Press "Enter" to skip to content

Culture. Des anciens pantalons découverts en Chine révèlent des indices sur leur origine

TENDANCE > Culture

Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer une vie sans pantalons. Pour les hommes comme pour les femmes, le pantalon est un vêtement de choix, à la fois confortable et pratique. Une merveilleuse découverte en Chine montre qu’une sorte de jean existait 3 000 ans avant l’époque de Levi Strauss. L’ingéniosité de la conception de ces anciens pantalons était peut-être bien plus révolutionnaire qu’on ne le pense.

L’homme de Turfan et la découverte des anciens pantalons

En 2014, une expédition dirigée par Ulrike Beck et Mayke Wagner, de l’Institut archéologique allemand, a mis au jour un pantalon vieux de 3 000 ans dans un cimetière de Yanghai, situé dans le bassin du Tarim, au Nord-Ouest de la Chine. Le défunt portait également un poncho autour de la taille, une paire de bandes tressées trouvées autour des jambes du pantalon, et une bande de laine, incrustée de quatre disques de bronze et deux coquillages, enroulée autour de sa tête.

Plus de 500 tombes ont été fouillées dans le bassin de Tarim depuis les années 1970, et des vêtements similaires ont été découverts dans des sites funéraires de toute la région.

En 2014, une expédition a mis au jour un pantalon vieux de 3 000 ans dans un cimetière de Yanghai, situé dans le bassin du Tarim, au Nord-Ouest de la Chine. Le tissu utilisé pour fabriquer ces anciens pantalons était un sergé, le même tissu que celui utilisé pour le denim. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Le pantalon était tissé en laine et présentait des motifs semblables à ceux de nos pantalons modernes. Après une analyse plus approfondie, les archéologues ont également découvert que ces anciens pantalons étaient fabriqués avec un niveau d’ingénierie surprenant.

Des anciens pantalons en sergé, le tissu utilisé pour le denim

Le tissu utilisé pour fabriquer ces anciens pantalons était un sergé, le même tissu que celui utilisé pour le denim. Le sergé est tissé avec des côtes disposées en diagonale, ce qui le rend plus extensible que les autres fils de laine. La datation au radiocarbone a permis de déterminer qu’un tissu similaire trouvé dans la mine de sel d’Hallstatt, en Autriche, datait d’environ 3 200 à 3 500 ans.

Le mode de vie de l’homme de Turfan a été déduit en examinant les autres objets trouvés dans sa tombe. Les archéologues ont également découvert une hache de guerre, une bride et un mors de cheval, ce qui laisse supposer qu’il se déplaçait à cheval, se rendant peut-être au combat en portant son pantalon confortable et souple.

Grâce au sergé, le pantalon de l’homme de Turfan aurait été suffisamment souple pour ne pas se déchirer lorsqu’il tendait la jambe pour se mettre en selle. De plus, l’entrejambe était large au centre, ce qui permettait une plus grande mobilité.

Aux genoux, le tissage de la tapisserie a été utilisé pour créer un tissu plus épais et plus solide. Une troisième méthode a permis de former l’épaisse ceinture qui maintient le pantalon en place, complétant ainsi ce pantalon robuste et confortable.

Le pantalon de l’homme de Turfan présente également des motifs qui évoquent des voyages lointains, qui ont probablement inspiré les diverses ingéniosités de sa conception.

Des motifs en zigzag aux chevilles et aux mollets du pantalon, ainsi qu’un dessin évoquant une pyramide à degrés a amené Mayke Wagner et son équipe à penser que l’homme avait eu des contacts avec des Mésopotamiens, connus pour leurs immenses ziggourats, qui ont pu servir d’inspiration pour les motifs pyramidaux.

Un motif en forme de T incliné et entrecroisé ressemble à ceux trouvés dans des récipients en bronze, découverts sur d’autres sites antiques dans les actuels Kazakhstan, Chine et Sibérie occidentale : des régions dont les populations remontent à l’époque des pantalons.

On pense que le tissage de la tapisserie est originaire d’Asie du Sud-Ouest, tandis que le sergé provient probablement d’Asie du Nord-Ouest, bien que la découverte susmentionnée de sergé en Autriche ait montré que les deux régions ont pu développer le sergé séparément.

Un art issu de diverses cultures pour ces anciens pantalons

Dans l’ensemble, l’art de la fabrication de ces anciens pantalons peut avoir fait appel à des techniques de tissage variées, issues de cultures différentes, dans de nombreux pays. La situation de Yanghai, au centre de plusieurs routes d’élevage, qui deviendront plus tard la route de la soie, a également pu faciliter le partage de modèles et d’idées, influençant la confection des pantalons.

Selon Victor Mair, sinologue à l’université de Pennsylvanie, la fabrication des pantalons est apparue juste après que les humains ont commencé à monter à cheval, ce qui suggère que ce type de pantalon était fabriqué par des « pasteurs mobiles » et que ce sont les cavaliers qui ont apporté les pantalons dans le bassin du Tarim.

Le point rouge indique le lieu de la découverte de Ötzi, l’homme de glace, il y a 5 300 ans. (Image : wikimedia / Kogo / GFDL)

Les gens d’une époque plus ancienne portaient des robes, des tuniques, des toges et même « une combinaison de pagne et de jambières individuelles », comme dans le cas du corps d’Ötzi l’homme des glaces, vieux de 5 300 ans.

L’équipe de Beck et Wagner considèrent les anciens pantalons comme « une réalisation révolutionnaire dans l’histoire de la fabrication des tissus ».

Rédacteur Charlotte Clémence

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.