Génération du millénaire et baisse de l’économie

Par Vision Times
Le 03/11/2019
Quand on les compare aux générations précédentes, on estime que la génération du millénaire économise 36% de plus sur leurs revenus annuels. (Pixabay)
Quand on les compare aux générations précédentes, on estime que la génération du millénaire économise 36% de plus sur leurs revenus annuels. (Pixabay)
 

Dans une récente information adressée aux clients, le groupe financier Raymond James a reproché à la génération du millénaire d’être responsable du ralentissement de la croissance économique.

Il semble que les jeunes épargnent plus d’argent qu’ils n’en dépensent, ce qui finit par nuire à la performance économique. Les personnes nées entre 1981 et 1997 sont généralement appelées la « génération du  millénaire » ou « génération Y ».

Des économies plus importantes

Selon CNBC, Tavis McCourt, un analyste du groupe financier Raymond James, a écrit dans une note: «Nous croyons que la hausse du taux d’épargne a eu un effet désinflationniste, entraînant une croissance relativement lente et une faible inflation dans cette reprise..., ce qui a incité l’offre excédentaire et créé des biais de désinflation/déflation dans l’économie mondiale ».  

Les données de la réserve fédérale de Saint Louis montrent que le taux d’épargne des particuliers américains en août 2019 était de 8,1%. Il est plus élevé que le taux d’épargne de 1996 qui était de 5,7%. Quand on les compare aux générations précédentes, on estime que la génération du millénaire économise 36% de plus sur leurs revenus annuels.

 

Les plus jeunes épargnent apparemment plus d'argent qu’ils n’en dépensent, ce qui finit par avoir un impact négatif sur la performance économique. (Pixabay)
Les plus jeunes épargnent apparemment plus d’argent qu’ils n’en dépensent, ce qui finit par avoir un impact négatif sur la performance économique. (Pixabay)
 

Alors pourquoi les jeunes épargnent-ils davantage? M. McCourt croit que la crise financière de 2008 a eu un profond impact sur le psychisme de la population du millénaire. Les jeunes ont grandi en regardant la génération précédente se débattre financièrement pendant la crise. Marqués par ces expériences, les « millénaires » montrent un plus grand appétit pour l’épargne afin d’assurer leur avenir financier. Alors que la génération des baby-boomers décline, les habitudes d’épargne de la population du millénaire peuvent limiter la croissance.

Selon les données du FMI, le taux dvépargne national des États-Unis n’était que de 18% du PIB en 2016. La Grande-Bretagne avait un taux d’épargne encore plus faible de seulement 13%. Les pays asiatiques comme la Chine et le Japon avaient un taux d’épargne nationale plus élevé enregistrant respectivement 46% et 27 %. Une étude récente du Groupe Spectrum portant sur les millénaires gagnant 100 000 dollars par an ou plus (150 000 dollars pour les couples) a révélé qu’ils priorisent l’épargne-retraite au détriment du remboursement des prêts étudiants.

Bien que trois participants sur quatre aient révélé qu’ils prévoyaient de prendre leur retraite entre 50 et 70 ans, peu de millénaires ont déclaré qu’ils ne seraient pas en mesure de le faire en raison de leur situation financière. Près de la moitié des millénaires ont admis qu’ils auraient cotisé davantage dans leur épargne-retraite s’ils n’avaient pas eu de dettes liées aux études. « En tant que génération la plus nombreuse des États-Unis, les millénaires sont devenus les investisseurs... Ils comptent maintenant pour tous les conseillers et fournisseurs financiers qui prêtent attention aux changements générationnels chez les investisseurs », a déclaré George Walper Jr., président de Spectrum, dans un communiqué, selon Think Advisor.

 

Les personnes de la génération du millénaire prévoient de prendre leur retraite entre 50 et 70 ans. (Pixabay)
Les personnes de la génération du millénaire prévoient de prendre leur retraite entre 50 et 70 ans. (Pixabay)
 

Les femmes de la génération du millénaire

Parmi les millénaires, la population féminine s’en est bien sortie financièrement par rapport aux générations précédentes. Le pourcentage de femmes titulaires d’un baccalauréat, ou plus, est passé de 21% en 1982 à 43% ces dernières années. Les gains des femmes ont augmenté de 32% depuis 1980.

Selon le CNBC, « Les femmes sont aujourd’hui le principal soutien économique ou le co-gagnant dans 66% des ménages du millénaire, les décideurs financiers dans 62% des ménages du millénaire et les décideurs en matière d’investissement dans 55% des ménages du millénaire... Les femmes de toutes les générations détiennent près de 72 000 milliards de dollars de richesse, représentent 85% des achats des consommateurs, déterminent 89% des décisions relatives aux comptes bancaires et possèdent 40% des actions ».

Selon Accenture, la planification de la retraite est l’une des préoccupations financières les plus importantes des femmes du millénaire. Elles ont tendance à faire plus de recherche en placement que les hommes. Les femme de la génération du millénaire qui investissent, misent aussi plus sur le long terme que leurs homologues masculins et réagissent moins aux opportunités à court terme. Une étude réalisée par deux professeurs de l’Université de Californie à Davis a montré que les femmes négociaient 45% moins souvent que les hommes.

 

Traduit par Charlotte Clémence

Version en anglais : Millennials Responsible for Slowing Economy: Raymond James