Press "Enter" to skip to content

Opinion. L’armée de la République de Chine était le véritable pilier de la guerre de résistance sino-japonaise 

TENDANCE > Opinion

Le 7 juillet 2022 marque le 85ème anniversaire de la guerre de résistance de huit ans de la Chine contre l’agression japonaise

Le 7 juillet 2022 marque le 85ème anniversaire de la guerre de résistance de huit ans de la Chine contre l’agression japonaise. Le président du Parti nationaliste chinois ou Kuomintang (KMT) a déclaré le 7 juillet qu’en regardant l’histoire de cette guerre, il espère que tout le monde réfléchira ensemble à l’importance de la guerre et de la paix, défendra Taiwan et la démocratie et la liberté, et que le KMT ne cédera pas. Le milieu universitaire communiste chinois et le gouvernement ont tous deux affirmé que le Parti communiste chinois (PCC) était le « pilier » de la guerre de résistance, mais cela a été nié par la République de Chine (Taïwan).

Le président du KMT préconise de rappeler l’histoire et de chérir la paix

À l’occasion du 85ème anniversaire de « l’incident du pont Marco-Polo », Zhu Lilun a écrit dans un post Facebook que plusieurs coups de feu au pont Lugou à Pékin le 7 juillet il y a 85 ans, ont été le point de départ de la guerre de résistance totale de la République de Chine contre le Japon.

Zhu Lilun a déclaré: « En regardant en arrière sur l’histoire de la guerre de résistance contre l’agression japonaise aujourd’hui, j’espère que tout le monde réfléchira ensemble à l’importance de la guerre et de la paix. Défendre Taïwan, la démocratie et la liberté est la responsabilité absolue et inflexible du KMT. Mais comment poursuivre conjointement l’objectif de la paix avec sagesse, cela demande l’effort commun de tous les peuples. »

Zhu Lilun a expliqué que se souvenir de l’histoire n’est pas pour provoquer la haine, mais pour chérir la paix. La paix sera toujours l’objectif ultime de Taïwan, mais l’histoire dit aussi à tout le monde que lorsque la paix est difficile à atteindre, il est nécessaire de se lever et de défendre vigoureusement les intérêts nationaux et de protéger la sécurité des peuples.

Zhu Lilun a déclaré que l’ombre des conflits dans le monde est toujours à portée de main aujourd’hui, et la communauté internationale est également plus préoccupée par la sécurité du détroit de Taiwan en raison de la guerre russo-ukrainienne. Il espère que les deux côtés du détroit de Taïwan maintiendront la paix comme l’objectif le plus important, et qu’il n’y aura plus jamais de conflit militaire ou de guerre entre les deux côtés du détroit.

L’armée de la République de Chine était le pilier de la guerre de résistance contre le Japon

Wen Yu Chen, l’auteur de « Rong Li Xinxiang, une étude de la cérémonie de commémoration de l’ armée de la République de Chine contre le Japon de 1931 à 1937 » récemment publié, et candidate au doctorat en chinois au Département d’histoire de la City University de Hong Kong, est née à Taïwan. Elle a déclaré dans une interview exclusive avec Voice of America (VOA) que « l’ armée de la République de Chine a été la principale force dans la guerre contre le Japon ».

Wen Yu Chen souligne que de l’incident de Mukden à l’Incident du pont Marco-Polo, l’armée de la République de Chine et l’armée japonaise se sont confrontées successivement, lors de la Guerre de Shanghai le 28 janvier 1932, lors de la Défense de la Grande Muraille en 1933, et lors de la Campagne du Suiyuan en 1936. Durant la Guerre de Shanghai et la Défense de la Grande Muraille, le Gouvernement national de la République de Chine a mobilisé des troupes d’élite, dont la police métropolitaine, pour lutter contre les Japonais. Après la guerre, les cérémonies commémoratives ont également été organisées par le Gouvernement national de la République de Chine afin de mobiliser la population militaire et civile du pays.

L’armée de la République de Chine a fait valoir que pendant la guerre de résistance, l’armée communiste chinoise était également une composante de l’armée de la République de Chine. Le gouvernement de la République de Chine et le PCC avaient un rapport de supériorité et de subordination et la guerre a été menée par le gouvernement de la République de Chine.

Wen Yu Chen a indiqué : « Si l’on remonte aux origines de l’histoire, l’armée de la République de Chine a été la principale force dans la guerre contre le Japon. Le fait que cette armée a perdu plus de 200 généraux et 3,21 millions de soldats et d’officiers en est la preuve. »

Le PCC s’est fait passer pour le héros en se proclamant le pilier de la guerre de résistance

Le gouvernement chinois communiste et les universités en Chine ont affirmé que le Parti communiste chinois était le « pilier » de cette guerre, mais cette affirmation a été rejetée par la République de Chine (Taïwan). En réalité, le PCC n’était pas le pilier, au contraire, il a joué un rôle d’obstruction avec l’établissement d’un gouvernement soviétique dans une tentative de désintégrer le gouvernement national de l’intérieur.

Wen Yu Chen a déclaré qu’au cours des six années allant de 1931 à 1937, le gouvernement et le peuple de la République de Chine ont généralement utilisé le terme « catastrophe nationale » pour résumer la situation en Chine à cette époque. Lors du service commémoratif pour les généraux tombés au combat de l’armée de la République de Chine, le discours disait : « Parce que les bandits (communistes) ne sont pas réprimés, le pays ne peut pas survivre. » On peut voir que les « catastrophes nationales » rencontrées par l’armée nationaliste à cette époque n’étaient pas seulement l’armée japonaise de l’extérieur, mais aussi le PCC à l’intérieur. Cela suffit pour voir que le gouvernement de la République de Chine à l’époque considérait les troubles internes et les troubles externes comme des menaces à part égale, sans distinction.

Elle a mentionné que dans les années 1930, le PCC a établi un gouvernement soviétique en Chine. À cette époque, le gouvernement national a installé le siège des trois provinces du Henan, du Hubei et de l’Anhui pour faire face aux troubles internes provoqués par les bandits communistes. Dans le même temps, le gouvernement devait se concentrer sur les batailles contre le Japon près de la Grande Muraille et dans la région de Jidong…Le gouvernement nationaliste a été confronté à des changements sans précédent dans les affaires intérieures et extérieures.

Selon Wen Yu Chen, « Le gouvernement de la République de Chine a adopté une stratégie de négociation et de résistance afin de gagner du temps pour les préparatifs de guerre et pour obtenir l’aide extérieure. Il s’agit d’une nouvelle découverte dans ce livre, et de mon évaluation des actions du gouvernement de la République de Chine à ce stade de l’histoire. Cependant, ces actes de l’armée de la ROC ne sont pas bien connus du public en Chine continentale aujourd’hui. »

Pour Wen Yu Chen, le Parti communiste chinois cherche avant tout à établir la légitimité et la légalité de son histoire révolutionnaire et dirigeante, cependant, la vérité sur la guerre contre le Japon est une question importante qui ne peut être éludée.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.