Press "Enter" to skip to content

Chine. Chine : des mesures de répression contre la crypto-monnaie pour lutter contre le blanchiment d’argent

ACTUALITÉ > Chine

Les autorités chinoises ont arrêté plus de 1 100 personnes soupçonnées d’utiliser des cryptocurrences pour blanchir des fonds illégaux, selon un communiqué du ministère chinois de la Sécurité publique. Les arrestations concernent entre autres 170 groupes criminels qui utilisaient des échanges de crypto-monnaies pour convertir des fonds obtenus illégalement en monnaie numérique. Les fonds étaient ensuite blanchis et déplacés à l’étranger dans une série de transactions anonymes dissimulant l’identité des parties impliquées et rendant difficile toute enquête sur la piste de ces fonds. Le gouvernement chinois a indiqué qu’il allait intensifier ses efforts pour lutter contre le blanchiment d’argent.

L’association chinoise Payment & Clearing a déclaré que les crypto-monnaies « sont devenues de plus en plus un canal important pour le blanchiment d’argent transfrontalier. »

En avril de cette année, la Banque centrale de Chine (PBoC) a annoncé la répression du blanchiment d’argent par le biais de transferts de crypto-monnaies. Cette annonce a été suivie par la publication, en mai, de déclarations de diverses associations bancaires encourageant vivement leurs membres à « s’abstenir résolument de mener ou de participer à toute activité commerciale liée aux monnaies virtuelles ».

Bien que l’intention déclarée par le Parti communiste chinois (PCC) soit de lutter contre le blanchiment d’argent, l’objectif plus large pourrait également consister à décourager ses citoyens de transférer leurs économies vers une monnaie plus stable à l’étranger afin que les fonds restent sur les comptes et les investissements nationaux.

Les fonds chinois et la sécurité nationale

Le concept d’une économie à double circulation qui s’appuierait davantage sur une économie interne robuste afin de protéger la Chine contre les pressions internationales et la dépendance vis-à-vis du monde extérieur, a été discuté lors de la réunion du Comité central du PCC sur le plan quinquennal couvrant la période 2021-2025, fin octobre de l’année dernière. La réunion a abordé les thèmes de la sécurité nationale, en mentionnant l’approvisionnement alimentaire, l’énergie, les ressources minérales stratégiques, les infrastructures essentielles, les transports, les télécommunications, l’Internet et la finance.

Avec 10 000 milliards de dollars d’épargne provenant des ménages et un taux d’épargne supérieur de 15 % à la moyenne mondiale, le réservoir potentiel d’investisseurs nationaux chinois pourrait compenser une baisse des fonds provenant d’investissements internationaux si les tensions politiques augmentent avec les gouvernements étrangers qui adoptent des mesures pour restreindre les investissements en Chine, comme cela s’est déjà vu. Fin 2020, une réunion a été organisée par la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières (CSRC) pour discuter de la possibilité d’encourager ses citoyens à investir davantage dans les titres chinois.

C’était la deuxième fois en 11 mois que le sujet était abordé en réponse aux tensions accrues avec les responsables américains concernant les investissements dans les entreprises chinoises ayant des liens avec l’Armée populaire de libération (APL) et les entités militaires connexes. En réponse à l’ajout par le Trésor américain de sociétés chinoises à sa liste d’entités et à la restriction des investissements dans certaines sociétés chinoises, la Chine a promulgué en janvier sa propre réglementation pour examiner la source des investissements étrangers. Cette réglementation examine minutieusement la propriété et le contrôle étrangers potentiels des entités qui investissent dans des entreprises chinoises, que ce soit par le biais d’investissements directs ou indirects, en fonction des préoccupations nationales en matière de sécurité.

Les portefeuilles numériques contre le yuan numérique

Garder l’épargne chinoise dans des comptes et des investissements nationaux serait une priorité et prendre des mesures pour éradiquer les crypto-monnaies est une étape importante. Une approche du transfert de fonds depuis la Chine consiste à utiliser des plates-formes de paiement tierces telles qu’Alipay et WeChat Pay, qui peuvent utiliser les échanges de devises en ligne pour convertir les fonds en crypto-monnaies.

Le 21 juin, le Parti a rappelé aux responsables des banques et d’Alipay que les transactions impliquant des crypto-monnaies sont interdites, ce qui peut renforcer les restrictions sur le transfert de fonds à l’étranger. Actuellement, le montant des fonds qui peuvent être déplacés hors de Chine est plafonné de manière stricte à 50 000 dollars par an.

Les portefeuilles numériques sont utilisés pour effectuer des paiements mobiles sur des plateformes de paiement tierces, comme Alipay et WeChat Pay, et peuvent effectuer des transferts vers des crypto-monnaies. Ces portefeuilles numériques disposent des données des utilisateurs, telles que le comportement en matière de dépenses et la localisation des citoyens. Un règlement a été adopté en 2018 qui permet à la PBoC d’utiliser ces données en acheminant ces transactions de portefeuilles numériques via une chambre de compensation centrale.

Ces informations, autrefois détenues par la plateforme de paiement tierce, sont désormais accessibles à la PBoC qui peut les utiliser pour espionner le comportement des citoyens chinois en matière de dépenses et restreindre les transactions en crypto-monnaies. La répression des transactions en crypto-monnaies coïncide avec le lancement, cette année, du yuan numérique par la PBoC, qui donnerait à la banque centrale chinoise un aperçu total des transactions financières de ses citoyens.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.