Press "Enter" to skip to content

Histoire. La valeur artistique et l’histoire des éventails chinois traditionnels

CHINE ANCIENNE > Histoire

L’éventail à main a évolué au cours de la longue histoire de la Chine, la décoration artistique contribuant souvent à la valeur et à la beauté de l’accessoire. Le plus ancien éventail à main peint enregistré (書畫扇 shuhua shan) remonte au IVe siècle, lorsque les calligraphes et les peintres au lavis d’encre réalisaient leurs œuvres d’art sur des éventails à main avec des pinceaux à encre (毛筆 maobi). Les éventails pliants traditionnels chinois sont devenus populaires des siècles plus tard, et ont été utilisés comme une forme d’expression artistique.

La première personne enregistrée en train d’écrire une calligraphie sur l’éventail traditionnel chinois est Wang Xizhi (王羲之), un sage calligraphe qui a vécu de 303 à 361. L’une de ses œuvres calligraphiques les plus célèbres est la Préface au recueil du Pavillon des Orchidées (蘭亭集序, Lanting Ji xu).

La pièce de Wang fait référence à un événement survenu en 353 de notre ère, au cours duquel lui et 41 autres érudits ou poètes présents à cette occasion ont composé des dizaines de poèmes tout en se divertissant avec du vin le long d’une rivière à Lanting, dans la préfecture de Kuaji, où Wang était gouverneur.

Ils ont organisé une cérémonie de purification du printemps sur la rive de la rivière. Un concours de boisson et de composition de poèmes s’ensuivit : des coupes de vin flottaient sur l’eau et quiconque voyait une coupe s’arrêter devant lui devait soit la boire, soit composer un poème. Au total, 37 poèmes ont été recueillis, écrits par 26 lettrés.

Plus tard, au XVIIe siècle, les empereurs, les érudits du palais et les fonctionnaires se sont mis à peindre et à calligraphier sur les nouveaux éventails. Offrir des éventails artistiques est devenu une tendance dans le palais impérial.

Une forme d’art unique

La dynastie Sui a été un tournant dans l’histoire de la Chine. Elle a unifié la Chine après l’ère du chaos politique et des guerres civiles, qui avait divisé le pays en différentes dynasties éphémères entre 420 et 589 ap. J.-C..

En conquérant les dynasties nomades, les Sui ont fusionné les cultures nomades de la Chine avec la culture Huaxia et ont jeté les bases essentielles de la dynastie Tang (618-907 de notre ère), l’une des plus grandes époques de la Chine.

L’éventail pliant a été introduit en Chine par le Japon après le Xe siècle. Avec sa surface arquée, large en haut et étroite en bas, la forme unique de l’éventail pliant a progressivement attiré l’attention des peintres et des calligraphes qui l’ont utilisée pour l’expression artistique.

Au XIVe siècle, le premier empereur des Ming a fait don d’un tribut japonais, l’éventail pliant, aux fonctionnaires du palais du début de la dynastie Ming. Plus tard, l’empereur Yongle (永樂大帝, 1360 - 1424) a fait l’éloge de l’éventail pliant pour sa commodité et sa flexibilité.

La valeur artistique et l’histoire des éventails chinois traditionnels
Les éventails pliants portant des inscriptions de poèmes ou de messages étaient des cadeaux populaires parmi la noblesse. (Image : wikimedia / Wang Duo / Domaine publique)

Les fonctionnaires du palais recevaient en cadeau des éventails pliants personnellement calligraphiés lors de l’un des plus importants festivals traditionnels chinois, le festival des bateaux-dragons (端午節, Duanwujie), une coutume née sous la dynastie Ming et qui perdure encore aujourd’hui.

Ces éventails pliants sont devenus un cadeau traditionnel parmi les fonctionnaires du palais, qui ont commencé à apporter des éventails avec eux pour écrire dessus.

Les éventails pliants peints par les empereurs

Au début de la dynastie Qing, au XVIIe siècle, les empereurs et les fonctionnaires du palais ont eu tendance à réaliser des peintures et des calligraphies sur les éventails pliants.

Les éventails pliants ornés de peintures ou de calligraphies réalisées par les empereurs étaient des cadeaux inestimables pour les fonctionnaires du palais. La plupart des éventails pliants peints par les empereurs qui ont été conservés datent du XVIIe siècle.

La peinture d’oiseaux et de fleurs du pinceau impérial (御筆花鳥, Yubi Huaniao) est un legs rare peint par l’empereur Xuanzong (宣宗, 1399-1435). Deux oiseaux sont représentés parmi des fleurs de camélia sur un éventail en papier peint en or.

La coutume d’offrir des éventails pliants au palais

La plupart des éventails pliants peints par les empereurs qui subsistent sont des œuvres de la dernière dynastie impériale chinoise, la dynastie Qing.

