Les quatre célèbres guqin dans l’histoire chinoise 

Par Vision Times
Le 23/10/2020

Qui sont les propriétaires des étonnants gujin qui ont marqué la culture traditionnelle chinoise ?

 

Le Guqin intitulé « La glace dans la nuit enneigée », Zhu Zhiyuan, XIVe siècle, de la fin de la dynastie Yuan au début de la dynastie Ming. (Image : Musée National du Palais / @CC BY 4.0)
Le Guqin intitulé La glace dans la nuit enneigée, Zhu Zhiyuan, XIVe siècle, de la fin de la dynastie Yuan au début de la dynastie Ming. (Image : Musée National du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Tout dans le monde est un corps spirituel, une vie, avec des caractéristiques et une âme. Cela est particulièrement vrai pour les instruments de musique. Un bon instrument est une création miraculeuse que l’on rencontre assez rarement.

Jouer au qin et aux échecs, faire de la calligraphie et de la peinture étaient les quatre activités culturelles nobles pour les Chinois anciens. Le qin, instrument musical utilisé dans la première activité, est l’un des plus anciens instruments de musique à cordes pincées dans l’histoire chinoise. Aujourd’hui il est appelé guqin, littéralement « qin ancien » ou qin à sept cordes.

Le qin a une longue histoire. De nombreux qin célèbres ont été inscrits dans l’histoire chinoise et possèdent un nom merveilleux, accompagné d’une légende qui fait rêver. Les quatre qin les plus célèbres sont « Hao Zhong » du Seigneur Qi Huan Gong, « Rao Liang » du Roi Zhuangwang de Chu, « Lu Qi » de Sima Xiangru et « Jiao Wei » de Cai Yong.

Hao Zhong

Le qin « Hao Zhong », littéralement « Corne de buffle et Cloche », était un célèbre qin de la dynastie des Zhou (周朝,de 1046 à 256 av. J.-C. Le son de cet instrument était très généreux : il était aussi retentissant, comme le son d’une cloche, et se transmettait aussi loin que le son d’une corne de buffle. C’est pour cette raison que ce qin a été nommé « Corne de buffle et Cloche ».

Selon la légende, Bo Ya, un musicien chinois de renom de la Période des Printemps et Automnes ( 春秋), de 771 à 256 av. J.-C., avait joué de ce qin. Plus tard, le qin « Hao Zhong » est parvenu aux mains du monarque du royaume de Qi, le Seigneur Qi Huan Gong. Il maîtrisait bien la musique et collectionnait de nombreux qin célèbres. Il appréciait particulièrement le qin « Hao Zhong ».

 

Bo Ya jouait au Guqin. (Image : Wikimedia / shizhao (talk) 拍攝 / Fresque au Palais d’été, Pékin / Domaine public)
Bo Ya jouait au Guqin. (Image : Wikimedia / shizhao (talk) 拍攝 / Fresque au Palais d’été, Pékin / Domaine public)
 

Une fois, il a ordonné à ses subordonnés de faire sonner les cornes de buffle et de chanter. Il a lui-même accompagné la musique en jouant du qin « Hao Zhong ». Les sons des cornes de buffle, la tristesse des voix et la mélancolique mélodie de la cithare « Corne et cloche » ont fait couler les larmes des serviteurs.

Rao Liang : le qin au son qui résonnait autour des poutres

De nos jours, il y a un dicton qui dit que « les chansons résonnaient encore parmi les poutres des maisons, après trois jours ». Ce dicton est basé sur une histoire racontée par Lie Zi dans son livre Vrai Classique du vide parfait (沖虛真經; Chongxu Zhenjing), un recueil de fables philosophiques issues du taoïsme.

Pendant la dynastie Zhou, Han E, une chanteuse du royaume de Han s’est rendue dans l’état de Qi. Quand elle est arrivée à la porte de Yongmen, la frontière entre les deux royaumes, elle n’avait plus d’argent, ni de nourriture. Elle n’a pas eu d’autre choix que de chanter pour pouvoir se nourrir. Ses chansons tristes résonnaient dans l’air comme le chant d'une oie solitaire. Trois jours après le départ de Han E, sa voix chantante résonnait encore parmi les poutres des maisons et le son est demeuré longtemps dans l’air.

L’instrument porte le nom de « Rao Liang » - « autour des poutres » qui indique les caractéristiques du son de cet instrument, un son qui résonnait longtemps. On dit que le qin « Rao Liang » était un cadeau d’un homme nommé Hua Yuan au roi Zhuangwang du royaume de Chu. L’année de sa création demeure inconnue.

Dès qu’il avait acquis ce qin, le roi Zhuangwang de Chu (aujourd’hui Wuhan), jouait de la musique tout au long de la journée : il était enivré par la mélodie de cet instrument. À un point qu’il n’a plus pensé à diriger le palais pendant sept jours consécutifs, laissant derrière lui toutes les affaires importantes du royaume.

