Un nombre surprenant d’exoplanètes pourraient héberger la vie

Par Troy Oakes
Le 10/08/2020
De nouvelles données pour informer les futures missions de la NASA. (Image : NASA / JPL / Caltech)
De nouvelles données pour informer les futures missions de la NASA. (Image : NASA / JPL / Caltech)
 

Notre système solaire a une planète habitable - la Terre. Une nouvelle étude montre que d’autres étoiles pourraient avoir jusqu’à sept planètes semblables à la Terre en l’absence d’une géante gazeuse comme Jupiter. Telle est la conclusion d’une étude menée par l’astrobiologiste de l’UC Riverside Stephen Kane publiée dans The Astronomical Journal. La recherche de la vie dans l’espace extra-atmosphérique se concentre généralement sur ce que les scientifiques appellent la « zone habitable », qui est la zone autour d’une étoile dans laquelle une planète en orbite pourrait avoir des océans d’eau liquide - une condition de la vie telle que nous la connaissons. Kane avait étudié un système solaire proche appelé Trappist-1, qui a trois planètes semblables à la Terre dans sa zone habitable. Kane a déclaré : « Cela m’a amené à me demander le nombre maximum de planètes habitables qu’une étoile peut avoir et pourquoi notre étoile n’en a qu’une. Cela ne semblait pas juste ! »

 

Image du vaisseau spatial Juno de la NASA de Jupiter, la plus grande planète de notre système solaire. (Image : NASA / JPL-Caltech / SwRI / MSSS)
Image du vaisseau spatial Juno de la NASA de Jupiter, la plus grande
planète de notre système solaire. (Image : NASA / JPL-Caltech / SwRI / MSSS)
 

Son équipe a créé un système de modèle dans lequel ils simulaient des planètes de différentes tailles en orbite autour de leurs étoiles. Un algorithme a pris en compte les forces gravitationnelles et a aidé à tester comment les planètes ont interagi les unes avec les autres pendant des millions d’années. Ils ont découvert qu’il est possible que certaines étoiles en supportent jusqu’à sept, et qu’une étoile comme notre soleil pourrait potentiellement supporter six planètes avec de l’eau liquide. Kane a déclaré : « Plus de sept, et les planètes deviennent trop proches les unes des autres et déstabilisent leurs orbites respectives entre elles. »

Pourquoi alors notre système solaire n’a-t-il qu’une seule planète habitable s’il est capable d’en supporter six? Cela aide si le mouvement des planètes est circulaire plutôt qu’ovale ou irrégulier, ce qui minimise tout contact étroit et maintient des orbites stables. Kane soupçonne également Jupiter, qui a une masse deux fois et demie celle de toutes les autres planètes du système solaire combinées, d’avoir limité l’habitabilité de notre système, en disant : « Cela a un effet important sur l’habitabilité de notre système solaire car il est massif et perturbe les autres orbites. »

Seule une poignée d’étoiles est connue pour avoir plusieurs planètes dans leurs zones habitables. À l’avenir, Kane prévoit de rechercher des étoiles supplémentaires entourées entièrement de planètes plus petites. Ces étoiles seront des cibles de choix pour l’imagerie directe avec des télescopes de la NASA comme celui de l’Observatoire des exoplanètes habitables du Jet Propulsion Laboratory. L’étude de Kane a identifié une de ces étoiles, Beta CVn, qui est relativement proche à 27 années-lumière. Parce qu’elle n’a pas de planète semblable à Jupiter, elle sera considérée comme l’une des étoiles vérifiées ayant plusieurs planètes en zone habitable.

 

Le système planétaire Trappist-1 a trois planètes dans sa zone habitable, comparé à notre système solaire qui n’en a qu’une. (Image : NASA / JPL / Caltech)
Le système planétaire Trappist-1 a trois planètes dans sa zone habitable, comparé à notre système solaire qui n’en a qu’une. (Image : NASA / JPL / Caltech)
 

Les études futures impliqueront également la création de nouveaux modèles qui examinent la chimie atmosphérique des planètes de la zone habitable dans d’autres systèmes stellaires. Des projets comme ceux-ci offrent plus que de nouvelles voies dans la recherche de la vie dans l’espace. Ils offrent également aux scientifiques un aperçu des forces qui pourraient un jour changer la vie sur notre propre planète. Kane a conclu en disant : « Bien que nous sachions que la Terre a été habitable pendant la majeure partie de son histoire, de nombreuses questions demeurent quant à la manière dont ces conditions favorables ont évolué avec le temps, et les facteurs spécifiques derrière ces changements. »

« En mesurant les propriétés des exoplanètes dont les voies évolutives peuvent être similaires aux nôtres, nous obtenons un aperçu du passé et du futur de cette planète - et de ce que nous devons faire pour maintenir son habitabilité. »


Fourni par: Jules Bernstein, Université de Californie - Riverside

Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Surprising Number of Exoplanets Could Host Life