Press "Enter" to skip to content

Homme. Lavr Kornilov, le général Blanc qui a fondé la résistance au communisme soviétique (2/2)

SAVOIR > Homme

Usurpant le pouvoir et provoquant une guerre civile qui a fait des millions de morts, le communisme soviétique a dominé la Russie pendant près de 70 ans, propageant la lutte brutale et la tyrannie dans le monde entier. Dans cette seconde partie, nous continuons d’exposer l’histoire du « Mouvement blanc » russe : des hommes qui se sont battus, et ont souvent payé de leur vie, pour tenter de vaincre la Terreur rouge.

Le mystère de « l’affaire Kornilov »

Lavr Kornilov a proposé un programme visant à rétablir la discipline dans l’armée russe et à restaurer l’ordre politique dont le pays avait tant besoin. Initialement, Alexandre Kerensky était d’accord avec le général et, fin août, il a demandé à Kornilov de déplacer les forces loyales au gouvernement provisoire vers Petrograd.

Mais le 10 septembre, Alexandre Kerensky a soudainement démis le général Kornilov de son commandement. Lavr Kornilov a refusé, ce qui lui vaut d’être désigné comme rebelle et arrêté à Petrograd, à la suite d’une série d’événements confus impliquant l’armée russe et des fonctionnaires du gouvernement provisoire. Plusieurs généraux, dont Denikin, ont soutenu Lavr Kornilov, mais la plupart de ses pairs ont maintenu leur neutralité pendant la controverse.

Ce qui est maintenant connu sous le nom « d’affaire Kornilov » fait toujours l’objet de débats, car de nombreux détails restent obscurs. Certains historiens russes relèvent le rôle négatif joué par Vladimir Lvov, Procureur général du Très Saint-Synode, un poste politique créé au XVIIIe siècle pour gérer l’Église orthodoxe russe.

Lavr Kornilov, le général Blanc qui a fondé la résistance au communisme soviétique
La fraternisation des soldats du général Lavr Kornilov avec les troupes du gouvernement provisoire. (Image : wikimedia / Yakov Vladimirovich Steinberg / Domaine public)

Malgré la nature religieuse du Synode, Vladimir Lvov lui-même a soutenu les communistes. Au début des années 1920, il a rejoint la Ligue des athées militants, a écrit des articles niant l’existence de Dieu et a fait l’éloge du gouvernement communiste. Plus tard, cependant, il sera arrêté par le régime soviétique en 1927 et mourra finalement derrière les barreaux.

Alors que les réformes militaires proposées par Lavr Kornilov étaient motivées par le besoin urgent de faire respecter la discipline, afin de sauver l’armée et de remporter la victoire, Vladimir Lvov aurait convaincu Alexandre Kerensky que le général préparait en fait un coup d’État pour s’installer comme dictateur militaire. La tromperie de Vladimir Lvov est probablement la principale raison de la décision soudaine d’Alexandre Kerensky de renvoyer le général Kornilov et de le déclarer rebelle.

L’affaire Kornilov a érodé la confiance entre les généraux russes et le gouvernement provisoire. En novembre, lorsque les bolcheviks de Lénine ont envahi le Palais d’hiver qui abritait l’administration Kerensky, l’armée russe n’a rien fait pour le défendre.

Lavr Kornilov, le général Blanc qui a fondé la résistance au communisme soviétique
Alexandre Kerensky, chef du gouvernement provisoire russe. La destitution du général Kornilov par Kerensky a donné aux Rouges l’ouverture dont ils avaient besoin pour prendre le pouvoir et plonger la Russie dans des décennies de désastre. (Image : wikimedia / unknown; photo retake by George Shuklin / Domaine public)

Après la révolution d’octobre (la Russie utilise alors l’ancien calendrier julien, ce qui fait que le 7 novembre, date de la prise du pouvoir par les bolcheviks, est le 25 octobre selon le calendrier julien), Lénine renverse l’Assemblée constituante nouvellement élue après que les révolutionnaires socialistes, et non les bolcheviks, aient remporté le vote.

