Press "Enter" to skip to content

Tradition. Six Salutations sans contact

CHINE ANCIENNE > Tradition

Poings fermés. (Photo : Shenyunperformingarts.org)

Dans le contexte actuel, lorsque vous croisez un ami, ou faites de nouvelles rencontres, le réflexe est de tendre le bras pour une poignée de main, puis de spontanément le retirer avec un air embarrassé... ah, oui… la distanciation sociale.

La bonne vieille poignée de main était peut-être la norme avant le virus du PCC (Parti communiste chinois), mais à l’heure actuelle, tout le monde l’évite. Cela nécessite donc de trouver de nouvelles alternatives.

Heureusement, les méthodes adoptées dans la Chine antique sont une référence quand à la façon dont les gens se saluaient à l’époque. La poignée de main ne fait pas partie des coutumes de l’Orient. En fait, les Chinois ont développé non pas une, mais plusieurs façons différentes de se saluer, toutes sans se toucher.

Partons donc à la découverte de six salutations sans contact.

1. Poings fermés - 拱手禮

Ce geste, qui consiste à recouvrir délicatement d’une main le poing fermé de l’autre main, est encore populaire dans certaines régions d’Asie aujourd’hui. À Taïwan, en particulier, ce geste traditionnel n’est nullement dépassé.

Vous pouvez l’utiliser pour remercier, féliciter quelqu’un, vous excuser ou solliciter l’aide de quelqu’un.

Dans ce geste, pour les hommes la main gauche vient recouvrir le poing droit. À l’inverse, pour les femmes, la main droite vient recouvrir le poing gauche. Si vous vous trompez, vous risquez de déclencher un rire silencieux chez les connaisseurs.

2. La révérence - 鞠躬禮

La révérence. (Photo : Shenyunperformingarts.org)
La révérence. (Photo : Shenyunperformingarts.org)

La révérence fait partie des rites traditionnels autrefois populaires dans les cours royales de l’Ouest. Aujourd’hui, cette pratique est encore courante dans de nombreux pays asiatiques.

Le protocole de la révérence varie légèrement d’un pays à l’autre. En Corée du Sud et au Japon, où ce geste est une pratique courante, il serait discourtois de ne pas y répondre en s’inclinant à son tour. Le statut social étant très important dans ces pays, il est donc normal de saluer ses supérieurs (directeurs, enseignants et aînés).

Pour exécuter correctement ce geste, il vous suffit de vous souvenir des points suivants :

  • Gardez le dos, le cou et la tête bien droits lorsque vous inclinez la taille.
  • Maintenez vos genoux droits.
  • Inclinez-vous lentement en signe de respect et relevez-vous lentement sans vous attarder.
  • Plus vous vous inclinez bas, plus vous exprimez de sincérité et de respect. La plupart du temps, il suffit de s’incliner légèrement.

Cet exercice pratiqué régulièrement peut aussi s’avérer excellent pour le bas du dos.

3. Salut du Kung Fu 抱拳禮

Salut du Kung Fu. (Photo : Shenyunperformingarts.org)
Salut du Kung Fu. (Photo : Shenyunperformingarts.org)

Le salut dans le Kung Fu est un geste traditionnel utilisé dans le monde des arts martiaux. Pour des yeux non entraînés, il peut ressembler au geste du poing fermé, décrit ci-dessus (1). Mais dans cette salutation, le poing droit est pressé fermement contre la main gauche ouverte, doigts tendus. Vous pouvez même faire du bruit en tapant le poing contre la paume.

Il y a plusieurs explications à l’origine de ce geste. L’une d’entre elles est qu’il représente l’idéal du guerrier-érudit. Le poing représente l’habileté martiale du guerrier endurci, et la main ouverte l’érudit, toujours réceptif à l’apprentissage.

4. La révérence chinoise 萬福

La révérence chinoise. (Photo : Shenyunperformingarts.org)
La révérence chinoise. (Photo : Shenyunperformingarts.org)

Dans l’Antiquité, les femmes n’utilisaient généralement pas le salut du Kung Fu. La forme qu’elles adoptaient était la révérence chinoise.

Dans ce geste, vous repliez votre main gauche à hauteur de la hanche gauche et vous posez votre main droite dessus. Ensuite, vous vous inclinez légèrement en signe de révérence en fléchissant les genoux.

5. Salutation de style Zhou 作揖

Salutation de style Zhou. (Photo : Shenyunperformingarts.org)
Salutation de style Zhou. (Photo : Shenyunperformingarts.org)

Cette ancienne forme de salutation aurait été élaborée durant la dynastie Zhou de l’Ouest, il y a environ trois mille ans.

Elle peut se présenter de différentes façons, selon la situation. Ces différentes formes Elles sont au nombre de neuf.

En voici les bases :

Se tenir debout, les mains devant la poitrine, paumes tournées vers l’intérieur, avant-bras à l’horizontale, parallèles au sol.

  • Pour les hommes : la main gauche se situe à l’extérieur.

Pour les femmes : la main droite est à l’extérieur.

  • Les doigts restent détendus.

6. Le Heshi 合十

Le Heshi. (Photo : Shenyunperformingarts.org)
Le Heshi. (Photo : Shenyunperformingarts.org)

Le Heshi est une forme de salutation souvent utilisée par les bouddhistes. Il est courant pour les moines bouddhistes de saluer les autres moines, les abbés ou même les laïcs avec le heshi. Cette forme de salutation est également utilisée entre les personnes qui pratiquent l’une des disciplines de l’école de Bouddha lorsqu’elles se saluent, ainsi qu’à l’occasion de prières, en signe de respect envers un maître spirituel ou envers une divinité.

Ce geste peut également vous sembler familier dans le cadre du yoga ou d’autres traditions de l’Asie du Sud. Ce geste s’effectue en joignant les deux mains à hauteur de la poitrine, doigts contre doigts, paume contre paume, en laissant un creux entre les mains. Les avant-bras sont détendus, formant une ligne presque droite avec les coudes

 

Voilà les six façons de saluer sans contact, tout en respectant la distanciation sociale. La prochaine fois que vous rencontrerez quelqu'un, essayez pour voir. Si l’expérience est concluante, cela pourrait redonner vie à l’une de ces méthodes ancestrales !

Source : https://fr.shenyunperformingarts.org/

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.