Fan Ji, la concubine royale, était très inquiète et a conseillé au roi Zhuangwang : « Votre Majesté, vous êtes trop dans la musique ! Dans le passé, l’amour extrême de Xia Jie pour le Se, une cithare chinoise de grande beauté appelée " Mei Xi ", a causé sa propre mort. Le roi Zhou a écouté les musiques sensuelles et décadentes et a perdu son royaume. Votre majesté, vous aimez tellement le qin " Rao Liang " à présent et vous ne vous êtes pas rendu au palais pendant sept jours, seriez-vous prêt à perdre votre pays et votre vie ? »

 

L'aube du printemps au palais impérial de la dynastie Han. (Image : Copie du tableau éponyme peint par Chou Ying (Dynastie Ming), Musée National du Palais / @CC BY 4.0)
L’aube du printemps au palais impérial de la dynastie Han. (Image : Copie du tableau éponyme peint par Chou Ying (Dynastie Ming), Musée National du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Le roi Zhuangwang a été alerté par ces paroles, mais il ne pouvait pas résister à la tentation de jouer du « Rao Liang ». Il a donc ordonné que ce qin soit brisé en plusieurs morceaux. Dès lors, le célèbre qin « Rao Liang » a disparu à jamais.

Lu Qi : beau comme de la soie émeraude

Le qin « Lu Qi », littéralement « la soie émeraude » était utilisé par Sima Xianru, un célèbre lettré de la dynastie Han (漢朝),de 206 av. J.-C. à 220 ap. J.-C. La famille de Sima Xiangru était pauvre à l’origine et ne possédait pas grand chose dans la maison, mais les poèmes de Sima Xiangru étaient extrêmement célèbres. Le prince Liangwang lui a donc demandé d’écrire un poème. Sima Xiangru lui a écrit un poème intitulé Ru Yu. C’était un magnifique et grandiose poème. Le prince Liangwang était si heureux qu’il a offert le qin précieux « Lu Qi » de sa propre collection à Sima Xiangru pour le récompenser.

Il s’agissait d’un instrument transmis depuis les temps anciens, avec une inscription à l’intérieur : « Tong Zi He Jing ». C’était l’essence même de la combinaison du bois de Tung et de catalpa. Pour Sima Xiangru, obtenir le qin « Lu Qi », c’était comme obtenir un trésor. Sa maîtrise de l’instrument, combinée aux merveilleuses sonorités du « Lu Qi » ont rendu l'instrument célèbre à l’époque. Plus tard, le terme « Lu Qi » est devenu le synonyme de « Guqin ».

 

Phoenix et des nuages de bon augure. (Peint par Dai Hong, Dynastie Qing, Musée National du Palais / @CC BY 4.0)
Phoenix et des nuages de bon augure. (Peint par Dai Hong, Dynastie Qing, Musée National du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Une fois, Sima Xiangru a rendu visite à des amis et Zhuo Wangsun, un riche commerçant, a organisé un banquet en son honneur. Au cours des festivités, tout le monde a demandé à Sima Xianru de jouer un morceau de musique. Sima Xiangru savait depuis longtemps que la fille de Zhuo Wangsun, Wenjun, avait des talents extraordinaires, qu’elle était extrêmement douée pour le qin et qu’elle lui vouait une grande admiration. Sima Xiangru a ensuite joué du qin et chanté la chanson Feng Qiu Huang (Le phœnix mâle est amoureux du phœnix femelle). En écoutant cette chanson, Wenjun, cachée derrière les rideaux du salon, a compris ce que pensait Sima Xiangru et en a été heureuse. L’histoire de Sima Xiangru déclarant son amour à travers la musique du qin est devenue une légende de tous les temps.

Jiao Wei : un qin légendaire fabriqué avec du bois sauvé d’un incendie

Le qin « Jiao Wei » a été fabriqué par Cai Yong, un célèbre écrivain et musicien de la dynastie des Han de l’Est. Pendant son exil jusqu’à la ville de Wuhui (aujourd’hui Shaoxing), Cai Yong a sauvé du feu une section de bois de sycomore au son exceptionnel, qui n’était pas entièrement brûlée. Il en a utilisé une partie pour fabriquer un qin à sept cordes en se basant sur la longueur et la forme du bois et l’a nommé « Jiao Wei », littéralement « Queue brulée » en raison des marques de brûlure laissées sur la queue. Le son de « Jiao Wei » était extraordinaire comme prévu et il est devenu très célèbre pour son timbre agréable et sa méthode de fabrication unique.

 

Dix-huit lettrés de la Dynastie Song. (Dynastie Song, Musée National du Palais / @CC BY 4.0)
Dix-huit lettrés de la Dynastie Song. (Dynastie Song, Musée National du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

À la fin de la dynastie Han, après la mort de Cai Yong, le « Jiao Wei » était toujours intact et faisait toujours partie du trésor royal. 300 ans plus tard, sous le règne de l’empereur Ming de la dynastie Qi du Sud (南齊), de 479 à 502 ap. J.-C., l’empereur a ordonné de ressortir le qin « Jiao Wei » conservé depuis plusieurs centaines d’années, afin d’apprécier les compétences prodigieuses de Wang Zhenxiong, un grand maître de qin. Wang Zhongxiong a joué pendant cinq jours consécutifs et a improvisé une musique intitulée Chagrin pour l’empereur Ming. Sous la dynastie Ming (明), de 1368 à 1644, Wang Fengnian, un poète originaire de Kunshan, avait encore en sa possession le qin « Jiao Wei » réalisé par Cai Yong.


Traducteur rédacteur Charlotte Clémence

Collaboration Yi Ming et Vincent S

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/05/23/934060.html