Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Comprendre l’aromathérapie : pourquoi les odeurs influencent le comportement et l’humeur

SANTÉ > Bien-être

Pour de nombreuses personnes, l’aromathérapie est vue comme une pratique mystique, ayant peu de fondement scientifique. En réalité, l’utilisation des plantes aromatiques remonte à l’Antiquité et est fréquemment mentionnée dans les textes sacrés. Depuis près de deux siècles, les recherches scientifiques se poursuivent sur cette pratique, qui est aujourd’hui considérée comme une branche de la médecine.

Même s’il semble logique, à un niveau intuitif, que les odeurs puissent être stimulantes et curatives, il est difficile d’en déterminer exactement la raison. Un bref aperçu de l’histoire de l’aromathérapie et des études scientifiques qui ont suivi permettra de faire la lumière sur ce sujet.

Histoire de l’aromathérapie

Bien que l’aromathérapie n’ait été reconnue que récemment comme une médecine à part entière, l’utilisation des plantes aromatiques remonte à 3 500 av. J.-C. Plusieurs pays de l’ancien monde ont utilisé des plantes et leurs extraits à des fins médicales, religieuses, ou en parfumerie, pendant des milliers d’années.

Un chimiste français a suscité l’intérêt pour les huiles essentielles en 1830, ce qui a rapidement conduit à des études scientifiques visant à mesurer leurs propriétés médicinales.

En 1887, Charles Chamberland, assistant de Louis Pasteur, a étudié les propriétés antiseptiques des huiles essentielles aromatiques d’origan, de girofle et de cannelle dans le traitement de l’anthrax, une maladie bactérienne rare mais grave.

René-Maurice Gattefossé, un ingénieur chimiste lyonnais, a publié de nombreuses études sur ce qu’il a appelé « l’aromathérapie » après s’être remis de graves brûlures résultant d’un incident de laboratoire, grâce à un traitement à l’huile de lavande pure en 1910.

Comprendre l’aromathérapie : pourquoi les odeurs influencent le comportement et l’humeur
48 échantillons d’huiles aromatiques d’Inde, Grande Exposition de Londres, 1851, exposés au Musée technique de Stockholm, Suède. (Image : wikimedia / Daderot / Domaine publique)

En 1929, le pharmacien français Louis Sévelinge démontre les propriétés antibactériennes de certaines huiles essentielles, et dans les années 1950, un médecin les utilise pour soigner les soldats blessés d’Indochine. La classification actuelle, qui tient compte des composés chimiques uniques des plantes, a été mise au point par Pierre Franchomme en 1975. Ce pharmacologue/aromatologue a introduit la notion de « chémotype » comme moyen d’identifier les plantes en fonction de leurs propriétés chimiques.

L’aromathérapie aujourd’hui

Selon Healthline, l’aromathérapie est considérée à la fois comme un art et une science. Depuis des milliers d’années, l’humanité utilise l’aromathérapie à travers des résines, des baumes et des huiles essentielles à des fins religieuses et médicales. On dit qu’elle guérit le corps, l’esprit et l’âme. La National Association of Holistic Aromatherapy (NAHA) définit cet art comme « l’application thérapeutique ou l’utilisation médicinale de substances aromatiques (huiles essentielles) pour la guérison holistique. »

Les huiles essentielles, telles que définies par l’Organisation internationale de normalisation (ISO) en 1997, sont des produits « obtenus à partir de matières premières végétales, soit par distillation à l’eau ou à la vapeur, soit à partir de l’épicarpe des agrumes par un procédé mécanique, soit par distillation sèche. »

Des études ont montré que l’aromathérapie peut aider à gérer la douleur, améliorer la qualité du sommeil et la digestion, réduire le stress ou l’anxiété, soulager les articulations douloureuses et les maux de tête ou les migraines, atténuer les effets secondaires de la chimiothérapie, combattre les bactéries ou les virus et renforcer l’immunité.

Parmi les affections que l’aromathérapie permet de guérir, citons l’asthme, l’insomnie, la fatigue, la dépression, l’inflammation, les problèmes menstruels et le cancer. L’aromathérapie peut également soulager certains cas de psoriasis, mais doit être utilisée sur avis médical d’un professionnel de santé.

Comment fonctionne l’aromathérapie

Si les propriétés antibactériennes, antiseptiques et autres propriétés médicinales peuvent être mesurées scientifiquement, la question relative aux arômes est un peu plus mystérieuse. Il semblerait que les odeurs affectent les individus de façon différente, selon la façon dont ils y ont été exposés la première fois. Selon Venkatesh Murthy, professeur à Harvard, l’odeur et la mémoire sont indissociablement liées en raison de l’anatomie du cerveau.

