Press "Enter" to skip to content

Monde. Elon Musk organise une mise à jour de son projet d’interface cerveau-ordinateur Neuralink 

ACTUALITÉ > Monde

Le 30 novembre, Elon Musk a organisé une mise à jour de son projet d’interface cerveau-ordinateur par la société Neuralink, déclarant qu’il prévoyait lui-même de se faire implanter une telle puce.

En marge de ces ambitieuses aspirations, un rapport inquiétant a cependant émergé concernant le supposé mauvais traitement des animaux en tant que sujets de test.

Le point sur les puces cérébrales

Lors d’un événement « show and tell » ayant pour objectif de recruter des talents, Elon Musk a annoncé des mises à jour sur la puce cérébrale sans fil en cours de développement par Neuralink, avertissant que la technologie nécessite la plus grande prudence lors de sa mise en place.

« Nous voulons être extrêmement prudents et certains que cela fonctionnera bien avant de mettre un dispositif dans un humain », a déclaré Elon Musk.

« Les progrès au début, en particulier en ce qui concerne les humains, sembleront peut-être atrocement lents, mais nous faisons tout ce qu’il faut pour les mettre à l’échelle en parallèle », a-t-il ajouté. « Donc, en théorie, les progrès devraient être exponentiels ».

Selon Neuralink, même si une personne est née aveugle, la puce cérébrale pourrait lui rendre la vision. Une autre fonction vise à restaurer « la fonctionnalité complète du corps » par exemple en cas de lésion à la moelle épinière,.

« Nous sommes convaincus qu’il n’y a pas de limites physiques à la restauration de la fonctionnalité complète du corps », a déclaré Elon Musk.

Elon Musk a également mentionné qu’il aimerait obtenir une puce pour lui-même.

« Vous pourriez avoir un dispositif Neuralink implanté en ce moment et vous ne le sauriez même pas, je veux dire, hypothétiquement… En fait, dans l’une de ces démonstrations, je le ferai », a-t-il dit.

L’entreprise Neuralink, fondée en 2016 par Elon Musk et plusieurs scientifiques et ingénieurs, ambitionne de créer une interface capable de connecter le cerveau humain aux ordinateurs et de détecter et d’identifier les signaux neuronaux.

Expérimentation douteuse

Elon Musk n’attend plus que l’approbation de la Food and Drug Administration (FDA) pour mettre le dispositif à la disposition du public. Il prévoit de commencer à tester l’appareil sur des humains volontaires d’ici six mois.

« Neuralink est une entreprise (qui) n’a pas à répondre aux actionnaires », a déclaré à CNBC Xing Chen, professeure adjointe au département d’ophtalmologie de la faculté de médecine de l’université de Pittsburgh.

« Je ne sais pas quel degré de surveillance est impliqué, mais je pense qu’il est très important pour le public de toujours garder à l’esprit qu’avant que quoi que ce soit ait été approuvé par la FDA, ou tout autre organisme de réglementation gouvernemental, toutes les revendications doivent être examinées de manière très, très sceptique. »

L’insertion d’une puce dans le cerveau

En attendant, Elon Musk aurait testé ses implants cérébraux sur des d’animaux. L’année dernière, il a montré des images d’un singe jouant à des « jeux vidéo télépathiques » après l’insertion d’une puce dans son cerveau.

Cela a donné lieu à des critiques à l’encontre de Neuralink, accusée de maltraitance envers des singes. Le Physician’s Committee for Responsible Medicine a fait pression sur Elon Musk pour qu’il publie les détails des expériences réalisées sur les singes, affirmant qu’elles avaient causé des dommages graves, voire mortels, aux animaux.

Les rapports sont devenus si critiques que Neuralink a fait l’objet d’une enquête fédérale pour de potentielles violations de la loi sur le bien-être animal et sur le développement précipité de l’appareil conduisant t à des souffrances et décès inutiles d’animaux.

Anna Wexler, professeure adjointe d’éthique médicale et de politique de santé à l’école de médecine Perelman de l’université de Pennsylvanie, a fait part de ses inquiétudes quant au fait que l’implantation de la puce pourrait causer des dommages pendant la chirurgie.

Une procédure dangereuse pour le cerveau

Xing Chen, quant à elle, pense que la procédure peut être « très invasive » et potentiellement dangereuse pour le cerveau mais que cela n’empêchera pas certains d’essayer.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : Elon Musk Proudly Declares Update on Neuralink Microchip, Says He’s Intending to Put One in His Own Head

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.