Press "Enter" to skip to content

Homme. Alimentation et ADN : nos gènes sont-ils affectés par ce que nous mangeons ?

SAVOIR > Homme

La nourriture est un élément essentiel de notre vie quotidienne. Que nous savourions consciemment chaque bouchée ou que nous consommions nos aliments de manière distraite, cette activité de base garantit à notre corps l’énergie dont il a besoin pour fonctionner correctement. Mais, existerait-il un lien entre alimentation et ADN ?

Aujourd’hui, ce qui nous intéresse dans les aliments sont leur saveur, leur qualité nutritionnelle ou leur valeur calorique. Pourtant, dans les cultures anciennes, la nourriture était souvent considérée comme sacrée. Le fait même que la doctrine catholique croit que le pain de la communion est converti en Corps du Christ, suggère une signification plus profonde de la nourriture, qui dépasse le concept actuel assimilant la nourriture à une simple matière, source d’énergie.

De récentes découvertes ont dévoilé l’étonnante façon dont les aliments affectent et modifient notre corps. Non seulement la nourriture pourrait interagir avec notre ADN, mais elle pourrait aussi étendre nos capacités génétiques. Cela suggère que nous, les humains, ne sommes pas génétiquement isolés de l’environnement, mais que nous sommes gracieusement interconnectés avec la biosphère et toute la création. Tel pourrait être le lien entre alimentation et ADN.

La notion réductionniste de l’alimentation

Notre conception de l’alimentation est largement fondée sur une compréhension mécaniste du corps. Lorsque le corps humain est considéré comme une machine composée d’os et de muscles qui peuvent être « réparés » lorsqu’ils sont cassés ou « réglés » lors d’un rendez-vous chez le médecin, notre alimentation acquiert inévitablement le rôle de « carburant » pour faire fonctionner le mécanisme.

D’une part, les aliments sont considérés comme de la matière. Lorsque les aliments sont décrits en termes de présence ou d’absence de nutriments essentiels tels que les vitamines, les graisses, les glucides, les minéraux et les protéines, la nourriture devient un élément qui peut être décomposé en ses constituants.

Alimentation et ADN : nos gènes sont-ils affectés par ce que nous mangeons
Les aliments emballés doivent porter une étiquette, ce qui montre comment les aliments sont généralement évalués par des méthodes quantitatives. (image : Alabama Extension / Flickr / Domaine public)

Bien que la notion d’aliment en tant que matière et énergie soit renforcée par les étiquettes nutritionnelles, on a découvert que les aliments sont en fait un support biologique d’informations susceptibles d’influencer le fonctionnement de notre corps.

Les constituants alimentaires « parlent » à nos cellules

Notre alimentation transporte et délivre des informations à notre organisme par le biais des exosomes, de sa morphologie et de certains de ses composants de base.

Les exosomes sont des microvésicules de la taille d’un virus, produites par les cellules animales, végétales et fongiques. Ils transportent des ARN non codants, c’est-à-dire des molécules qui régulent l’expression de nos gènes. Comme ces structures survivent à l’ingestion, les informations qu’elles contiennent peuvent modifier l’expression de nos gènes.

Une étude de 2012 a montré que les molécules d’ARN des exosomes contenues dans les grains de riz modifiaient les récepteurs LDL dans le foie de certains chinois, suggérant que l’échange d’informations ne se limite pas aux règnes biologiques. Ainsi, il est probable que l’expression de nos gènes soit constamment régulée par des molécules provenant des champignons, des plantes ou des animaux que nous consommons, dans un processus connu sous le nom de « régulation inter-royaumes par les microARN ».

Alimentation et ADN : nos gènes sont-ils affectés par ce que nous mangeons
Au moment où nous ingérons notre nourriture, de nombreux micro-organismes pénètrent dans notre corps en transportant de grandes quantités d’informations biologiques. (Image : Karolina Grabowska / Pexels)

Les exosomes peuvent non seulement transporter des informations d’autres organismes vers le corps humain, mais aussi contribuer à l’échange d’informations entre les plantes et les animaux. Une étude de 2014 a montré que lorsque des souris consommaient des aliments tels que du pamplemousse et des oranges, les cellules de leurs intestins subissaient des modifications. On a ainsi compris que, « au contact, les exosomes transfèrent des molécules qui peuvent leur conférer de nouvelles propriétés et/ou reprogrammer leurs cellules réceptrices ».

