Press "Enter" to skip to content

Société. Connaissance de soi : l’existence spirituelle et la quête de l’âme 

TENDANCE > Société

L’existence de l’âme a longtemps été un sujet de débat. Alors que les points de vue matérialistes affirment que nos pensées et nos idées sont créées par le cerveau, d’autres soutiennent que la conscience humaine transcende notre monde tangible, avec des preuves intéressantes de notre existence spirituelle.

Au cours des dernières décennies, des cas d’individus avec ou sans croyances spirituelles, faisant état d’expériences de mort imminente sont apparus. En réaction, la communauté scientifique a recueilli des données pour donner un sens à ces phénomènes inhabituels et élaborer des théories sur l’existence de réalités que nos sens ne peuvent pas encore percevoir.

La conscience est-elle indépendante du cerveau

Les expériences de mort imminente (EMI) regroupent une source importante d’événements conscients médicalement inexplicables qui ne peuvent être expliqués par les fonctions connues du cerveau. Une étude de 2014 publiée dans la National Library of Medicine, a présenté des preuves de l’apparente séparation de la conscience du corps.

Connaissance de soi : l’existence spirituelle et la quête de l’âme
L’arrêt cardiaque est une perte soudaine de la fonction cardiaque. Environ 10 % des gens qui survivent à un arrêt cardiaque font état d’expériences de mort imminente. (Image : U.S. Navy / Nicholas Garrett / Wikimedia Commons)

Certaines des preuves les plus convaincantes ont été fournies par des personnes ayant vécu des expériences lucides alors qu’elles étaient inconscientes, comateuses ou cliniquement mortes. Interrogées sur leur niveau de conscience pendant l’épisode, 74,4 % d’entre elles ont déclaré avoir ressenti « plus de conscience et de vigilance que la normale », tandis que 20,4 % ont décrit leur état comme « une conscience et une vigilance normales » et que 5,2 % seulement ont ressenti « moins de conscience et de vigilance que la normale ».

Les expériences, souvent claires et logiquement structurées, se sont souvent produites dans des cas d’arrêts cardiaques, au cours desquels, selon des études antérieures, le cerveau ne présente aucune activité significative pendant les 10 à 20 secondes qui suivent l’arrêt cardiaque et, ce qui est encore plus curieux, sont généralement suivies d’une période d’amnésie. Selon cette logique, une expérience lucide et prolongée après un arrêt cardiaque ne serait guère possible.

Pourtant, des cas de souvenirs lucides organisés chez des patients sous anesthésie générale, alors que le cerveau anesthésié devrait être incapable de produire des souvenirs selon l’imagerie fonctionnelle, ont également été rapportés. Le Dr Bruce Greyson, chercheur sur les EMI à l’université de Virginie, a déclaré : « dans notre collection d’expériences de mort imminente, 127 des 578 cas (soit 22%) se sont produits sous anesthésie générale, et ils comprenaient des caractéristiques telles que des sorties du corps qui impliquaient que les personnes qui vivaient ces expériences regardaient le personnel médical travailler sur leur corps, une lumière inhabituellement brillante ou vive, la rencontre de personnes décédées, et des pensées, des souvenirs et des sensations qui étaient plus clairs que d’habitude. »

D’autres récits font état de personnes inconscientes qui ont pu voir des événements en cours depuis un endroit éloigné de leur corps physique. L’étude a révélé que 45 % des personnes ayant vécu une expérience de mort imminente ont signalé des épisodes hors du corps au cours desquels elles pouvaient entendre et voir des événements physiques en cours depuis un endroit différent, généralement au-dessus de leur corps. D’autres personnes ayant vécu une expérience de mort imminente ont fourni des descriptions remarquablement précises de leur propre réanimation.

L’existence de l’intangible

Le Dr Alan Ross Hugenot, expert en physique et en sciences de l’ingénieur qui a fait une expérience de mort imminente après un accident de moto dans les années 1970, a déclaré lors d’une intervention à la conférence 2014 de l’International Association for Near-Death Studies (IANDS) à Newport Beach, en Californie : « j’ai fait des choses en utilisant la physique newtonienne pour créer des vaisseaux… mais pendant tout ce temps, je savais mieux. Il y a tout cet autre monde que nos cinq sens n’enregistrent pas. »

En parlant de cet « autre monde » qu’il a perçu pendant cet épisode qui a changé sa vie, il l’a décrit comme « plus réel que cet endroit ». Ce sentiment l’a conduit à faire de l’étude de l’après-vie un élément central de son travail.

