Press "Enter" to skip to content

Chine. L’ancien ministre chinois de la Justice et chef du Bureau 610, Fu Zhenghua, fait l’objet d’une enquête

ACTUALITÉ > Chine

La campagne disciplinaire lancée par Xi Jinping au sein du Parti communiste chinois (PCC) se poursuit. Le 2 octobre, la commission nationale anti-corruption a annoncé l’ouverture d’une enquête contre Fu Zhenghua, un fonctionnaire qui a occupé des postes clés à Pékin, notamment celui de ministre de la Justice et de responsable du Bureau de la sécurité. Il a également occupé le poste de ministre de la Justice entre 2018 et 2020.

Fu Zhenghua, qui occupe actuellement le poste de directeur adjoint de la Commission des affaires sociales et juridiques du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), est soupçonné par le Comité central d’inspection de la discipline (CCDI) de « graves violations de la discipline et de la loi. »

Avant de devenir ministre de la justice, Fu Zhenghua occupait le poste de vice-ministre exécutif de la sécurité publique, un poste qu’il a occupé à partir de 2013. Avant cela, il était chef de la police de Pékin depuis 2010.

Fu Zhenghua a fait l’objet d’une révocation de son poste de ministre de la Justice en avril dernier, quelques jours après une enquête sur le vice-ministre de la Sécurité publique, Sun Lijun. Sun Lijuna été démis de ses fonctions au sein de Parti communiste chinois le 30 septembre.

Selon les observateurs de la Chine, l’opération anti-corruption du leader chinois Xi Jinping servirait au président chinois à éliminer des adversaires qui s’opposent à sa ligne politique au sein du PCC.

Li Dongsheng et Meng Hongwei, anciens vice-ministres de la Sécurité publique, ont aussi fait l’objet d’une enquête et ont été jugés pour corruption. Peng Bo, un autre responsable de la sécurité et chef adjoint de l’administration du cyberespace de la Chine a fait récemment l’objet d’une purge.

Tous ces hommes, ainsi que d’autres purgés par Xi Jinping, ont servi dans le « Bureau 610 », un organe de sécurité extra-judiciaire créé en 1999 par Jiang Zemin, alors secrétaire général du PCC, pour mener à bien la répression du «Falun Gong », une discipline traditionnelle chinoise ancrée dans la tradition bouddhiste.

Fu Zhenghua a été directeur du « Bureau 610 », officiellement appelé « Groupe central de direction sur la prévention et le traitement des sectes », à partir de 2015.

Cibler une faction rivale

Sun Lijun, Li Dongsheng, Meng Hongwei et Peng Bo étaient tous des officiers supérieurs du « Bureau 610 ».

Les observateurs de la Chine considèrent que la campagne anti-corruption de Xi Jinping et le ciblage intensif des fonctionnaires liés à Jiang Zemin et à la persécution du « Falun Gong » par Jiang Zemin sont le résultat de la lutte des factions entre l’actuel et l’ancien président du Parti.

Selon les analystes du groupe de réflexion SinoInsider, basé à New York, la chute de Fu Zhenghua n’était qu’une question de temps, compte tenu de sa profonde implication dans la faction de Jiang Zemin et avec les fonctionnaires précédemment purgés.

« Fu Zhenghua était le patron de Sun Lijun lorsqu’ils étaient membres du " Bureau 610 ". Il est possible que Sun Lijun ait divulgué des informations compromettantes sur Fu Zhenghua aux enquêteurs, ce qui a conduit à l’arrestation de ce dernier », a déclaré Larry Ong, chercheur chez SinoInsider, dans une déclaration écrite au journal Vision Times.

Larry Ong a déclaré que le ciblage des fonctionnaires ayant servi dans le « Bureau 610 » est « probablement lié aux efforts de Xi Jinping pour remplacer l’organisation supra-autoritaire de Jiang Zemin (le Bureau 610) par sa propre organisation supra-autoritaire (l’appareil de sécurité nationale) ».

Le « Bureau 610 » a été habilité à mobiliser les ressources de la police et de la propagande à tous les niveaux de l’administration à l’échelle nationale, donnant à Jiang Zemin et à ses alliés un contrôle plus direct sur le régime chinois. De même, Xi Jinping a créé une nouvelle organisation de haut niveau du PCC – « la Commission de sécurité nationale » - peu après son arrivée au pouvoir en 2012.

Par ailleurs, le fait de s’en prendre au « Bureau 610 » et aux fonctionnaires qui ont joué un rôle dans les pires abus contre le Falun Gong donne à Xi Jinping plus de poids contre la faction de Jiang Zemin si la lutte intra-partisane l’oblige à cibler l’héritage politique de Jiang Zemin, selon Larry Ong.

Si l’on dispose actuellement de peu d’informations sur la manière dont Fu Zhenghua a spécifiquement enfreint la discipline du Parti, les propos tenus par les autorités le 30 septembre à l’encontre de Sun Lijun dressent le portrait d’un fonctionnaire non seulement corrompu, mais qui a également comploté contre la direction de Xi Jinping.

Sun Lijun a été accusé de « répandre des rumeurs politiques », de tenir des « discussions inappropriées » sur le gouvernement central et de lui dissimuler des informations, d’« accumuler du capital politique » et de « former des gangs pour contrôler des départements clés ».

Larry Ong pense que d’autres hauts fonctionnaires associés à la faction Jiang Zemin pourraient être purgés dans les mois à venir, en particulier ceux de l’appareil des affaires politiques et juridiques, les organisations du PCC qui contrôlent les tribunaux, le ministère public et la police.

Il s’agit notamment du chef de la Cour suprême du peuple, Zhou Qiang, de l’ancien chef de la Commission des affaires politiques et juridiques, Meng Jianzhu, et de l’actuel chef du PLAC, Guo Shengkun, « Zhou Qiang étant le plus à risque ».

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.