Par ailleurs, la morphologie de nos aliments est porteuse d’informations importantes en fonction de leur préparation et de leur mode de culture. Au niveau moléculaire, les protéines présentent un modèle de repliement qui peut contenir et transférer latéralement des informations aux protéines adjacentes liées à sa structure et à sa fonction. Ainsi, la structure de nos aliments transmet des informations biologiquement pertinentes à d’autres molécules.

Alimentation et ADN : nos gènes sont-ils affectés par ce que nous mangeons
La morphologie de nos aliments résultant de la façon dont ils sont cuits est également une source d’informations pour notre organisme. (Image : Andrea Piacquadio / Pexels)

En outre, il a été constaté que plusieurs composants alimentaires n’ont pas créé de communication ou inhibé l’expression des gènes. Par exemple, il a été démontré que les groupes méthyles présents dans des aliments tels que les légumes verts à feuilles, les agrumes et les fraises répriment la transcription des gènes dans un processus appelé méthylation de l’ADN, un processus essentiel au développement normal qui réduit au silence l’expression physique d’un gène. D’autres composants alimentaires comme la B12, les folates et la bétaïne se sont révélés efficaces pour désactiver l’expression des gènes avec une grande spécificité.

Alimentation et ADN - étendre nos capacités génétiques

Les milliards de champignons, virus et bactéries qui composent notre microbiome sont extrêmement diversifiés, provenant non seulement de notre alimentation, mais aussi de l’exposition à différents environnements. Chacun de ces minuscules êtres vivants contient des informations génétiques uniques qui peuvent ne pas être présentes dans le génome humain.

Des altérations majeures de notre corps ont lieu lorsque l’information génétique de nouveaux microbes est transférée latéralement dans le microbiome de notre organisme. Dans ce qui semble être un mouvement de saut, les nouvelles données sont incorporées à notre ADN. Elles pourraient permettre ainsi des capacités extra-chromosomiques.

Un cas révélateur a été enregistré dans une étude de 2010, au cours de laquelle on a découvert que des Japonais avaient des enzymes de bactéries marines dans leurs intestins à la suite de la consommation d’algues. Cette enzyme, spécifique aux espèces marines, permettait aux sujets de traiter des polysaccharides sulfatés qui ne seraient pas digestibles autrement.

Alimentation et ADN : nos gènes sont-ils affectés par ce que nous mangeons
Nori, feuilles d’algues grillées utilisées dans la cuisine japonaise pour les sushis. Les plus petites sont déjà assaisonnées d’huile de sésame et d’épices. (Image : wikimedia / Lyzzy / CC BY-SA 3.0)

La nourriture est un pont de vie

Les aliments fournissent à notre corps bien plus que des nutriments et de l’énergie. À chaque bouchée, nous entrons en contact direct avec les innombrables êtres qui peuplent l’écosystème. Les informations biologiques que nous recevons par l’intermédiaire de la nourriture et son influence sur l’expression des gènes de notre corps mettent en évidence le rôle important de la nourriture en tant que lien entre notre corps et la Terre.

Cette nouvelle conception de la nourriture comme pont de vie peut expliquer pourquoi nos ancêtres s’assuraient d’être dans le bon état d’esprit lorsqu’ils récoltaient, cuisinaient et consommaient de la nourriture. La manipulation des aliments était un rituel sacré qui honorait notre place dans la nature et notre lien avec la Création.

Revenir à la tradition pour réparer le pont de la vie

Étant donné le lien étroit qui nous unit à notre subsistance, il est difficile de penser que la prolifération moderne des aliments génétiquement modifiés n’aura pas d’effets durables sur nous. Les pratiques agricoles qui se concentrent sur le volume et la durabilité des récoltes tout en négligeant les tendances naturelles non seulement accentuent la conception matérielle de la nourriture mais limitent également notre capacité à recevoir des informations de l’écosystème.

Alimentation et ADN : nos gènes sont-ils affectés par ce que nous mangeons
Les offrandes alimentaires ont été un élément essentiel des cultures anciennes pour montrer le respect et la dévotion. (Image : wikimedia / Artiste inconnu)

Opter pour des aliments qui n’ont pas été modifiés par des technologies OGM, des pesticides ou des processus industriels peut nous aider à restaurer l’état naturel de notre corps tout en découvrant la compréhension profonde qu’avaient nos ancêtres de notre lien avec la vie et l’univers.

Rédacteur Charlotte Clémence

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.