Press "Enter" to skip to content

Sagesse. Les enseignements de Confucius sur la luxure

CHINE ANCIENNE > Sagesse

Les enseignements de Confucius couvraient de nombreux sujets. L’un des plus sérieux était la question de la luxure. À ce sujet, il a sévèrement averti les gens de se méfier de la tentation.

Confucius disait : « Lorsque vous êtes jeunes et que votre sang n’est pas encore fixé, abstenez-vous de tout rapport sexuel. » Confucius a rappelé aux garçons et aux filles de prendre soin de leur corps à l’adolescence.

« Le corps à cette époque est comme la jeune pousse d’une plante, ou la chrysalide d’un insecte. Si l’on casse une jeune pousse au moment où elle bourgeonne, la jeune pousse se dessèche, si l’on creuse dans un cocon, la chrysalide meurt. »

Les anciens Chinois se traitaient mutuellement avec respect et courtoisie, en suivant ce qui était énoncé dans les rites. Ils étaient particulièrement stricts envers eux-mêmes lorsqu’il s’agissait de rencontres entre hommes et femmes. Les pensées indécentes étaient considérées comme une offense grave qui pouvait être préjudiciable aux autres et à soi-même. Les documents historiques offrent quelques exemples de la manière de se comporter face à la tentation.

L’enseignement de Confucius sur la luxure
Renzong de Song a régné pendant 41 ans (de 1022 à 1063), le règne le plus long de tous les empereurs de la dynastie Song. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)

Couper le fil de l’amour charnel avec l’épée de la sagesse (慧劍斬情絲)

L’empereur Renzong a régné pendant 42 ans, ce qui fait de lui le souverain au plus long règne de la dynastie Song. Le censeur impérial (谏官, fonctionnaire qui conseille et corrige les fautes du souverain) Wang Su lui conseilla un jour de ne pas s’approcher des femmes. L’empereur Renzong a répondu : « Wang Deyong m’a récemment offert de belles femmes. Elles sont dans le palais maintenant, et je les aime beaucoup. Laissez-moi les garder. »

Wang Su répondit : « Je suis venu aujourd’hui parce que je crains que votre majesté ne soit ensorcelée par la beauté. »

En entendant cela, l’Empereur afficha une expression douloureuse sur son visage. Luttant contre ses larmes, il ordonna à l’eunuque qui gardait la chambre des femmes : « Donnez à chacune des femmes envoyées par Wang Deyong trois cents cordes de pièces de cuivre, envoyez-les loin du palais immédiatement, et venez faire un rapport quand ce sera fait. »

Wang Su pensa qu’il avait agi dans la précipitation, « Votre Majesté pense que j’ai parlé correctement, mais il n’y a pas besoin de gérer cela dans la hâte. Puisque les femmes sont déjà dans le palais, il serait préférable de les renvoyer quelque temps plus tard. »

L’Empereur répondit : « Bien que je sois un empereur, je suis tout aussi sentimental qu’un roturier. Si elles restent longtemps, je vais me prendre d’affection pour elles et je ne pourrai plus les renvoyer. »

L’empereur Renzong s’abstint de ses désirs et servit d’exemple à son peuple. Il a régné dans la paix et la prospérité et a apporté les meilleures années à la dynastie Song.

Des conseils avisés pour une jeune veuve

L’enseignement de Confucius sur la luxure
Di Renjie était un chancelier renommé de la dynastie Tang. (Image : Epoch Média Group / Domaine public)

Di Renjie (狄仁杰, 607-700) était un chancelier renommé de la dynastie Tang. Dans sa jeunesse, Di Renjie était fort bel homme. Alors qu’il se rendait à la capitale pour passer l’examen impérial, il s’arrêta dans une auberge, où il veilla tard pour étudier à la lumière des lampes.

Soudain, la belle-fille de l’aubergiste, une jeune veuve, est venue dans sa chambre. Très impressionnée par la beauté de Di Renjie, elle vint le charmer prétextant avoir besoin d’un peu de feu pour sa bougie.

Di Renjie connaissait parfaitement son intention, mais lui dit gentiment : « En vous voyant si voluptueuse et attirante, je me suis souvenu des paroles d’un vieux moine. »

La jeune femme, curieuse, lui demanda quelles étaient ces paroles. Di Renjie lui répondit : « Avant d’aller à la capitale, j’étudiais dans un monastère, et le vieux moine m’a mis en garde contre l’avenir. » Il m’a dit : « Vous avez une belle apparence, et vous serez distingué à l’avenir, mais vous devez vous rappeler de ne pas être lascif et de ne pas commettre l’adultère, sinon votre avenir sera gâché ».

