Press "Enter" to skip to content

Monde. Des entreprises de défense américaines en pourparlers pour vendre des hélicoptères et des drones au Vietnam 

ACTUALITÉ > Monde

Des entreprises de défense américaine ont abordé la question de la fourniture de matériel militaire au Vietnam, y compris des hélicoptères et des drones, lors de discussions avec de hauts responsables du gouvernement, selon Reuters, un nouveau signe que le pays pourrait réduire sa dépendance aux armes russes.

Les entreprises Lockheed Martin, Boeing, Raytheon, Textron et IM Systems Group ont rencontré les responsables en marge du premier salon de l’armement à grande échelle du pays la semaine dernière, selon le US-ASEAN Business Council, l’organisme industriel qui a organisé les réunions.

Une source présente lors des discussions a déclaré qu’elles impliquaient le ministère de la sécurité publique et le ministère de la défense nationale.

Ces discussions préliminaires, qui ne déboucheront peut-être sur aucun accord, interviennent alors que le Vietnam cherche de nouveaux fournisseurs et que le conflit en Ukraine met à rude épreuve les capacités de la Russie, principal partenaire militaire du Vietnam depuis des décennies. La guerre, que Moscou qualifie d’« opération spéciale », a également conduit à des sanctions strictes contre la Russie.

« Cela marque le début d’une armée populaire vietnamienne plus ouverte aux armes américaines, et une volonté de s’engager plus profondément avec les États-Unis en matière de défense dans son ensemble », a déclaré Nguyen The Phuong, expert militaire et chercheur à l’université de New South Wales.

De nombreux obstacles potentiels

Les accords militaires avec les États-Unis se heurtent à de nombreux obstacles potentiels, notamment le fait que Washington pourrait bloquer les ventes d’armes en raison des droits de l’homme, les préoccupations concernant l’impact sur les relations tendues de Hanoï avec la Chine, les coûts élevés et la question de savoir si les systèmes fabriqués aux États-Unis peuvent être intégrés aux armes existantes du Vietnam, selon les analystes.

La personne qui a assisté aux réunions a déclaré que les entreprises ont proposé une gamme d’équipements militaires et ont eu des discussions « prometteuses » sur les équipements non létaux, y compris des hélicoptères pour la sécurité intérieure, ainsi que des drones, des radars et d’autres systèmes pour surveiller l’air, la mer et l’espace.

Les ministères vietnamiens de la défense et des affaires étrangères n’ont pas répondu à une demande de commentaire.

Une deuxième personne au courant de la question a déclaré que les discussions sur les drones et les hélicoptères ont commencé avant le salon de l’armement et ont porté sur d’autres armes.

Lockheed Martin, qui présentait des avions de combat et de transport militaire lors de l’événement, a refusé de commenter.

Le logo de Lockheed Martin lors du salon de « l’Exposition internationale de la défense du Vietnam 2022 », à Hanoï. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Un porte-parole de Boeing a renvoyé les questions au ministère de la Défense du Vietnam. Raytheon, Textron et IM Systems Group n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Les efforts croissants des États-Unis pour gagner en influence auprès de Hanoï

Les discussions montrent les efforts croissants des États-Unis pour gagner en influence auprès de Hanoï près d’un demi-siècle après la fin de la guerre du Vietnam. Depuis la levée d’un embargo sur les armes en 2016, les exportations de défense américaines vers le Vietnam se sont limitées à des navires de garde-côtes et à des avions d’entraînement, tandis que la Russie a fourni environ 80 % de l’arsenal du pays.

La foire aux armes a attiré des dizaines d’entreprises de défense de 30 pays, toutes espérant obtenir une part des quelque 2 milliards de dollars que le Vietnam dépense chaque année en importations d’armes, dans un contexte de tensions passagères avec son voisin chinois.

Discussions sur d’un nouveau satellite de communication et de défense

Les deux sources, qui ont demandé à ne pas être nommées parce que les discussions étaient confidentielles, ont déclaré que Lockheed Martin avait séparément discuté avec le Vietnam d’un nouveau satellite de communication et de défense, qui pourrait remplacer l’un des deux satellites de la société américaine que Hanoï exploite déjà.

L’ambassade des États-Unis à Hanoï a refusé de commenter, mais l’ambassadeur Marc Knapper a déclaré que les États-Unis étaient prêts à discuter de tout article militaire que le Vietnam pourrait vouloir acquérir.

L’armée américaine a déjà fourni deux cotres navals relativement petits et transféré deux avions d’entraînement T-6 Texan, dont dix autres seront livrés d’ici 2027. Elle a également promis des drones de reconnaissance ScanEagle de Boeing, qui n’ont pas encore été livrés.

Des accords avec des fournisseurs d’autres pays

Selon des sources et des analystes, le Viêt Nam envisage également de conclure des accords avec des fournisseurs d’Israël, d’Inde et de pays d’Europe et d’Asie du Nord-Est. Au cours de la dernière décennie, Israël a été le deuxième plus gros vendeur d’armes au Vietnam après la Russie.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : US Defense Companies in Talks to Sell Vietnam Helicopters, Drones: Reuters Exclusive

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.