Lorsque nous respirons des odeurs aromatiques, les molécules sont captées par les cellules olfactives, qui sont dotées de minuscules poils capables de détecter spécifiquement une odeur particulière. Les messages remontent ensuite le long du système limbique, la partie du cerveau liée aux émotions et à l’apprentissage associatif. En fait, l’odorat est le seul de nos cinq sens qui soit lié à l’émotion. C’est pourquoi des odeurs différentes évoquent des sentiments différents pour chaque individu.

Certaines huiles essentielles sont connues pour contenir des composés appelés sesquiterpènes, uniques dans le sens où ils peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique pour accéder au tissu cérébral et au liquide céphalo-rachidien. Les sesquiterpènes sont des sédatifs naturels, ils possèdent des propriétés calmantes et soutiennent le système immunitaire.

Comprendre l’aromathérapie : pourquoi les odeurs influencent le comportement et l’humeur
L’aromathérapie fonctionne non seulement par inhalation, mais aussi par absorption. Les lotions, les gels pour le corps, les huiles de massage et autres produits similaires peuvent diffuser des huiles essentielles à travers la peau. (Image : Angela Roma / Pexels)

De nombreuses études ont démontré que le premier contact d’une personne avec un parfum est influencé par son expérience du moment, ce qui va déclencher une réponse émotionnelle similaire chaque fois que le parfum apparaîtra à l’avenir. Deux études distinctes réalisées au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et portant sur différentes senteurs, ont montré un contraste surprenant dans les réactions à l’odeur de la gaulthérie couchée. Apparemment, au Royaume-Uni, où l’odeur était considérée comme désagréable, la gaulthérie était largement utilisée comme analgésique pendant la Seconde Guerre mondiale. Aux États-Unis, elle était associée à un délicieux bonbon rose, de sorte que les Américains avaient une réponse émotionnelle positive à cette odeur.

Le magazine Scientific American explique cette réaction acquise, comme suit : « Une nouvelle odeur est ressentie dans le contexte d’un stimulus non conditionné, comme une intervention chirurgicale dans un hôpital, qui provoque une réponse émotionnelle non conditionnée telle que l’anxiété. L’odeur devient alors un stimulus conditionné pour cette expérience à l’hôpital et acquiert la capacité de susciter la réponse conditionnée d’anxiété lorsqu’elle est rencontrée à l’avenir ».

En revanche, les odeurs qui sont physiquement irritantes agissent plutôt sur le nerf trijumeau et peuvent avoir un effet répulsif immédiat.

Les parfums les plus couramment utilisés en aromathérapie ont un attrait universel et déclenchent des émotions positives. On sait que l’humeur influence la productivité, la créativité et le comportement. Les gens ont tendance à être plus agréables, plus créatifs et plus productifs lorsque leur humeur est positive. Il est donc dans l’intérêt des employeurs, des éducateurs et des commerçants de maintenir une atmosphère agréable.

Comprendre l’aromathérapie : pourquoi les odeurs influencent le comportement et l’humeur
L’huile de graines de bourrache est parfois utilisée comme huile de support, mais elle doit être réfrigérée. Cette huile est bénéfique à la fois par voie topique et par voie interne. (Image : Mareefe / Pexels)

Pourtant, l’odeur n’est qu’un des effets de l’aromathérapie sur le corps humain. L’aromathérapie fonctionne également par absorption, que ce soit par inhalation ou par absorption directe par la peau.

Lorsqu’elles sont inhalées, les molécules aromatiques se propagent dans le système respiratoire, où leurs propriétés médicinales peuvent agir au niveau des défenses immunitaires et de la guérison. Elles sont efficaces pour soulager les sinus, la gorge et la poitrine, et pour prévenir les infections et les allergies.

Les huiles essentielles utilisées dans les applications topiques comme les sels de bain, les huiles de massage et les produits de soins de la peau sont absorbées par la peau. Les molécules pénètrent l’épiderme (la couche supérieure de la peau) et le derme (la couche inférieure) avant d’atteindre les vaisseaux sanguins, par lesquels elles circulent dans le reste du corps. Tout comme les parfums inhalés, les huiles absorbées contiennent une variété de propriétés médicinales et d’antioxydants. Les applications topiques sont souvent utilisées pour réduire les signes de vieillissement, rajeunir les cellules, améliorer le flux sanguin et guérir les problèmes de peau comme l’acné et l’eczéma.

En raison de leur nature concentrée, les huiles essentielles ne doivent pas être appliquées directement sur la peau. Elles doivent être diluées dans une huile de support plus neutre, comme l’huile d’amande, l’huile d’olive ou l’huile de coco. Une attention particulière est nécessaire pour éviter les réactions allergiques.

