Press "Enter" to skip to content

Chine. Des millions de personnes touchées par les inondations en Chine, alors que le pays est confronté à l’insécurité de l’eau

ACTUALITÉ > Chine

Selon les médias d’État, les inondations dans le sud de la Chine ont entraîné le déplacement de plus de 2,6 millions de personnes et provoqué de multiples dégâts. Cette catastrophe fait suite aux pluies diluviennes qui s’abattent sur la région depuis la fin du printemps.

Plus d’un million de personnes ont été touchées par les inondations dans la province de Jiangxi. Les provinces de Fujian, Guangdong, Guangxi et Guizhou ont également subi des inondations destructrices. Les autorités ont évacué plus de 200 000 personnes des zones touchées.

De même, dans le centre et le nord de la Chine, les pluies diluviennes et la montée des eaux des rivières ont incité les autorités à émettre des alertes aux inondations.

Selon la télévision centrale chinoise (CCTV), 2 627 millions de personnes ont été déplacées au 29 juin. Plus de 1 300 maisons ont été endommagées ou détruites, et 146 000 hectares de cultures ont été endommagées par les inondations.

Selon le quotidien Xin Jing Bao, au moins 14 personnes ont été tuées ou sont portées disparues. Une femme de la ville de Shenzhen, qui compte plus de 20 millions d’habitants, a été frappée par la foudre.

Dans la communauté autonome de Qiannanzhou, dans le Guizhou, où vivent les ethnies Buyei et Hmong, des personnes auraient pêché des poissons piégés dans les rues inondées.

Selon le ministère chinois des ressources en eau (MWR), des inondations majeures devraient se poursuivre en juillet et août de cette année. Les autorités de la province d’Anhui, dans le centre de la Chine, et de la province de Heilongjiang, dans le nord-est du pays, ont aussi émis des alertes aux inondations alors que les rivières menacent de sortir de leur lit.

Ning Fanggui, un responsable du Comité des ressources en eau des rivières Songhua et Liaohe dans le Heilongjiang, a déclaré au journal d’État China Daily, que les niveaux d’eau dans la province dépassent ce que les digues peuvent supporter : « Cette année, les inondations dans le nord-est de la Chine sont plus importantes et surviennent un mois plus tôt que la normale en raison des pluies fréquentes et abondantes », a-t-il indiqué.

Jia Xiaolong, un responsable du Centre météorologique national de Chine, a déclaré que l’augmentation des pluies excessives et les inondations qui en résultent sont dues aux changements climatiques qui  exacerbent les phénomènes météorologiques extrêmes et accroissent le risque de catastrophes climatiques.

Au cours de la saison des pluies de l’été dernier, des précipitations record ont menacé l’intégrité du barrage des Trois Gorges. Les inondations ont été les pires depuis les années 1990, touchant plus de 60 millions de personnes, causant la mort de centaines d’entre elles et causant d’innombrables dégâts. De nombreux habitants ont critiqué la lenteur ou l’inefficacité de la réponse du gouvernement à cette catastrophe, au cours de laquelle plus de 400 rivières ont vu leurs eaux dépasser la côte d’alerte.

L’insécurité de l’eau

La Chine abrite deux grands systèmes fluviaux, le Yangtze et le fleuve Jaune, dont les eaux s’avèrent insuffisantes pour répondre aux besoins croissants de la population, notamment en matière d’agriculture, d’énergie et de fabrication, en plus de l’utilisation individuelle. L’eau disponible par habitant en Chine ne représente qu’un cinquième de la moyenne américaine, et elle est en déclin, avec une diminution de 23 % depuis le début du XXIe siècle. La principale raison en est l’augmentation de l’utilisation de l’eau par les villes chinoises.

Dans un rapport de 2016 intitulé « La Chine, l’Inde et la guerre de l’eau », le colonel de l’armée américaine Jin H. Pak, évalue les risques de conflits liés au manque de ressources en eau en Asie du Sud. Dans le rapport, il fait référence à un document de travail de la Banque mondiale publié en 2006 indiquant que « la Chine deviendra bientôt le pays le plus stressé par le manque d’eau en Asie de l’Est et du Sud-Est. »

Le rapport cite également les recherches du Strategic Foresight Group, qui prévoit que l’Inde et la Chine seront confrontées à « une baisse de 30 à 50 % des rendements en riz et en blé d’ici 2050 en raison des " effets cumulatifs de la pénurie d’eau, de la fonte des glaciers, " de la perturbation du régime des précipitations, des inondations, de la désertification, de la pollution et de l’érosion des sols ».