Les expériences de mort imminente mentionnées dans le rapport de 2014 font également allusion à une sensation de voyage à travers un tunnel et à la vision d’une lumière mystique. De même, les personnes ayant survécu au tremblement de terre de Tangshan en 1976, le plus meurtrier de l’histoire, ont rapporté avoir eu l’impression d’être à l’intérieur d’un conduit, de traverser un tunnel ou de voir une lumière au bout.

Connaissance de soi : l’existence spirituelle et la quête de l’âme
Bien que les EMI varient d’une personne à l’autre, beaucoup d’entre elles présentent des caractéristiques communes, comme la sensation de traverser un tunnel ou de voir une lumière vive. (Image : Tama66 / Pixabay)

L’existence d’autres mondes ou d’autres dimensions est également envisagée à travers les témoignages de rencontres significatives. Dans une enquête, des personnes ayant vécu une expérience de mort imminente ont décrit avoir vu des êtres chers décédés. Seuls 4 % des personnes interrogées ont déclaré avoir rencontré des personnes en vie au moment de leur expérience.

Le rapport explique : « dans les rêves ou les hallucinations, lorsque des personnes familières apparaissent, il est beaucoup plus probable qu’elles soient vivantes et de mémoire récente. Cela contraste fortement avec les expériences de mort imminente où les personnes familières rencontrées sont presque toujours décédées… »

Cela concorde avec les récits des victimes de Tangshan, un quart d’entre elles affirmant avoir vu des proches décédés et qui semblaient être partis ensemble dans un autre monde où ils continuaient à vivre.

Le Dr Alan Ross Hugenot a exploré des théories scientifiques pour expliquer cet autre monde. L’une de ses hypothèses envisage la possibilité que la conscience humaine et les âmes des morts résident dans la matière noire ou l’énergie noire qui constitue 96 % de l’univers encore inconnu de l’humanité. « Ces 96 % de l’univers encore inconnus […] nous donnent beaucoup de place pour que la conscience et l’au-delà puissent y exister. »

Les expériences de mort imminente suggèrent une existence spirituelle

Alors que la mort provoque la peur et l’anxiété chez de nombreuses personnes, un phénomène appelé Thanatophobie, il est courant que les personnes ayant vécu une expérience de mort imminente fassent état d’émotions intenses et généralement positives.

Le rapport de 2014 cite les récits d’une personne qui a fait l’expérience d’une revue de vie, de souvenirs lucides d’une partie ou de la totalité de ses vies antérieures, à un moment où la mort était imminente : « je suis allé dans un endroit sombre sans rien autour de moi, mais je n’avais pas peur. C’était vraiment paisible. J’ai alors commencé à voir toute ma vie se dérouler devant moi comme un film projeté sur un écran, de l’enfance à la vie adulte… »

Cette absence de peur a également été rapportée par les victimes de Tangshan, qui ont déclaré que leur esprit était clair, calme et confortable au moment où elles étaient en danger. Certaines d’entre elles se sentaient heureuses et des souvenirs, pour la plupart positifs, leur revenaient à l’esprit.

Connaissance de soi : l’existence spirituelle et la quête de l’âme
Le tremblement de terre de Tangshan de 1976 est considéré comme le séisme le plus meurtrier de l’histoire de la Chine et l’une des pires catastrophes du pays en termes de nombre de morts. (Image : the National Oceanic and Atmospheric Administration / Wikimedia Commons)

Effets secondaires des expériences de mort imminente

Des changements significatifs ont été enregistrés chez les personnes ayant vécu des émotions aussi vives lors d’une expérience de mort imminente. Sur les 278 personnes interrogées sur les séquelles suite à une EMI , 54,7 % ont répondu « de grands changements dans ma vie », 24 % ont décrit leurs changements comme modérés, 10,1 % ont indiqué de légers changements et 5,0 % n’ont signalé aucun changement. Les 5,8 % restants ont répondu « inconnu ».

Les changements en ce qui concerne les croyances et les valeurs sont parmi les effets secondaires les plus courants. Une étude convaincante menée par le cardiologue néerlandais Pim van Lommel, a déterminé les répercussions spécifiques des EMI.

L’étude a divisé les survivants d’un arrêt cardiaque en deux groupes : ceux qui ont vécu une EMI et ceux qui n’en ont pas vécu, et a évalué leurs perspectives de vie deux ans et huit ans plus tard. L’étude a révélé que le groupe des survivants d’un arrêt cardiaque ayant vécu une EMI « était statistiquement plus susceptible d’avoir une peur réduite de la mort, une croyance accrue en la vie après la mort, un intérêt pour le sens de la vie, l’acceptation des autres, et était plus affectueux et empathique ».

L’étude conclut en disant que les quelques minutes d’inconscience pendant lesquelles les individus ont fait l’expérience de l’au-delà étaient liées aux changements les plus substantiels et les plus durables dans leurs valeurs et leurs croyances.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.