Rouges contre Blancs

La prise de pouvoir des bolcheviks est loin d’être acceptée dans toute la Russie. Alexandre Kerensky et le gouvernement provisoire sont peut-être tombés rapidement, mais pour soumettre le reste du pays et sa population, il ne faudra rien de moins qu’une guerre civile à grande échelle et des millions de morts.

Dans les régions du Don, du Kouban et de la Sibérie, la popularité des bolcheviks est extrêmement faible. Dans certaines villes, les bolcheviks obtiennent même moins de voix que le Parti constitutionnel démocratique (Cadets), qui ne recueille que 5 % des suffrages. Par conséquent, ces régions sont devenues un terrain fertile pour les forces antibolchéviques.

Lorsque Lénine renverse le gouvernement provisoire, Kornilov, Denikin et d’autres généraux s’enfuient de leur prison à la forteresse de Bykhov. Ils formeront le noyau du mouvement anticommuniste dans la guerre civile russe - les armées blanches.

Lavr Kornilov, le général Blanc qui a fondé la résistance au communisme soviétique
Lavr Kornilov avec son état-major. (Image : wikimedia / See page for author / Domaine public)

En janvier 1918, l’armée des volontaires blancs ne compte que 3 700 hommes, dont 2 350 officiers. Les Cosaques du Don, qui étaient initialement fatigués de la guerre, ont refusé de s’engager. Ils espéraient que le fait de soutenir le nouveau gouvernement leur permettrait de conserver leurs privilèges.

Ils ne savaient pas encore que, du point de vue des bolcheviks, le mode de vie libre des Cosaques et leur tradition d’éloignement de l’autorité de l’État étaient incompatibles avec les projets du régime communiste.

Outre l’absence des Cosaques, Lavr Kornilov et d’autres Blancs ont dû faire face à des difficultés pour tenter de convaincre les officiers et les généraux conservateurs. Beaucoup d’entre eux étaient des défenseurs de la monarchie déchue et considéraient Kornilov, dont la carrière avait bénéficié de la révolution de février, comme une sorte de traître. Le fait qu’il n’ait pas d’héritage noble et qu’il n’ait pas joui d’un grand prestige dans l’organisation militaire prérévolutionnaire ne l’a pas aidé.

C’est également Kornilov qui, agissant sur ordre du gouvernement provisoire, avait placé la tsarine Alexandra - l’impératrice russe - en résidence surveillée, pendant qu’une enquête sur les activités de l’ancienne famille impériale était menée. Finalement, le gouvernement est arrivé à la conclusion que Nikolaï II et Alexandra n’étaient coupables d’aucun crime.

Lorsque les bolcheviks ont pris le pouvoir, le général Kornilov et l’armée des volontaires blancs, également connue sous le nom de gardes blancs, ont établi leur base dans la région méridionale du Kouban, où vivent les cosaques. Novocherkassk, le siège des cosaques du Don, accueillait le quartier général des Blancs.

La « Marche des glaces »

Dans les derniers jours de 1917, les Cosaques du Don sont convaincus de la nécessité de s’opposer au régime bolchevique pour ne pas mettre en péril leur propre indépendance. Avec leur soutien, les gardes blancs ont pris la grande ville de Rostov-sur-le-Don, chassant les Rouges avec une force de seulement 500 hommes.

Cependant, l’Armée rouge, mieux organisée et numériquement très supérieure, ne tarde pas à revenir. Elle déploiera 50 000 à 60 000 hommes contre les volontaires de Kornilov, qui, bien qu’augmentant progressivement en nombre, ne comptent encore que quelques milliers d’hommes.

Lavr Kornilov, le général Blanc qui a fondé la résistance au communisme soviétique
 Lavr Kornilov, avec ses officiers juste avant de lancer l’assaut sur Ekaterinodar, tenue par les Bolcheviks, le 27 mars 1918. Kornilov perdra la vie au cours de l’offensive. (Image : Capture d’écran / pinterest)

En raison des épreuves que les Blancs allaient endurer dans leurs débuts contre les Bolcheviks, la première campagne du Kouban fut connue sous le nom de « Marche de glace ».

