Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Thé Mingqian, Thé Yuqian, Thé Gu Yu

SANTÉ > Bien-être

Pourquoi le thé récolté au printemps est-il aussi précieux que l’or ?

 

Dans le poème de Lu You Quatre poèmes du style Fu pour le voyage entre le lac et les montagnes, on peut lire : « L’eau à l’embouchure du pavillon des orchidées est comme le ciel, le marché du thé profite de la pluie », ce qui est une réflexion sur l’infusion du thé avant la pluie. (Image : Zhiqing / Vision Times)
 

Une année, Wang Shupeng, un érudit de la dynastie Song, a reçu la visite d’un bon ami pendant le Festival de Qing Ming. Tous deux discutaient avec entrain. C’était le printemps, la prairie sous leur toit était si vaste que le parfum de l’herbe semblait atteindre le bout du monde. En parlant, ils étaient si enthousiastes qu’ils ont décidé de faire une promenade dans les montagnes. Comment deux personnes aussi élégantes pouvaient-elles partir à la montagne sans thé pour accompagner leur conversation ?

« Dans l’eau douce frémissante avec des bulles de la taille de l’œil du crabe, faire chauffer les feuilles du thé printanier ressemblant à la langue de l’oiseau. » « Le thé réchauffera vos mots dans vos intestins, et fera fondre ma langue bavarde. » « Il est difficile de se retrouver dans la vie, et les années s’écoulent rapidement. » « Restez pour moi, alors ne dites pas adieu à la hâte. »

L’imagination des anciens était puissante, et grâce à une observation attentive et une riche inspiration, ils ont créé de nombreux plaisirs et le charme de la vie. L’eau de source pour le thé en ébullition tourbillonne, formant des « yeux de crabe », les jeunes bourgeons du thé de printemps sont comme une « langue d’oiseau ». Une fois le thé avalé, il parfume la bouche et coule dans l’estomac, zigzague dans les intestins et réveille la vraie sagesse de la vie.

 

Lu Tong et son serviteur préparent du thé. (Image : Musée Nationale du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)
Le « Dharma Talk » de Tang Yin dans la dynastie Ming. (Image : Musée Nationale du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)
 

Pendant la conversation, les vaguelettes s’élèvent du fond de la bouilloire et ressemblent au bruit de la forêt de pins, faisant vibrer le cœur. Et les mots chaleureux qui vont et viennent entre amis trouvent une résonance dans la montagne. Dans une telle conversation, la montagne qui écoute peut aussi avoir envie de dire : « Restez pour moi, ne me dites pas adieu à la hâte ».

Thé Mingqian, Thé Yuqian, Thé Gu Yu : dégustation de thés de printemps

Le Livre du thé (茶經) de Lu Yu dit : « Les meilleurs moments pour cueillir le thé sont les deuxième, troisième et quatrième mois lunaires, selon le calendrier chinois. En d’autres termes, le thé est prêt à être ramassé à l’équinoxe de printemps. Le thé récolté en cette période est le thé de printemps ».

Depuis la dynastie Tang, le thé vert de printemps qui a toujours été le plus savoureux et le plus recherché est celui de la saison de Qing Ming et de Gu Yu, car cette saison recueille l’essence du ciel et de la terre. Le thé de printemps récolté autour de Qing Ming porte le tempérament propre et clair du ciel et de la terre, nettoie l’esprit, purifie le corps et clarifie le cœur.

Depuis les temps anciens, on distingue trois types de thé printanier : « thé Mingqian, thé Yuqian et thé Gu Yu » selon le moment de leur cueillette. Pour les amateurs de thé, le charme du thé de printemps est dans le cœur. Dans le poème Visite au village du thé de Longjing, de Yang Ruyin, de la dynastie Qing, il écrit : « Avant Qing Ming et après Gu Yu, le thé prend des formes différentes. Après Qing Ming, le bourgeon est doté de deux feuilles, une ressemble à la hallebarde, l’autre à un drapeau. »

Thé Mingqian

Les feuilles de thé cueillies après l’équinoxe de printemps et avant le Festival de Qing Ming sont appelées thé Mingqian, également connu sous le nom de thé du début du printemps, ou le thé du feu, car Qing Ming est aussi la période du renouvellement du feu. À l’époque de la dynastie Tang, on disait que « le thé Mingqian est aussi cher que l’or ». À cette période, le temps n’est pas chaud et les feuilles de thé poussent lentement, de sorte que le thé est riche en substances aromatiques et a une saveur douce.

