Une expédition repère la plus longue créature marine

Par Vision Times
Le 29/04/2020
Le siphonophore avait la forme d’une gigantesque masse galactique tourbillonnante. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le siphonophore avait la forme d’une gigantesque masse galactique tourbillonnante. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Une expédition dans le Pacifique, qui fait partie de l’initiative de l’Institut océanographique Schmidt en Australie, a révélé de nouveaux résultats surprenants.

En explorant les canyons sous-marins près de Ningaloo, les chercheurs dirigés par le Dr Nerida Wilson, chercheur principal au Western Australian Museum, ont regardé avec étonnement l’image d’une créature massive qui a soudainement surgi sur leur écran d’ordinateur. La belle créature nageait à une profondeur de plus de 600 mètres. C’était un siphonophore. D’une longueur incroyable estimée à 45 mètres, il avait la forme d’une gigantesque masse galactique tourbillonnante. « Cela ressemblait à un vaisseau spatial », remarqua-t-elle.

Une siphonophore de genre Apolemia géante

Ce prédateur est en fait une créature gélatineuse, composée d’une colonie de zooïdes individuels, qui sont des groupes de cellules qui se clonent des milliers de fois. Mais c’est encore plus compliqué que cela.  En fait, selon un article de recherche publié dans la revue Developmental Dynamics, les zooïdes naissent asexués, et chacun d’eux remplit une fonction différente pour le corps plus grand du siphonophore. Ils sont tous attachés ensemble, pour travailler comme une équipe de tentacules, un peu comme un rideau ou un filet dans lequel il capture d’autres créatures comme les petits poissons et les crustacés. De nombreux siphonophores brillent en vert ou en bleu, mais certaines espèces brillent même en rouge lorsqu’elles sont dérangées.

Wilson et ses collègues ont été rejoints par des chercheurs de l’Université Curtin, de Geoscience Australia et de la Scripps Institution of Oceanography. Ils ont documenté l’organisme à l’aide de SuBastian, le robot des profondeurs piloté à distance. Ils ont effectué 20 plongées à des profondeurs allant jusqu’à 4 500 mètres en 181 heures d’exploration.

 

La méduse Crinière de Lion peut potentiellement rivaliser avec le siphonophore. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
La méduse Crinière de Lion peut potentiellement rivaliser avec le siphonophore. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
 

À bord du Falkor, un navire de recherche dirigé par l’Institut Océanique Schmidt, l’équipe avait pour mission d’en apprendre davantage sur les créatures marines de la région. Les scientifiques ont pensé que ce siphonophore virevoltant pourrait être le plus long organisme marin de la mer. Seules la méduse à crinière de lion, dont les tentacules atteignent jusqu’à 35 mètres de long, et les énormes baleines bleues de 30 mètres rivalisent avec le siphonophore.

Nouvelles découvertes

Jyotika Virmani, directrice exécutive de l’Institut Océanique Schmidt, a déclaré : « Ce qui est fascinant dans cet endroit particulier du monde, c’est qu’elle n’a pas encore été explorée. Chaque fois que l’on descend en mer, c’est si vaste et pourtant si inexploré qu’il est très facile de faire de nouvelles découvertes et de voir quelque chose que nous n’avons jamais vu auparavant. C’est comme si nous étions sur une nouvelle planète ».

Les scientifiques à bord du Falkor ont également identifié jusqu’à 30 nouvelles espèces en plus du siphonophore. Charlie Wiener, directeur des communications maritimes chez Schmidt, a fait remarquer qu’« Il est vraiment important de pouvoir caractériser ce qui se passe dans un climat changeant, afin de savoir ce que nous avons et si nous perdons quelque chose ». Les images et les échantillons prélevés dans les océans qui entourent l’Australie auront des implications importantes pour la durabilité et la protection de ces écosystèmes sous-marins.

Éponges de verre

Au cours de l’expédition, les scientifiques ont repéré un certain nombre d’éponges de verre dans le canyon de Cape Range et ont observé pour la première fois dans les eaux d’Australie occidentale la pieuvre de Taning bioluminescente et des concombres de mer à longue queue.

 

Lors d’une expédition dans le Cape Range Canyon, les scientifiques ont observé le calmar de Taning, une pieuvre bioluminescente. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Lors d’une expédition dans le Cape Range Canyon, les scientifiques ont observé le calmar de Taning, une pieuvre bioluminescente. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

La belle scène, d’éponges de verre transparent flottant, observée dans la région du Cape Range Canyon a été un bonus supplémentaire pour les scientifiques. Les éponges de verre se trouvent couramment dans les profondeurs de l’océan. Leurs tissus sont des particules structurelles semblables au verre. Appelées spicules, elles sont faites de silice (d’où, leur nom).

« Ces spécimens représentent d’immenses extensions en profondeur et de records d’aire de répartition pour tant d’espèces, et formeront une nouvelle partie importante des collections du musée WA », a déclaré le Dr. Lisa Kirkendale, responsable de la zoologie aquatique et co-chercheur principal au Western Australian Museum.


Traduit par Camille A.

Version en anglais : Expedition Spots the Longest Sea Creature