Press "Enter" to skip to content

Opinion. Manifestations en Chine : le hobby footballistique de Xi Jinping et l’effet papillon de la Coupe du monde

TENDANCE > Opinion

Passionné par le football, Xi Jinping a toujours fait la promotion de ce sport en Chine depuis qu’il est devenu le secrétaire général du Parti communiste chinoise en 2012. En 2022, la Chine est même devenue l’un des principaux sponsors de la Coupe du monde de football du Qatar.

Mais à la surprise du régime chinois, la passion de Xi Jinping et sa politique de zéro Covid allaient déclencher une grande révolution populaire contre le Parti communiste chinois, qui pourrait conduire à la désintégration rapide de ce régime totalitaire sans précédent.

La passion de Xi Jinping pour le football et les supports techniques de Huawei pour la Coupe du monde au Qatar

Lorsqu’il était adolescent à l’école Bayi de Pékin, Xi Jinping avait l’habitude de jouer au football avec ses camarades pendant la récréation. Depuis qu’il est devenu secrétaire général du Parti communiste chinois en 2012, il a exprimé à plusieurs reprises sa passion du jeu lors de visites dans des pays étrangers, en acceptant des maillots de leur part. « Je suis un fan de football, et j’ai maintenant des priorités pour le football en Chine », a-t-il annoncé à maintes reprises. La participation de la Chine à la Coupe du monde, l’accueil d’un match de la Coupe du monde en Chine et la victoire à la Coupe du monde étaient les trois souhaits de Xi Jinping.

La Coupe du monde de football 2022 a lieu au Qatar. Bien que l’équipe de football masculine chinoise n’ait pas été choisie pour la Coupe du monde de cette année organisée par le Qatar, l’évènement est plein d’éléments chinois. La Coupe du monde est diffusée par Huawei, qui a fourni la solution technique, et par le satellite de la Radio et Télévision centrale chinoise.

Le comité d’organisation de la Coupe du monde a fait savoir que le Qatar avait investi massivement dans sept nouveaux stades de classe mondiale et avait rénové un site selon les normes internationales les plus élevées afin d’accueillir cet évènement. Le plus grand d’entre eux, le Stade de Lusail de 80 000 places, a été construit par le China Railway Construction International Group.

Selon Global Data, une société de conseil et d’analyse de données basée à Londres, les entreprises chinoises ont investi un total de 1,395 milliard de dollars en sponsoring pour la Coupe du monde 2022, ce qui en fait le plus grand sponsor, dépassant les sponsors américains qui ont dépensé 1,1 milliard de dollars.

Des statistiques incomplètes font état de sponsors chinois, dont le nom d’enseigne était visible lors du premier match de cette Coupe du monde, parmi lesquels un certain nombre de marques telles que Hisense, Wanda, Mengniu, VIVO et BOSS Direct Recruitment.

Parmi eux, Wanda est un partenaire de la FIFA (Fédération internationale de football association), Hisense, Mengniu et VIVO sont les sponsors officiels de la Coupe du monde de cette année. BOSS Direct Recruitment est le sponsor officiel de la Coupe du monde de cette année dans la région Asie-Pacifique. Il est également le sponsor en titre de la diffusion en direct de la Coupe du monde sur le média officiel chinois CCTV.

En outre, des entreprises telles que Yili, GAC Mitsubishi, Glory et Cudi Coffee ont investi au niveau du parrainage d’équipes nationales et du parrainage de stars, comme la laiterie Yili qui a signé avec quatre équipes nationales en Argentine, au Portugal, en Espagne et en Allemagne, et un certain nombre d’entreprises telles que GAC Mitsubishi, HONOR et Cudi Coffee qui sont les sponsors de l’équipe nationale argentine.

Miguvideo et Tiktok ont également investi plus d’un milliard de yuans afin d’obtenir de CCTV les droits de diffusion.

Une telle liste de sponsors, associée à la passion de Xi Jinping pour le football, permet à la Coupe du monde du Qatar d’être diffusée joyeusement en Chine.

Les images de la retransmission : des spectateurs sans masque et l’effet papillon

La Chine, où l’épidémie de Covid-19 a été découverte à la fin de l’année 2019, est désormais le dernier pays au monde à tenter d’arrêter la propagation du Covid-19 par le confinement, en forçant des dizaines de millions de personnes à s’enfermer à la maison, subissant les tests PCR sans cesse, ce qui contraste fortement avec les innombrables personnes libres qui célèbrent sans masque la Coupe du monde 2022 au Qatar.

La Coupe du monde 2022 est diffusée en direct sur la chaîne de télévision nationale chinoise CCTV, la même plateforme de télévision qui horrifie les Chinois avec les fake news selon lesquels l’épidémie de Covid-19 tue quotidiennement d’innombrables personnes dans les autres pays, notamment aux États-Unis.

Les images de la Coupe du monde diffusées sur cette même chaîne, montrant des joueurs et des spectateurs sans masque, ont indigné les Chinois devant leur écran.

Après la découverte de la vérité frappante, CCTV l’a rendue encore plus évidente en coupant des gros plans de supporters non masqués. L’AFP a constaté que le 27 novembre, lors de la diffusion en direct du match entre le Japon et le Costa Rica, CCTV a remplacé des gros plans de supporters non masqués par des images des coachs ou du terrain de football. Il était difficile de distinguer le visage des individus dans les images floutées, diffusées par CCTV, et il y avait beaucoup moins d’images de foule que dans la retransmission en direct du même match sur des plateformes telles que Shake.

Selon le billet de blog d’un habitant du Guangdong, cité par l’AFP, « certaines personnes dans le monde regardent la Coupe du monde sans masque, tandis que d’autres sont enfermées chez elles depuis des mois ». Il a ensuite écrit sur son compte Weibo : « Qui a volé ma vie ? Je ne vais pas te le dire. »

Un internaute basé dans le Shanxi a écrit sur Weibo : « La Coupe du monde a permis à la plupart des Chinois de voir ce qui se passe réellement à l’étranger et de s’inquiéter pour leur sort. »

Les manifestations contre le zéro Covid et le Parti communiste chinois éclatent en Chine

Depuis le 26 novembre, des vagues de protestations ont eu lieu dans de nombreuses grandes villes et même dans des villages reculés du pays. Certaines foules ont ouvertement demandé à Xi Jinping de démissionner, en scandant des slogans tels que « Non au test PCR, soutenez la liberté ». D’autres ont été plus prudents, organisant des protestations silencieuses et offrant des fleurs et des bougies à la mémoire des victimes de l’incendie de la semaine dernière dans le Xinjiang. Les manifestants ont brandi des feuilles blanches A4 vierges ou ont affiché des carrés blancs sur leurs profils sur WeChat, ce qui est appelé la « révolution du papier blanc ».

Hong Kong, qui a connu un mouvement anti-extradition vers la Chine en 2019, a également vu des manifestations se produire, avec des fleurs et des bougies pour pleurer les victimes de l’incendie.

Pour éviter que Pékin n’accuse la manifestation d’être antipatriotique ou incitée par des forces étrangères, la foule a chanté l’hymne national chinois et l’hymne international pendant les rassemblements. Une vidéo en ligne a même cité les propos de Xi Jinping lors d’un congrès organisé le 23 octobre 2020 pour commémorer le 70ème anniversaire de la guerre de l’Armée populaire chinoise contre les États-Unis en Corée du Nord : « Maintenant que le peuple chinois est uni, il ne faut pas lui chercher des noises, et si l’on s’en prend à lui, ce n’est pas facile à gérer ».

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.