Press "Enter" to skip to content

Monde. Australie : la police intervient lors des manifestations à Melbourne après plus de 200 jours de confinement

ACTUALITÉ > Monde

Le 21 août 2021, lors des manifestations à Melbourne, les forces de l’ordre australiennes ont utilisé du gaz poivré, des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène contre des milliers de manifestants exprimant leur colère suite à plus de 200 jours de confinement depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Le 4 août, sous la direction du premier ministre Daniel Andrews, signataire de l’initiative « Belt and Road » du Parti communiste chinois, l’État de Victoria est entré dans sa sixième période de confinement, qui devait initialement durer 7 jours et qui a été une nouvelle fois prolongé d’au moins deux semaines supplémentaires.

Les effets secondaires du confinement

Dans un tweet du 17 août, le député victorien James Newbury, membre du parti d’opposition, a tiré la sonnette d’alarme sur les effets secondaires tangibles du confinement sur la santé publique : « Aujourd’hui, il y a 12 Victoriens à l’hôpital avec Covid-2 en soins intensifs. Cette semaine, 148 adolescents ont été hospitalisés d’urgence après s’être automutilés et avoir fait face à des pensées suicidaires. Les effets de la pandémie sur la santé mentale sont réels. »

Lifeline Australia, un service d’assistance téléphonique et de prévention de la santé mentale, a annoncé qu’il avait « pulvérisé » le record du volume quotidien d’appels entrants le 20 août, avec 3 505 appels. Le précédent record avait été établi à peine quatre jours plus tôt, le 16 août, avec 3 436 appels.

Selon les données de Google, le 4 août, la ville de Victoria, avec ses près de 6,7 millions d’habitants, avait enregistré 6 tests PCR positifs. Ce nombre a lentement grimpé jusqu’à 66 le 21 août, pour une moyenne de 44 sur 7 jours, ce qui représente un chiffre relativement bas.

Une foule nombreuse et de plus en plus en colère

Dans une vidéo réalisée le 21 août par la branche australienne de l’agence canadienne Rebel News, le reporter Avi Yemeni, qui s’ était rendu en première ligne de la manifestation, a capturé des images dramatiques des interventions de la police de Melbourne, qui a utilisé la force contre une foule nombreuse et de plus en plus en colère de manifestants.

Une femme d’âge moyen qui participait à la manifestation avec une amie a été aspergée de gaz poivré par la police. Lorsque Avi Yemeni a interviewé le duo après la manifestation, demandant : « ont-ils fait tout cela pour la santé ? », l’amie de la femme, profondément indignée, a répondu : « Oui, pour notre santé », « c’est la priorité ici, n’est-ce pas ? Notre foutue santé. »

Dans un deuxième clip, une jeune femme d’une vingtaine d’années, également révoltée, a déclaré : « La police pulvérise du gaz poivré sur des gens qui disent la vérité ? Qu’est-ce que cela signifie ? cela veut dire que la vérité ne devrait pas être dite. »

Lors d’un troisième entretien avec une femme d’une vingtaine d’années, la jeune femme a déclaré que c’était la première fois qu’elle participait à une manifestation. Lorsque Avi Yemeni lui a demandé pourquoi elle avait décidé d’y participer, sa réponse a été tranchante : « parce que la dernière fois, j’avais trop peur d’être arrêtée. Et cette fois-ci, j’ai pensé : " Je les emmerde, je m’en fous " ».

Les manifestations à Melbourne ont entraîné des réactions au sein du gouvernement

Le premier ministre Dan Andrews a dénigré les participants aux manifestations dans des commentaires adressés aux médias : « Certaines des scènes de samedi étaient non seulement dégoûtantes, mais aussi absolument illégales », a rapporté le Daily Mail.

Dan Andrews a promis que « toute la force de la loi sera appliquée à ces personnes ».

Il a également déclaré : « Je n’appellerai même pas cela une manifestation. C’était une foule qui protestait contre toutes sortes de choses et beaucoup d’entre eux avaient l’intention de se battre, indépendamment de ce qui les avait réunis. »

Début mars, Dan Andrews s’est retrouvé en soins intensifs après avoir prétendument glissé et chuté sur un escalier humide alors qu’il se préparait à travailler. Il a souffert de plusieurs côtes cassées et d’une fracture du dos, ce qui l’a mis hors-jeu pendant plusieurs mois, le temps de suivre une physiothérapie.

Durant son séjour à l’hôpital, le gouvernement fédéral australien a annulé l’accord BRI de l’État de Victoria avec Pékin, invoquant des préoccupations de politique étrangère.

Le 16 août, lors d’une conférence de presse de mise à jour du Covid où un couvre-feu a été annoncé pour la ville de Victoria, Dan Andrews a fait une déclaration publique annonçant que les citoyens n’étaient plus autorisés à retirer leur masque pour boire de l’alcool en public : « Il n’y aura pas de retrait de masque pour consommer de l’alcool à l’extérieur. Vous ne pourrez donc plus retirer votre masque pour boire un cocktail en plein air dans le cadre d’une tournée des pubs. »

Shane Patton, un commissaire de police de Victoria, a déclaré le 22 août que l’État allait probablement fermer les transports publics pour empêcher de futures manifestations. « Fermer le réseau de transport pour empêcher les gens d’entrer… c’est un appel énorme, mais c’est un appel que nous allons maintenant sérieusement envisager à la prochaine occasion parce que je ne vais pas tolérer que cela se reproduise », a-t-il déclaré aux journalistes.

« Ils n’ont pas le droit de faire passer leurs opinions au-dessus de la loi. J’espère simplement que cela n’entraînera pas une propagation massive du Covid-19 », a déclaré Shane Patton, qui a affirmé que la manifestation, forte de 4 000 personnes, était « l’une des manifestations les plus violentes que nous ayons vues depuis près de 20 ans ».

Shane Patton a blâmé les manifestants « des hommes en colère… entre 25 et 40 ans », ayant « l’intention de causer ce désordre, l’intention d’être impliqués dans cette activité criminelle ».

Un taux d'acceptation du vaccin notoirement bas

Le problème en question semble être lié à l’acceptation des vaccins, l’Australie ayant un taux d’acceptation notoirement bas, avec seulement 18% pour une deuxième dose, au début du mois d’août.

Selon l’AAP, le message de Dan Andrews est que la liberté ne sera rendue aux citoyens de l’État de Victoria que lorsque 80 % des habitants auront accepté les injections expérimentales de thérapie génique à base d’ARNm ou de vecteur adénovirus : « Notre stratégie à long terme pour être ouvert, pour croître, pour employer, pour être dans un monde très différent, est que 80 % des gens aient suivi ce programme de vaccination. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.