Les huiles essentielles les plus utilisées et leurs propriétés

Parmi les nombreuses huiles essentielles disponibles, l’huile de lavande est probablement la plus populaire et la plus polyvalente. La plupart des gens trouvent son odeur apaisante, et elle est couramment utilisée pour soulager l’anxiété, les maux de tête et l’insomnie. Ses propriétés médicinales aident également à lutter contre les infections fongiques, les allergies, la dépression et les nausées.

L’huile essentielle d’arbre à thé (melaleuca alternifolia en latin), dégage une forte odeur de médicament, qui pourrait être un indice de sa valeur médicinale. Elle contient des composés antiviraux, antibactériens et antifongiques qui la rendent efficace contre de nombreuses affections comme l’acné, les verrues et les infections fongiques.

L’huile de menthe poivrée contient plus de 40 composés différents, dont le menthol, qui lui confère son parfum mentholé stimulant, apte à soulager les nausées et à améliorer les performances sportives et mentales. Bien qu’il ne soit pas recommandé d’ingérer l’huile de menthe poivrée, on pense qu’elle est bénéfique pour soigner les troubles digestifs. Certaines études ont montré que le menthol aide à soulager le syndrome du côlon irritable en bloquant le mouvement du calcium à travers la membrane intestinale, et en réduisant ainsi les spasmes abdominaux.

L’huile essentielle de citron est connue pour ses propriétés purifiantes. Elle est souvent utilisée dans les produits de nettoyage. Elle est antibactérienne et antivirale, mais, comme d’autres huiles d’agrumes, elle peut provoquer une photosensibilité en cas d’utilisation topique. Elle stimule les défenses immunitaires, la circulation et le flux lymphatique, et son odeur citronnée est généralement considérée comme tonique.

L’huile essentielle de girofle est un puissant antiseptique et un anesthésique local naturel. Elle aide à soulager les maux de dents et les plaies buccales, cependant elle ne doit pas être avalée.

Comprendre l’aromathérapie : pourquoi les odeurs influencent le comportement et l’humeur
Les diffuseurs électriques sont un moyen efficace de disperser les huiles aromatiques. Ils existent sous différentes formes pour ajouter une touche à votre décor et améliorer l’atmosphère ambiance. (Image : Andrew Gustar / Flickr / CC BY-ND 2.0)

Utilisation des huiles essentielles

L’inhalation est  l’un des modes d’utilisation des huiles essentielles le plus courant et le plus simple. Il suffit de déposer quelques gouttes d’huile sur un mouchoir et d’en respirer les effluves. Vous pouvez aussi verser quelques gouttes d’huile dans une casserole d’eau chaude et placer votre tête sous une serviette pour inhaler la vapeur.

Les diffuseurs sont utilisés pour disperser les particules des huiles essentielles dans l’air. Ils nécessitent de l’eau ou de la chaleur, ou peuvent être électriques. Ils diffusent les parfums pendant une période prolongée.

L’évaporation à sec est simple : ajoutez plusieurs gouttes d’huile essentielle à un matériau sec, à partir duquel elle s’évaporera lentement. Une boule de coton ou une serviette en papier glissée dans un objet que vous gardez à portée de main vous procurera des heures de senteur vivifiante à peu de frais.

Applications topiques : il n’est pas recommandé d’utiliser des huiles essentielles non diluées sur la peau, vous pouvez les utiliser de façon topique en les ajoutant à des huiles de massage, des lotions et des crèmes.

L’atmosphère vaporeuse d’un bain ou d’une douche est une excellente occasion d’utiliser les huiles essentielles. Ajoutez quelques gouttes sur la paroi de votre douche, sur un gant de toilette chaud ou à l’eau du bain pour obtenir un effet aromatique. Vous pouvez également ajouter les huiles à votre shampooing et à votre gel douche, ou fabriquer vos propres sels de bain.

Avertissement

Bien que les huiles essentielles soient largement disponibles et faciles à utiliser, n’oubliez pas de les traiter avec respect. Elles ont des propriétés médicinales et doivent être manipulées avec précaution. Les personnes âgées, les enfants de moins de 12 ans et les femmes enceintes ou allaitantes doivent consulter un médecin avant d’utiliser des huiles essentielles.

Évitez d’utiliser les huiles essentielles près des zones sensibles comme les yeux, les oreilles, la bouche, ou lorsque la peau est déjà irritée. Diluez toujours les huiles essentielles avec une huile de support avant de les appliquer sur la peau.

Commencez lentement et surveillez les réactions indésirables lorsque vous introduisez une nouvelle huile.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.