La valeur artistique et l’histoire des éventails chinois traditionnels
L’empereur Kangxi était le troisième empereur de la dynastie Qing et celui qui a régné le plus longtemps dans l’histoire de la Chine. C’était un calligraphe accompli et un sage dirigeant. (Image : wikimedia / Domaine publique)

L’empereur Kangxi (康熙大帝, 1654-1722), considéré comme l’un des empereurs les plus extraordinaires de Chine, aimait la calligraphie. Il offrait aux fonctionnaires des éventails pliants inscrits avec sa calligraphie impériale. Il a également demandé aux érudits de l’Académie Hanlin, un établissement d’enseignement supérieur national, de soumettre des éventails pliants ornés de peintures et de calligraphies.

Sous le règne de l’empereur Qianlong (乾隆皇帝, 1711-1799), l’empereur et les fonctionnaires de son palais ont réalisé de nombreux travaux de peinture et de calligraphie sur des éventails. Ils ont également consacré beaucoup d’efforts à collecter, réparer et remonter les anciens éventails du palais.

L’Ode de Yang sur l’atteinte des îles de l’immortalité (仿仇英筆意樓閣, Fang Chouying Bi Yi Louge) a été commandée par l’empereur pour imiter l’œuvre du célèbre peintre Qiu Ying (仇英 1494-1552) de la dynastie précédente (Ming). Cette peinture utilise une technique de pinceau raffinée pour représenter l’architecture du palais et les paysages ornés de couleurs bleu et vert sur papier doré, reflétant une élégance raffinée et une somptueuse beauté.

La valeur artistique et l’histoire des éventails chinois traditionnels
L’histoire légendaire de l’éventail en soie blanche de l’empereur Kangxi démontre sa sagesse, ainsi que les coutumes de l’époque. (Image : wikimedia / Artiste inconnu / Domaine publique)

La légende de l’éventail pliant en soie blanche de l’empereur Kangxi

L’histoire légendaire de l’éventail pliant en soie blanche témoigne de la tolérance et de la largesse d’esprit de l’empereur Kangxi, ainsi que de la coutume selon laquelle les empereurs peignent et offrent des éventails pliants.

L’empereur Kangxi était sage, habile et intelligent. C’était un prodige qui aimait apprendre depuis son enfance. Il a commencé à apprendre les ouvrages académiques de la culture traditionnelle chinoise alors qu’il n’avait que cinq ans.

Il était un empereur assidu et travailleur, tant dans l’apprentissage que dans les affaires politiques. Après s’être occupé quotidiennement des affaires politiques, il demandait aux plus grands érudits impériaux sélectionnés de lui enseigner comment devenir un meilleur empereur selon le confucianisme, une philosophie qui met l’accent sur la bienveillance et un niveau moral élevé. Kangxi est considéré comme l’un des empereurs les plus érudits et les plus studieux de l’histoire impériale chinoise.

Un jour de 1718, l’empereur se rendit à l’Académie Hanlin pour discuter avec les érudits impériaux de la manière de gouverner le pays avec un esprit ouvert et compatissant, conformément au confucianisme. Il a posé son éventail pliant en soie blanche sur une table à l’extérieur de la salle académique avant de pénétrer dans le lieu.

Pendant ce temps, un érudit impérial est passé par là et a vu l’éventail pliant blanc. Il a pris l’éventail et a commencé à écrire dessus un célèbre poème en utilisant un pinceau de calligraphie.

Pendant qu’il écrivait, l’empereur Kangxi est sorti pour récupérer son éventail. En voyant le savant écrire sur son éventail, l’empereur fut surpris. Quand il vit ce qui avait été écrit, il fut encore plus étonné : L’érudit avait sauté un mot du célèbre poème de 28 mots écrit par un poète renommé de la dynastie Tang, une grande époque de poèmes.

Pendant son règne, l’empereur Kangxi a rassemblé les plus grands érudits de tout le pays au sein du palais. Ces érudits étaient censés mémoriser chaque mot de centaines de milliers de poèmes et de centaines de livres écrits par des poètes et des érudits au cours des milliers d’années précédentes.

La valeur artistique et l’histoire des éventails chinois traditionnels
Écritures bouddhistes écrites par l’empereur Kangxi, 1675. (Image : wikimedia / Underbar dk / CC BY-SA 4.0)

« La calligraphie est bonne », dit l’empereur. « Mais tu as oublié un mot. »

Le lettré se justifia. « Votre Majesté, dit-il, ce que j’ai écrit n’est pas le poème que vous avez mentionné, mais juste une brève version. »

Puis il commença à jouer sur les mots et à réciter le poème incorrect avec une ponctuation et un sens différents.

L’empereur Kangxi fut irrité par l’audacieux érudit qui tentait de cacher son erreur par la ruse. Il pensait que cet érudit était trop arrogant, et décida de lui donner une leçon.

L’empereur a fait un court poème avec un sourire et l’a écrit au dos de l’éventail pliant. Au lieu d’accuser directement l’érudit d’arrogance, l’empereur a sous-entendu sa faute dans le poème, en regrettant le bon vieux temps, quand les érudits étaient savants mais humbles.

L’empereur a ensuite offert l’éventail à l’érudit.

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.