« J’ai toujours pris à cœur les conseils du vieux moine. Vous ne devez pas laisser votre impulsivité ruiner votre réputation. De plus, vous avez un beau-parent et un jeune fils qui ont besoin de vos soins. »

Après avoir écouté les paroles de Di Renjie, la jeune femme fut émue aux larmes et dit : « Merci pour votre gentillesse. À partir de maintenant, je garderai cela à l’esprit et je conserverai la vertu d’une femme. » Elle le remercia à nouveau et lui dit au revoir.

Dans les temps anciens, même en rejetant les comportement inappropriés, les gens étaient polis et évitaient d’humilier les autres. Di Renjie est allé plus loin en conseillant à la jeune veuve d’être fidèle et de respecter les valeurs morales. Suivre ce conseil était bénéfique pour elle et pour les autres.

La compassion récompensée par la naissance d’un fils

Un vieil homme nommé Qian faisait toujours de bonnes actions, mais il n’avait pas de fils. Un villageois nommé Yu devait de l’argent à d’autres personnes et a été arrêté par le gouvernement. Connaissant la gentillesse de Qian, la femme de Yu est venue lui emprunter de l’argent pour payer la caution de son mari. Le vieil homme lui a donné ce dont elle avait besoin sans officialiser la dette, soulageant ainsi l’autre partie.

Par la suite, le couple a amené leur fille pour remercier Qian en personne. Voyant que la fille était très belle, la femme de Qian a voulu la prendre pour concubine de son mari, espérant qu’elle pourrait porter un petit garçon pour la famille.

Le couple était d’accord, mais Qian a dit : « Il n’est pas permis de profiter des difficultés des gens. Par gentillesse, j’ai sauvé l’autre partie qui était dans l’urgence. Mais épouser leur fille maintenant serait profiter de la situation, ce qui serait injuste. Je préfère rester sans enfant plutôt que de faire çela. »

A ces mots, Yu et sa femme ont été très touchés. Ils ont salué Qian et sont partis. Cette nuit-là, sa femme a rêvé d’un être divin qui lui disait : « Votre mari a sauvé des gens et fait de bonnes actions. Il a de la compassion pour les pauvres et les nécessiteux et ne se livre pas à l’adultère. Il a accumulé une grande vertu. Vous aurez donc un fils. » L’année suivante, sa femme donna effectivement naissance à un fils. Ils nommèrent le garçon Tianzhi (天之, bénédictions du ciel). À l’âge de dix-huit ans, Tianzhi passa les examens impériaux et devint plus tard un fonctionnaire.

Une histoire d’aujourd’hui

Une histoire circule en ligne au sujet d’un étudiant de collège, à l’apparence ordinaire et aux notes moyennes, issu d’une famille pauvre en Chine. Il avait une petite amie au lycée et lorsqu’il est entré à l’université, ils ont entretenu une relation épistolaire.

Un jour, sa petite amie lui a rendu visite à l’école et lui a fait des avances. Il s’est maîtrisé et a refusé d’avoir des rapports sexuels avant le mariage, si bien que sa petite amie a rompu avec lui.

Plus tard, cet étudiant a été embauché par une célèbre chaîne de télévision de Shenzhen, un emploi recherché par de nombreux jeunes gens talentueux. Les gens ont trouvé incroyable qu’une personne comme lui, qui était moyenne à bien des égards, ait réussi à décrocher un si bon emploi si facilement.

Pourtant, ce n’est pas une surprise pour les personnes qui croient au principe de cause à effet. Un vieux dicton dit : « Ceux qui sont exposés à la tentation mais ne commettent pas d’adultère accumulent une grande vertu et obtiennent de grandes bénédictions. » Lorsque ce jeune homme a refusé de compromettre ses principes moraux en ne cédant pas à sa petite amie, il s’est attiré les bénédictions des cieux.

Sima Guang (1019-1086) était un fonctionnaire érudit de haut rang et un historien de la dynastie Song. Sa devise concernant la famille était la suivante : « Si vous accumulez de l’or pour le léguer à vos enfants, il se peut qu’ils ne puissent pas le garder, si vous accumulez des livres pour les léguer à vos enfants, il se peut qu’ils ne puissent pas les lire, la vertu accumulée, cependant, durera pour bien servir vos enfants ».

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.