Press "Enter" to skip to content

Tradition. Le bain et la culture de la vertu dans la Chine ancienne

CHINE ANCIENNE > Tradition

Lorsque l’on parle de bain, beaucoup pensent souvent aux saunas exquis, aux bains turcs et à la culture du bain japonais dans un grand seau en bois. En fait, la tradition du bain est apparue en Chine il y a des milliers d’années également. Se laver le corps et se purifier l’esprit est un symbole de vertu pour les sages tels que Confucius.

Outils de bain des dynasties Shang et Zhou

Les découvertes archéologiques montrent que sous les dynasties Shang (1570 – 1045 av. J.-C.) et Zhou (1045–256 av. J.-C.), des récipients pour le bain étaient déjà utilisés, ce qui signifie que les gens se baignaient régulièrement chez eux. Selon les archéologues, les poteries et les récipients en bronze de ces deux périodes mis au jour comprennent une gamme complète d’ustensiles de toilette tels que des bassines pour se laver le visage et les pieds, ainsi que des arrosoirs pour asperger le sol.

Dans la Chine ancienne, il existait également différents termes pour décrire les divers types de toilette. Par exemple, les écritures ossécailles sous les dynasties Shang et Zhou représentent deux caractères différents « mu » (沐) et « yu » (浴). Xu Shen, linguiste de la dynastie des Han orientaux (25 – 220), a écrit dans son dictionnaire, le Shuowen Jiezi (说文解字), que « mu » (沐) désigne le lavage des cheveux, « yu » (浴) le lavage du corps, « xi » (洗) celui des pieds et « zao » (澡) le lavage des mains.

Le Sauna en Chine au VIIIe siècle av. J.-C.

On pense généralement que le sauna est né dans la Rome antique. En fait, l’histoire nous apprend que le bain de sauna existait déjà en Chine à la période des Printemps et Automnes (770 – 476 av. J.-C.).

Un jour, le roi de Zhao a ordonné de jeter des centaines de gros blocs de fer brûlant dans un bassin d’eau pour créer beaucoup de vapeur, puis ses concubines et lui se sont jetés dans l’eau. Les recherches scientifiques modernes ont montré que le tétroxyde de fer libre est facilement absorbé et a un effet bénéfique sur l’organisme, notamment en cas d’anémie et d’hypertension. Il est étonnant de voir que le niveau et la qualité des bains dans les temps anciens n’étaient pas inférieurs à ceux des temps modernes.

Les bains aux herbes sont apparus au cours de la dynastie Han

Selon les Rites des Zhou ou Zhou Li (周禮) et d’autres documents, le « bains aux herbes » est apparu en Chine il y a 3 000 ans, sous la dynastie Zhou. Les fouilles archéologiques ont également prouvé que cette tradition existait bel et bien en Chine depuis des milliers d’années. On a découvert une grande baignoire dans la tombe du roi de Chu qui a vécu sous la dynastie des Han occidentaux (25 – 220 ap. J.-C.)

Le dessin de cette « grande baignoire » représente un pilon, un mortier et une mesure en bronze. Le pilon est long de 36,5 cm, en forme de barre, avec une extrémité épaisse et l’autre très fine, tandis que le mortier mesure 18,2 cm de haut et 16,3 cm de diamètre, doté de deux panses et décoré de trois motifs de cordes convexes. L’inscription sur le ventre du mortier, sous les cordes, se lit comme suit : « fonctionnaires et herboristes », cela signifie qu’il était utilisé pour piler des herbes.

Le pilon et le mortier ont été mis au jour en même temps qu’une cruche et une baignoire en bronze : un ensemble complet d’articles sanitaires. Des objets similaires étaient également trouvés dans les tombes des princes et des nobles des Han occidentaux. Cela prouve non seulement que la « douche » des classes supérieures de l’époque n’était pas inférieure à celle des gens modernes, mais aussi que le bain aux herbes tenait une place importante dans la vie des princes et des nobles d’alors.

Rituels de bain et culture de la vertu selon Confucius

Les anciens Chinois ont très tôt associé le bain à la culture de la vertu. Dans la Chine ancienne, le fait de se baigner et de se nettoyer avant d’entamer les affaires et les rituels d’État, de se laver et de se changer avant d’aller à la cour, et même de jeûner et de faire des sacrifices, était une pratique bien connue. L’insistance de Confucius à « se baigner avant d’aller à la cour » en est un bon exemple.

Dans le classique confucéen Livre des rites, il est dit que « les élèves confucéens avaient la coutume de se laver le corps et se purifier l’âme », ce qui signifie que le bain ne sert pas seulement à nettoyer le corps, mais aussi l’âme. Créé en 1917, le bain le plus célèbre du vieux Shanghai avant la prise du pouvoir par le Parti communiste chinois, a été nommé ainsi « Le Bain de la Vertu ».

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.