Selon les médias d’État, les inondations dans le sud de la Chine ont entraîné le déplacement de plus de 2,6 millions de personnes et provoqué de multiples dégâts. Cette catastrophe fait suite aux pluies diluviennes qui s’abattent sur la région depuis la fin du printemps.
Le lac Tonlé Sap, considéré comme le réservoir d’eau douce le plus grand de toute l’Asie du Sud-Est, est relié au fleuve Mekong au Cambodge. (Image : Stig Berge / Flickr / CC0 1.0)

Les pays d’Asie du Sud et du Sud-Est risquent également de se voir privés d’eau par la Chine, qui contrôle la majeure partie de la chaîne de l’Himalaya (plateau tibétain) et ses énormes glaciers. Ces glaciers alimentent en eau douce les rivières de la région, qui alimentent à leur tour des pays comme l’Inde, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam.

En plus d’avoir construit des barrages le long des rivières qui coulent à l’intérieur du pays, la Chine a édifié de plus en plus de barrages sur les rivières menant aux pays mentionnés ci-dessus, menaçant leur sécurité en matière d’eau.

Le fleuve Mékong, qui prend sa source sur le plateau tibétain et se jette dans la mer de Chine méridionale, alimente en eau les pays suivants : La Chine, la Birmanie, le Cambodge, le Vietnam, le Laos et la Thaïlande. Le cours supérieur du Mékong, qui se trouve en territoire chinois, compte 11 barrages qui affectent le débit de l’eau dans les pays qui en dépendent comme ressource pour l’agriculture, l’alimentation et l’énergie hydroélectrique. La quantité d’eau qui atteint le cours inférieur du Mékong a diminué en raison des barrages qui retiennent l’eau en Chine. En 2019, il a été constaté que la quantité d’eau qui devait s’écouler dans le cours inférieur du Mékong au cours de la période de saison humide où le cumul était supérieur à la moyenne n’a pas atteint les pays d’Asie du Sud-Est. Cela a entraîné une sécheresse, comme l’a constaté l’organisation de surveillance de l’eau Eyes on Earth.

L’équipe de recherche d’Eyes on Earth a utilisé des données satellitaires pour estimer le débit d’eau prévu et l’a comparé aux données réelles recueillies en aval en Thaïlande. Alan Basist, météorologue et président d’Eyes on Earth, a affirmé que la Chine avait retenu un volume considérable d’eau derrière ses barrages construits en amont le long du Mekong. La saison des pluies de 2020 a donné des résultats similaires : la Chine a été confrontée à de graves inondations, mais peu d’eau du Mékong est parvenue jusqu’en Asie du Sud-Est.

Différends entre la Chine et l’Inde

La construction de barrages en Chine sur des rivières qui traversent l’Asie du Sud a suscité l’inquiétude en Inde, en raison des effets que les barrages ont eus sur le flux d’eau dans le bas Mékong. Le fleuve Brahmapoutre prend sa source au Tibet et fournit à l’Inde 29 % de ses eaux de surface. La population indienne devant augmenter de 500 millions d’habitants d’ici à 2050, les besoins en eau douce augmenteront en même temps que la demande.

Face à la sécurisation des besoins en eau de sa population croissante, l’Inde a été impliquée dans des escarmouches avec la Chine au sujet d’une zone contestée dans laquelle le Brahmapoutre coule le long de la frontière sino-indienne. Cette région, connue sous le nom d’Arunachal Pradesh, est un territoire contesté depuis que la Chine a envahi le Tibet en 1950. L’Inde et la Chine ont toutes deux renforcé leur présence militaire le long de leurs frontières. Une dispute a dégénéré en conflit armé dans un autre territoire très disputé, la vallée de Galwan, dans la région indienne du Ladakh.

Avec près d’une personne sur cinq au monde vivant en Chine et seulement six pour cent de l’eau douce de la planète disponible, le pays est confronté à une grave insécurité hydrique, qui met en doute l’avenir de ses citoyens et la stabilité de ses relations avec les nations voisines. La Chine pourrait utiliser la restriction d’eau au moyen de barrages comme une arme de représailles pour faire pression sur les pays voisins en cas de différends politiques.

Avec un reportage de Leo Timm

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.