Press "Enter" to skip to content

Homme. La main : un ancien dispositif numérique utilisé comme moyen mnémotechnique 

SAVOIR > Homme

La main est un outil indispensable pour un nombre impressionnant de tâches physiques. Elle était autrefois un ancien dispositif numérique, utilisé comme moyen mnémotechnique. Les archives historiques démontrent l’utilité de nos cinq doigts pour mémoriser, calculer et partager un large éventail de connaissances.

À quel point la main est-elle pratique

La main est une œuvre d’ingénierie extraordinaire, composée de 27 os (y compris ceux du poignet), reliés par 30 muscles distincts. On estime que 40 % des capacités de la main émanent du pouce, un doigt opposable et préhensile qui nous permet de saisir les objets.

Les muscles de l’avant-bras actionnent les doigts par l’intermédiaire de longs tendons, conférant à la main une force et une mobilité incroyables, dont les résultats extrêmes peuvent être observés dans l’exercice du poirier sur un doigt et chez les pianistes de concert.

Les premiers hommes utilisaient les mains pour s’acquitter des tâches liées à la survie physique, avant de créer et d’utiliser des outils primitifs rudimentaires et de communiquer à travers les gestes et le dessin.

À mesure que notre intellect s’est développé, nous avons eu l’opportunité d’enregistrer, de mémoriser et de partager des éléments de connaissance utiles. Au début, l’homme utilisait ses mains pour manipuler des matériaux à cette fin, mais à un certain moment, il y a environ 12 000 ans, les mains sont devenues un outil de mémoire en soi.

Histoire de l’utilisation des méthodes mnémotechniques manuelles

Applications spirituelles

Dans les grottes de Mogao, un complexe de grottes artificielles creusées en Chine, on a découvert une ancienne bibliothèque contenant un manuscrit qui décrit l’art ancien de la mnémotechnie.

Le manuscrit représente une paire de mains, paumes face au lecteur, avec des caractères chinois écrits sur et autour des doigts.

Les caractères situés à l’extrémité de chaque doigt identifient à la fois le doigt et l’un des cinq éléments. Les cinq éléments reconnus dans le bouddhisme, qui sont l’espace, le vent, le feu, l’eau et la terre, sont chacun représentés sur le même doigt pour les deux mains. En haut de chaque doigt figurent les dix vertus : charité, compassion, calme, générosité, patience, protection de la vie, rationalité, réconciliation, autodiscipline et sagesse.

La main : un ancien dispositif numérique utilisé comme moyen mnémotechnique
Illustration du Computus Manualis représentant une adaptation du Computus de Bède. (Image : wikimedia / Anianus, Magister, active 15th century / Incunabula / Domaine public)

À peu près à la même époque, un moine du nom de Bède, situé dans le royaume anglo-saxon de Northumbrie, a élaboré une méthode précise pour calculer la date de Pâques chaque année.

Selon son traité, The Reckoning of Time, les mains pouvaient être utilisées pour déterminer le mouvement des planètes. Les 14 articulations et les cinq ongles d’une main constituent 19 « points de repère », représentant les 19 nécessaires à la lune pour revenir à une phase identique à la même date calendaire, ou cycle métonique.

En utilisant les deux mains et en tenant compte des articulations uniquement, Bède a établi 28 points de repère, soit le nombre d’années d’un cycle solaire.

Bède a déclaré que les détails les plus fins étaient mieux transmis par la bouche, et l’idée n’a donc pas été illustrée plus avant. En revanche, le système, appelé computusdigitorium, a été adapté et largement utilisé pendant des siècles comme une méthode pratique pour déterminer la date de la fête la plus importante du christianisme.

La main : un ancien dispositif numérique utilisé comme moyen mnémotechnique
La main comme le miroir du salut, 1466. (Image : wikimedia / Netherlandish 15th Century / Domaine public)

Une gravure sur bois réalisée en 1466 en Allemagne, intitulée La main comme miroir du salut, rappelle celle trouvée dans les grottes de Mogao, avec une main dont les cinq doigts représentant la volonté de Dieu, l’examen, le repentir, la confession et l’accomplissement.

Une autre illustration de ce type de mnémonique montre les mains peintes avec des figures chrétiennes comme des apôtres et des saints sur les quatre doigts, Jésus et Marie prenant les pouces.

Autres utilisations pratiques

Cette pratique était également applicable à la musique. Le moine bénédictin italien Guido d’Arezzo, théoricien de la musique au début des années 1000, a créé un système qui a contribué à l’élaboration de la notation moderne de la portée musicale. Bien qu’il n’ait jamais relié les notes à la main de manière spécifique, ses diagrammes s’appliquaient facilement aux cinq chiffres, les articulations marquant les hauteurs dans une gamme.

La main : un ancien dispositif numérique utilisé comme moyen mnémotechnique
La main guidonienne, ou main harmonique, avec une série de notes sur la paume de la main. (Image : wikimedia / HattyBatty / BY-SA 4.0)

Les travaux de Guido ont inspiré les linguistes européens qui ont développé des moyens mnémotechniques basés sur la main, notamment John Holt, qui a mis au point une technique pour se souvenir des déclinaisons latines, et Thomas Marner, qui a créé un moyen mnémotechnique pour l’allemand parlé. À cette époque, les érudits chinois avaient déjà développé des tableaux de syllabes pour la main.

Entre-temps, les travaux de Bède ont inspiré d’autres moyens mnémotechniques pour maîtriser le temps. En 1582, le polymate français Jehan Tabourot a publié un livre d’astronomie pratique comportant 11 pages d’illustrations de mains, dont l’une déterminait les mois longs et courts en utilisant une configuration particulière de la main.

Le meilleur appareil numérique de tous les temps

Plus récemment, les pratiques mnémotechniques ont commencé à utiliser d’autres méthodes de préservation de la mémoire, la plus importante étant le palais de la mémoire. Cette technique applique des indices visuels à des lieux familiers, également appelés loci, pour aider à mémoriser des choses.

Comme pour la mnémotechnie de la main, on associe les choses à apprendre à des lieux, mais les palais de la mémoire sont idiosyncrasiques, utiles uniquement pour l’individu. La mnémotechnie de la main peut être utilisée par tout le monde comme un outil commun d’apprentissage, d’enseignement ou de communication.

Aujourd’hui, nous sommes pratiquement gouvernés par nos appareils numériques modernes. Bien qu’ils fournissent et transfèrent d’importants volumes de données, ils nous distraient également, façonnent notre pensée et érodent notre qualité de vie. L’appareil numérique traditionnel, cependant, ne nous trompe pas.

Même si la plupart de ces anciens systèmes sont tombés en désuétude, il en reste quelques-uns. De nombreuses personnes font encore usage de leurs doigts pour déterminer les mois longs et les mois courts. Les citoyens américains de certaines régions utilisent des cartes manuscrites pour déterminer la géographie, et la règle de la main droite est couramment utilisée en physique et en mathématiques.

Comme l’a écrit la psychologue Barbara Tversky, « Lorsque la pensée envahit l’esprit, l’esprit la met au monde. » Tant que nous disposons de cet outil pratique que nous portons sur nous à tout moment, pourquoi ne pas en tirer le meilleur parti ? Essayez d’utiliser l’une de ces méthodes anciennes pour mémoriser quelque chose de significatif.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : History Reveals an Ancient Digital Device Stored in the Pocket: The Human Hand

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.