Dès le début, Lavr Kornilov a ordonné qu’aucune décoration militaire ne soit décernée dans l’Armée blanche, car de telles récompenses seraient inappropriées dans une guerre fratricide. Plus tard, des dirigeants russes blancs comme Dénikine délivreront néanmoins un certain nombre de médailles.

À la mi-mars 1918, l’Armée blanche comptait 6 000 hommes. Le 28 mars, lavr Kornilov a mené ses hommes à l’assaut d’Ekaterinodar (aujourd’hui Krasnodar), à plus de 160 kilomètres au sud de Rostov.

Les Blancs se sont d’abord emparés des faubourgs d’Ekaterinodar et se sont préparés à prendre la ville d’assaut malgré la présence d’une force de l’Armée rouge trois fois plus importante qu’eux. Lavr Kornilov croit en la victoire, mais l’assaut ne se déroule pas comme prévu. Le 31 mars, le général a été mortellement blessé, et les Blancs ont commencé à battre en retraite.

Pour diminuer les chances que la dépouille de Lavr Kornilov soit reconnue et profanée, les officiers blancs enterrèrent le général, en secret, à côté d’un autre officier mort aussi au combat. Mais lorsque les bolcheviks sont arrivés, ils ont reconnu Lavr Kornilov par son uniforme de général et ont outragé le corps avant de le transporter à Ekaterinodar.

Là, ils ont essayé de pendre le mort Kornilov, mais la corde s’est rompue et le corps est tombé. Une foule hystérique a découpé son corps en morceaux avant de le brûler.

Un Mouvement blanc diversifié mais uni dans la résistance au communisme soviétique

La marche de glace - une retraite stratégique et un regroupement des forces blanches - se poursuit jusqu’en mai. Bien que les Blancs aient échoué dans leur objectif de prendre Ekaterinodar et perdu leur chef, ce fut un moment décisif et symbolique qui rallia la cause antibolchévique.

Lavr Kornilov, le général Blanc qui a fondé la résistance au communisme soviétique
Un service funéraire symbolique organisé pour Kornilov en 1919. (Image : wikimedia / See page for author / Domaine public)

Après le dernier combat de Lavr Kornilov, des généraux comme Anton Denikin, Pyotr Wrangel et Alexander Kolchak ont pris la tête d’armées plus importantes contre la Terreur rouge qui balayait le territoire de l’ancien Empire russe.

Les officiers blancs constituaient une force diverse et tristement fragmentée, ce qui a contribué à leur chute finale aux mains des Soviétiques. Certains souhaitaient une république russe, tandis que d’autres - comme ceux qui ont condamné Lavr Kornilov pour ses actions pendant la révolution de février - voulaient un retour du tsar. Mais les Blancs étaient unis dans leur objectif commun de résistance à la tyrannie communiste et à l’athéisme. Ils sont également d’accord sur le principe que la future forme de gouvernement de la Russie doit être décidée par un référendum, organisé de manière équitable, contrairement à l’Assemblée constituante que les bolcheviks ont abolie lorsque le résultat ne leur a pas convenu.

La brutalité des Rouges dans le Sud de la Russie provoque des révoltes contre le pouvoir de Lénine et des bolcheviks. Un nombre croissant de Cosaques se réveillent face à la menace du communisme soviétique et offrent leurs services à l’Armée blanche. Ils sont souvent rejoints par des minorités ethniques des montagnes du Caucase, comme les Circassiens et les Ossètes.

Anton Dénikine, qui a pris le commandement après la mort de Lavr Kornilov, a noté que les peuples caucasiens avaient du mal à comprendre la politique de la guerre civile russe, car le concept même de « révolution » leur était étranger. Cependant, une fois que les bolcheviks ont fait irruption dans leurs villages et ont détruit leurs mosquées et leurs temples, il était clair qu’il ne pouvait y avoir de paix tant que les « bandits malfaisants » n’étaient pas chassés.

Rédacteur Albert Thyme

Source : Lavr Kornilov, the ’White’ General Who Founded Russia’s Anti-Communist Resistance
1

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.