Le Nil Éternel se révèle être plus ancien qu'on ne le pensait

Par Troy Oakes
Le 18/11/2019
Le Nil au Caire, en Egypte. Les scientifiques de l'Université du Texas ont constaté que le fleuve est environ six fois plus vieux qu'on ne le pensait auparavant (Image: Nina R.)
Le Nil au Caire, en Egypte. Les scientifiques de l'Université du Texas ont constaté que le fleuve est environ six fois plus vieux qu'on ne le pensait auparavant (Image: Nina R.)
 

Les anciens Egyptiens considéraient le Nil comme la source de toute vie. Le fleuve, avec son cours régulier en direction du nord  a nourri les vallées fertiles du nord-est de l'Afrique pendant des millions d'années et, ce faisant, a façonné le cours de la civilisation humaine.

Cependant, le parcours  immuable du Nil reste un mystère géologique, parce qu’habituellement, au fil du temps, les fleuves à longue durée de vie évoluent. Des chercheurs de l'Université du Texas à Austin ont résolu le problème en reliant le débit du fleuve au mouvement des roches dans le manteau profond de la Terre.

Au cours de leurs recherches, ces scientifiques ont découvert que le fleuve éternel était beaucoup plus vieux qu'on ne le pensait, estimant l'âge du Nil à 30 millions d'années, soit environ six fois plus qu'on ne le pensait auparavant.

La recherche, publiée dans la revue Nature Geoscience, a révélé que s’il n’y avait pas eu de mouvements du manteau pour maintenir le cours du fleuve, le Nil se serait tourné vers l’Ouest il y a longtemps, ce qui aurait probablement changé le cours de l’histoire. L'auteur principal Claudio Faccenna, professeur à la UT Jackson School of Geosciences, a déclaré: 

« L'une des grandes questions au sujet du Nil est de savoir quand il a pris naissance et pourquoi il a persisté si longtemps ».

« Notre conclusion est tout à fait passionnante ».

Les résultats devraient clore un long débat sur l'âge du fleuve et démontrer que le lent mouvement du manteau profond est l'une des principales forces qui façonnent le paysage et les processus géologiques de la Terre. Le manteau terrestre est constitué de roche solide qui s'écoule comme un fluide sur de longues périodes.

Tout comme les courants dans un océan, différentes zones du manteau ont des régimes de circulation différents. L'équipe de recherche incluait Petar Glisovic, chercheur à l'École Jackson, maintenant collaborateur de recherche à l'Université du Québec, et Thorsten Becker, professeur à l'École Jackson et chercheur à l'Institut de géophysique de l'Université du Texas, où Faccenna est aussi chercheur scientifique.

Parmi les autres collaborateurs figurent des chercheurs de l'Université de Floride, de l'Université de Milano-Bicocca, de la Geological Survey of Israël et de l'Université hébraïque de Jérusalem.

 


Claudio Faccenna, professeur à la Jackson School of Geosciences, Université du Texas à  Austin, et l'équipe de recherche, ont réuni une vaste collection  de preuves géologiques pour comprendre l'évolution du plateau éthiopien. (Image: Claudio Faccenna)
Claudio Faccenna, professeur à la Jackson School of Geosciences, Université du Texas à  Austin, et l'équipe de recherche, ont réuni une vaste collection  de preuves géologiques pour comprendre l'évolution du plateau éthiopien. (Image: Claudio Faccenna)

 

Dans leur publication, les chercheurs ont établi un lien entre la nature inclinée de la topographie du Nil et une bande transportant des roches mantéliques se projetant contre les hauts plateaux éthiopiens, au sud, et entraînant la surface vers le bas, au nord. Du début à la fin, la pente douce maintient le Nil sur une trajectoire constante vers le nord.

La recherche a consisté à retracer l'histoire géologique du Nil en étudiant des roches volcaniques anciennes dans les hautes terres éthiopiennes et en les mettant en corrélation avec d'énormes dépôts de sédiments fluviaux enfouis sous le delta du Nil. Les chercheurs ont ainsi découvert, qu'après une ascension spectaculaire, les hautes terres éthiopiennes sont restées à la même hauteur depuis des millions d'années, ce que les chercheurs attribuent à l'appui du manteau rocheux par le bas. Becker a déclaré : 

« Nous savons que la haute topographie du plateau éthiopien s'est formée il y a environ 30 millions d'années ».

Jusqu'à présent, cependant, on ne savait pas très bien comment cette topographie avait subsisté aussi longtemps. L'équipe a corroboré ses résultats à l'aide de simulations informatiques recréant 40 millions d'années d'activité tectonique des plaques de la Terre.

Le modèle a montré l'arrivée d'un panache de manteau chaud, qui a probablement conduit à un écoulement de lave à l’origine des hautes terres éthiopiennes, tout en activant un tapis roulant dans le manteau, toujours présent à ce jour. La simulation a reproduit les changements dans le paysage presque exactement comme les scientifiques s'y attendaient - y compris de petits détails dans le paysage, tels que les rapides en eau vive trouvés le long du Nil.

La capacité du modèle à affiner de si petits détails a été une grande surprise et un résultat de recherche important, a ajouté M. Glisovic: 

« Je pense que cette technique nous apporte quelque chose que nous n'avions pas dans le passé ». 

Eric Kirby, professeur à l'Oregon State University et expert en paysages édifiants, mais qui n'a pas participé à l'étude, a déclaré que la combinaison de diverses données géologiques et d’une modélisation géophysique de pointe était essentielle pour la recherche ; il a ajouté : « Sans l’un ou l’autre de ces éléments, vous n’obtiendriez pas un résultat aussi convaincant ».  

L'article provient du document de l'Université du Texas à Austin. (Remarque: les éléments du document peuvent avoir été modifiés concernant le contenu et la longueur).

Traduit par Marlène Deloumeaux

Lien internet vers l’article en anglais :

http://www.visiontimes.com/2019/11/15/eternal-nile-found-to-be-more-ancient-than-previously-thought.html