Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Vivre en harmonie est un gage de bonne santé (3/3)

SANTÉ > Bien-être

Partager des activités avec des amis, avoir des contacts physiques, pouvoir se confier, trouver du réconfort et du soutien avec sa famille ou ses amis font parties des besoins essentiels de l’être humain. (Image : Elina Sazonova / Pexels)
 

L’art du juste milieu touche tous les domaines de la vie. Cela apporte beaucoup de bienfaits notamment une santé assez forte pour résister aux virus et bactéries nuisibles. C’est une approche différente que la médecine traditionnelle chinoise (MTC) pratique. Cela touche divers aspects de la vie qui fortifient la santé.

Relation avec la  famille et les amis

Les restrictions provoquées par la pandémie ont mis à mal toutes les interactions humaines. Pourtant elles sont essentielles à notre équilibre psychologique. Partager des activités avec des amis, avoir des contacts physiques, pouvoir se confier, trouver du réconfort et du soutien avec sa famille ou ses amis font partie des besoins essentiels de l’être humain.

Malgré les limites imposées par l’Etat, il est conseillé de maintenir une certaine normalité pour conserver sa santé mentale. Chaque occasion devrait être saisie. Le confinement est une situation anxiogène qui entraîne colère, angoisse, manque de concentration, sentiment de vide, ennui. Cela se manifeste surtout chez les jeunes qui ont un besoin accru de relation sociale pour se construire.

Selon l’étude Confins, durant le premier confinement :
« 33 % des étudiants présentaient des symptômes dépressifs contre 16 % des non étudiants,
24 % des symptômes anxieux contre 15 %,
33 % un stress élevé contre 22 %,
12 % des pensées suicidaires lors de la semaine précédente contre 8 % ».

Ce qui démontre bien que les réseaux sociaux ne suffisent pas à maintenir une relation saine avec ses pairs. Pour surmonter les obstacles aux relations des enfants avec leurs amis, les parents pourraient aider en les invitant tour à tour. Cela permettra aussi de créer et développer des liens entre parents.

 

(Image : Marcus Aurelius / Pexels)
La méditation apporte beaucoup de bienfaits. (Image : Marcus Aurelius / Pexels)
 

La méditation et la spiritualité

Le site de la faculté de médecine de l’université d’Ottawa fait la promotion de la méditation. Il explique que « la méditation améliore la concentration en modifiant le rythme des ondes cérébrales, stimule la pensée positive en mettant de l’ordre dans les connexions du cerveau et gère le stress en calmant l’amygdale ». Elle combat le processus de vieillissement en augmentant le nombre de neurones et de connexions neuronales. La source de leur article est tirée du livre de la Dre Heather MacLean, Mindfulness for Medical School, Residency and Beyond

En diminuant le stress mental, la méditation agit sur toutes les maladies. Elle améliore la santé cardiovasculaire et renforce l’immunité.

Il existe différentes méditations

Parmi elles, il y a la cohérence cardiaque qui dure cinq minutes. Il existe des applications gratuites pour guider la respiration. Il s’agit de respirer avec régularité pour synchroniser les neurones du cerveau avec ceux du cœur. Son effet est principalement déstressant.

La pleine conscience ou « mindfulness » est un état psychologique qui centre l’individu sur le moment présent, sans jugement. Utilisée dans les hôpitaux psychiatriques pour lutter contre la dépression, elle obtient de bons résultats. Elle est utile pour se recentrer et chasser les idées noires. Lorsqu’on la pratique régulièrement, l’état de pleine conscience se prolonge dans les activités quotidiennes, assure une meilleure maîtrise des émotions et des réactions et rend positif.

 

La méditation se fait à tout âge et elle est bénéfique pour chacun. (Image : Honey Kochphon Onshawee / Pixabay)
La méditation se fait à tout âge et elle est bénéfique pour chacun. (Image : Honey Kochphon Onshawee / Pixabay)
 

La méditation spirituelle est un travail sur soi, une pratique pour se rapprocher du divin. Elle existe dans toutes les religions. Dans le christianisme, la prière et le recueillement sur les enseignements bibliques s’apparentent à la méditation. La méditation dans la religion juive s’appuie notamment sur des méthodes de visualisation et de perspicacité en relation avec la Torah. Le soufisme est la dimension intérieure, spirituelle et ésotérique de l’islam sunnite. Il constitue une méditation profonde des enseignements du Coran et de la Sunna, la Tradition prophétique.

Les méditations bouddhistes et taoïsme amènent la personne à élever son esprit en se détachant des sentiments et intérêts humains pour atteindre le nirvana pour les bouddhistes et le Tao pour les taoïstes. En position de lotus, il s’agit de faire le vide dans son esprit et se recueillir les yeux fermés. 
Certaines méditations se focalisent sur une mudra ou sur le nom d’un bouddha.

Le Falun Dafa, une des nombreuses voies bouddhistes, comprend une méditation debout et une méditation assise en plus de mouvements énergétiques. L’esprit reste concentré sur les mouvements puis dans la position statique, sur la conscience d’être là, en méditation. La musique qui l’accompagne permet de se concentrer mais pour atteindre la plénitude parfaite, le pratiquant doit se détacher des sentiments et intérêts humains et les remplacer par les principes de vérité, bonté, tolérance.

Le Dr Jason Liu et le Dr Gwendalle Cooper ont publié une étude qui montre que le rapport d’entraînement cœur-cerveau des pratiquants passe de 40 % avant la pratique à 94 % après la pratique. Ils améliorent leur clarté mentale et sont sereins.