Press "Enter" to skip to content

Chine. Xi Jinping persiste et signe : il maintient résolument sa politique zéro Covid

ACTUALITÉ > Chine

La récente politique zéro Covid mise en place pour la ville de Pékin par le Parti communiste chinois (PCC) a suscité l’inquiétude de la communauté internationale. Elle s’interroge sur le « piège de la mise en place du zéro Covid auto-imposée par Pékin » qui pousse l’économie chinoise au bord d’une dépression majeure.

Le 5 mai, alors que l’épidémie continue de sévir à Pékin, Hu Xijin, l’ancien rédacteur en chef du Global Times, considéré comme un « créateur de tendances », a écrit un article s’opposant à la « fermeture de la ville ». Le même jour, Xi Jinping a déclaré au Comité permanent du Politburo du Parti communiste chinois qu’il continuerait à se concentrer sur cette question. Après quoi Hu Xijin a supprimé son message.

Xi Jinping persiste et signe : il maintient résolument sa politique zéro Covid
Le 5 mai, Xi Jinping a annoncé qu’il ne fléchira pas sur sa volonté de maintenir la politique zéro Covid. (Image : wikimedia / Foreign and Commonwealth Office / CC BY 2.0)

Une mise au point pour Xi Jinping, un camouflet pour Hu Xijin

Lors d’une réunion du Comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois (PCC), jeudi 5 mai, le dirigeant du PCC, Xi Jinping, a souligné que le travail de prévention et de contrôle se trouve à un stade critique de « navigation à contre-courant et si nous n’avançons pas, nous retomberons ». « Nous lutterons résolument contre toutes les paroles et actions qui déforment, mettent en doute ou nient la politique chinoise de prévention et de contrôle des épidémies », a-t-il précisé.

Dans un communiqué de presse, l’agence officielle de presse du PCC, Xinhua, a déclaré que la réunion avait souligné la nécessité d’« adhérer sans faillir à la politique générale du « zéro Covid " et de lutter résolument contre toutes les paroles et tous les actes qui déforment, mettent en doute ou nient les politiques de prévention des épidémies de la Chine ».

Pourtant, le même jour, Hu Xijin a posté sur Weibo l’article Pékin, lutte contre le marigot, qui semblait décrire le contexte de Pékin placée dans une situation dangereuse, voire dans une situation désespérée.

Hu Xijin a critiqué la sévère mise en place de la politique zéro Covid du PCC

Il estime qu’elle ne protège pas vraiment les vies et ne réduit pas les pertes économiques. Dans son article, il souligne : « Nous ne pouvons certainement pas maintenir la faible propagation du nouveau coronavirus en bouclant constamment les villes et en coupant les personnes d’une région de Chine à l’autre. Cela entraînerait des conséquences plus graves que celles que nous avons observées dans d’autres pays du monde, où l’épidémie est hors de contrôle. De plus, les difficultés économiques entraîneraient une foule de problèmes intérieurs et aggraveraient la situation internationale de la Chine ».

La discorde entre Hu Xijin et les autorités communistes a immédiatement attiré l’attention des internautes. Même si, sans surprise, Hu Xijin a rapidement supprimé sa propre publication. Sur le site public WeChat, on a pu lire : « Le contenu a été supprimé par l’éditeur ».

Dès le 1er mai, Hu Xijin avait déclaré que « Pékin ne doit jamais atteindre le niveau d’une fermeture à la Shanghai ». Il a par ailleurs critiqué la politique zéro Covid de Shanghai, estimant qu’elle avait eu peu d’effet.

Le PCC s’est jeté dans le piège du zéro Covid, pousse-t-il l’économie au bord de la dépression ?

La dernière fois que Xi Jinping avait déclaré publiquement sa position, c’était lors de la réunion du Comité permanent qui s’est tenue le 17 mars. À cette époque, il avait insisté sur le fait de « se tenir à la précision scientifique, au nettoyage dynamique et de freiner la propagation de l’épidémie dès que possible ».

Selon un commentateur, les mesures chinoises de prévention des épidémies sont devenues politiques et s’inscrivent dans la durée : « Le modèle chinois de fermeture des villes a été fortement politisé par les autorités communistes chinoises. Les médias officiels affirment qu’il s’agit d’une bataille entre la Chine, le système occidental et la capacité à gouverner, etc. Cela revient à lier une question qui appartient à l’origine au domaine de la science médicale à l’idéologie politique de la Chine. C’est permettre à l’idéologie de prendre le pas sur la science ».

Shanghai, la plus grande ville financière de Chine, n’a pas réellement bénéficié de levée du confinement depuis le 1er avril. L’on y signale presque quotidiennement des cas de suicide dus à la faim, à l’impossibilité de se faire soigner ou à des troubles psychologiques.

Gavekal Dragonomics, un cabinet d’études de marché basé à Pékin, estime que près d’un quart de la population chinoise a été touchée par la fermeture généralisée de la ville au cours du seul mois d’avril. Des centaines de millions de personnes sont bloquées chez elles : ce qui affecte durement la production et la consommation.

Xi Jinping persiste et signe : il maintient résolument sa politique zéro Covid
La discorde entre Hu Xijin et les autorités communistes a immédiatement attiré l’attention des internautes. (Image : wikimedia / 中国新闻网 / CC BY 3.0)

Outre la production et la consommation, l’emploi devient également un sujet préoccupant

Le média américain Foreign Policy a rapporté que le taux de chômage des jeunes dans les villes chinoises a dépassé 16 %, contre environ 10 % avant la pandémie.

En ce qui concerne le taux de change et le marché boursier, Reuters a relaté que le yuan chinois a chuté de plus de 4 % en avril, soit la plus forte baisse sur un mois en 28 ans, tandis que le marché boursier a enregistré la deuxième plus mauvaise performance de l’année après les sanctions contre la Russie.

La Deutsche Welle a cité un long article du quotidien The Broken City sur la tragédie provoquée par l’homme qu’est la fermeture de Shanghai. Cet article a souligné que l’extrême résistance de Pékin à l’épidémie s’est transformée en « guerre de propagande » et que ce sont les citoyens soumis à la fermeture qui en paient le prix.

L’article précise : « que la politique zéro Covid est devenue un symbole de la supériorité supposée du système sur l’Occident. Mais pour l’instant, cela risque de se retourner contre lui. La stratégie épidémiologique de tolérance zéro vis-à-vis du virus révèle sans détour les faiblesses de la dictature ». Mais pour être réélu au 20ème Congrès, Xi Jinping n’abandonnera pas la ligne de tolérance zéro.

Le commentateur des actualités, Heng He, a estimé que le simple fait de ne pas renoncer à la politique zéro Covid suffit à empêcher le PCC d’atteindre ses objectifs économiques actuels, et que « si l’économie s’effondre vraiment, le PCC aura du mal à maintenir son pouvoir ».

Rédacteur Charlotte Clémence

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.