Les caractéristiques de la saison rendent le « thé Mingqian » rare et cher. Dans les temps anciens, il s’agissait d’un produit précieux réservé à l’empereur, si bien que peu de gens pouvaient le déguster. Sous la dynastie Tang, l’illustre du thé Lu Tong, a immortalisé sa Chanson des sept bols de thé (également connu sous le nom d’Un poème pour remercier Meng Kedian d’avoir envoyé du nouveau thé), qui utilise le terme « bourgeon d’or » pour décrire le thé Mingqian de Yangxian, qui avait la faveur de l’empereur : « J’ai entendu dire qu’au Nouvel An, on va dans les montagnes, lorsque les insectes sortent de l’hibernation et que la brise printanière se lève. » « Si l’empereur veut goûter au thé de Yangxian, les cent herbes n’osent pas fleurir en premier. » « Sous la brise douce, les bourgeons perlés ont secrètement pris forme et les bourgeons dorés pointent la tête avant le printemps. »

Sous la dynastie Tang, le poète et moine Qi, a également écrit un poème sur la préciosité du thé cueilli avant le renouvellement du feu : « Cent herbes en font un esprit, il réussit à pointer la tête avant les cent herbes. Le thé est si doux qu’on en boit dans le monde entier, il est si précieux et porte le nom du thé avant le renouvellement du feu. »

Le thé Yuqian

Le thé Yuqian est un thé de printemps frais, produit à partir de feuilles de thé cueillies après Qing Ming et avant Gu Yu, également connu sous le nom de thé Qing Ming. L’arbre à thé absorbe des minéraux et des vitamines en provenance du ciel et de la terre, ce qui rend le thé savoureux et l’infusion peut être répétée plusieurs fois.

 

Le « Dharma Talk » de Tang Yin dans la dynastie Ming. (Image : Musée Nationale du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)
Lu Tong et son serviteur préparent du thé. (Image : Musée Nationale du Palais de Taïwan @CC BY 4.0)
 

Bien que le thé Mingqian de début de printemps jouisse d’une grande popularité, le thé Yuqian de Qing Ming, qui est nourri par l’air clair et lumineux, est un symbole du thé de printemps, apprécié des amateurs de thé. C’est un cadeau dans la vie de profiter du thé Yuqian ! Dans le poème de Lu You Quatre poèmes sur le voyage au lac, on peut lire : « L’eau à l’embouchure du pavillon des orchidées est comme le ciel, le marché du thé profite de la pluie ». Il est possible d’imaginer que le poète avance qu’il y a beaucoup de pluie sous la véranda de la rue du pavillon d’orchidées, le marché sur cette rue est noir du monde, les gens se précipitent pour vendre et acheter du thé cueilli entre Qing Ming et Gu Yu, c’est-à-dire, entre le 5 avril et 20 avril.

Thé Gu Yu

L’arrivée de Gu Yu signifie que le printemps touche à sa fin. Les feuilles de thé cueillies pendant la saison des pluies sont appelées thé Gu Yu, également connu sous le nom de thé Er Chun, qui est aussi la dernière feuille de thé du printemps. Pendant la période de Gu Yu, la température se réchauffe et l’humidité de l’air augmente, ce qui déclenche l’énergie potentielle des acides aminés de l’arbre à thé. C’est cette scène que l’on retrouve dans le poème de Lu You où il décrit « le parfum du thé dans la cour pendant la saison des pluies est apprécié par tous ». Apparemment, il y a plus de mille ans, les Chinois consomment déjà Gu Yu.

Les cultivateurs de thé disent que le véritable « thé de Gu Yu » est fabriqué en faisant frire les feuilles de thé fraîchement cueillies le jour de Gu Yu. On dit que boire le « thé de Gu Yu » purifie le feu, éloigne les mauvais esprits et illumine les yeux.

L’érudit Xu Cishu, vivant au sud du fleuve Yangtsé sous la dynastie Ming, a dit dans son Livre du thé dédié au thé Gu Yu : « Qing Ming et Gu Yu sont les moments de choisir le thé. Qing Ming est trop tôt, l’été est trop tard. Avant et après Gu Yu, c’est le bon moment. » Si vous êtes prêt à patienter un jour ou deux, lorsque sa vitalité est complète, le parfum est particulièrement fort, facile à « sauvegarder ». C’est-à-dire que le parfum du thé de Gu Yu a un goût fort et présent, facile à conserver.

Vivre en accord avec la saison est le meilleur moyen de capter la vitalité du ciel et de la terre et de revenir à l’essentiel, et c’est valable aussi pour la consommation du thé. Si vous ratez cette saison et cette opportunité, quand pensez-vous pouvoir en profiter de nouveau ?

Traducteur rédacteur Charlotte Clémence
Collaboration Yi Ming

Version en chinois : 明前茶貴如金?有天地氣質的三大春茶!