dans la région ouïgoure », affirme le rapport.

Les chercheurs illustrent minutieusement comment des centaines d’entreprises en aval de la région ouïghoure forment des chaînes d’approvisionnement qui dépendent du travail forcé en provenance de la région XUAR.

Les auteurs du rapport recommandent aux gouvernements et aux législateurs « de promulguer et de mettre en œuvre des lois obligatoires sur le devoir de diligence en matière de droits de l’homme et de veiller à ce que ces lois obligent les entreprises à prendre en compte les risques liés aux droits de l’homme au-delà des fournisseurs de premier rang, en reconnaissant que les abus peuvent facilement être éloignés des fournisseurs directs dans le cadre de systèmes économiques contrôlés par l’État ».

Le rapport recommande aussi aux gouvernements de mettre en œuvre des interdictions d’importation liées au travail forcé et d’identifier le secteur automobile comme une priorité pour la mise en œuvre d’interdictions d’importation liées au travail forcé.

Pour les entreprises automobiles, le rapport indique que « les entreprises automobiles devraient travailler individuellement et collectivement pour réaliser ou commander leur propre cartographie de la chaîne d’approvisionnement et l’analyse de l’extraction et du traitement des matières premières et de la fabrication de pièces dans la région autonome du Xinjiang ».

Le rapport recommande en outre que l’industrie automobile dans son ensemble collabore pour cesser de s’approvisionner en produits extraits, fabriqués, en tout ou en partie, dans la région ouïgoure.

Il recommande aussi que les constructeurs automobiles adhèrent aux principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme et que les constructeurs rendent publiquement compte « des résultats des liens entre la chaîne d’approvisionnement et la région ouïghoure afin de faciliter la connaissance des risques liés à la chaîne d’approvisionnement dans l’ensemble de l’industrie automobile et des industries ayant des chaînes d’approvisionnement connexes ».

Les chercheurs admettent que « la réparation des préjudices à l’intérieur de la Chine est impossible à l’heure actuelle » et recommandent en outre que les constructeurs automobiles collaborent avec les industries des matières premières pour mettre en œuvre des réparations en faveur des « Ouïghours et autres populations minorisées de la diaspora qui s’efforcent de lutter contre l’oppression et l’exploitation dans la région ouïghoure. »

Une étude révèle que la quasi-totalité de la chaîne de production de l’industrie automobile repose sur le travail forcé des Ouïghours en Chine
Environ un million de Ouïghours et d’autres minorités majoritairement musulmanes seraient détenus dans des camps d’internement au Xinjiang. La Chine n’a donné aucun chiffre et décrit les installations comme des « centres d’éducation professionnelle » visant à éloigner les gens de l’extrémisme. (Image : Capture d’écran / YouTube)

La réaction de la Chine

Le gouvernement communiste chinois a rejeté l’idée que le travail forcé existe au Xinjiang, accusant les États-Unis d’inventer cette revendication pour entraver la croissance de la Chine.

Selon VOA News, le porte-parole de l’ambassade chinoise, Liu Pengyu, a déclaré : « comme la partie chinoise l’a souligné à maintes reprises, l’allégation de " travail forcé " au Xinjiang n’est rien d’autre qu’un mensonge du siècle. Le ’travail forcé’ au Xinjiang est un mensonge délibérément inventé et diffusé par les États-Unis pour exclure la Chine des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. »

Il a ajouté : « les États-Unis pratiquent l’unilatéralisme et le protectionnisme, sapant gravement les principes du marché et violant les règles (de l’Organisation mondiale du commerce). L’approche américaine n’est pas propice à l’atténuation de l’inflation mondiale et à la reprise de l’économie mondiale. La Chine prendra les mesures nécessaires pour sauvegarder la souveraineté nationale, la sécurité et les intérêts de développement, et protégera résolument les droits et intérêts légitimes des peuples de tous les groupes ethniques de la région.»

Contester les affirmations du gouvernement chinois

De nombreux rapports provenant de sources diverses contestent les affirmations du gouvernement chinois.

Selon un rapport publié en août 2022 par Tomoya Obokata, rapporteur spécial des Nations unies sur les formes contemporaines d’esclavage, le travail forcé des Ouïghours, des Kazakhs et d’autres groupes ethniques est pratiqué dans la région autonome du Xinjiang et au Tibet.

Tomoya Obokata explique que la Chine a mis en place deux systèmes mandatés par l’État pour soumettre les gens au travail forcé, notamment un système par le biais de centres de formation professionnelle où « les minorités sont détenues et soumises à des placements professionnels » et une méthode de « réduction de la pauvreté par le transfert de main-d’œuvre » qui transfère les travailleurs « dans des emplois du secteur secondaire ou tertiaire ».

Dans un autre rapport, publié par le ministère américain du Travail et intitulé Against Their Will : the Situation in Xinjiang, les auteurs déclarent qu’il existe de nombreux « abus graves et bien documentés, généralisés » et que le monde doit rester « vigilant en ce qui concerne la main-d’œuvre et les biens liés au Xinjiang. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : New Report Alleges Nearly Every Major Auto Manufacturer Exploits Forced Labor in China’s Uyghur Region

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.