Press "Enter" to skip to content

Histoire. Un vrai héros au grand tempérament : Zhou Yu (1/4)

CHINE ANCIENNE > Histoire

Zhou Yu était grand, fort et beau, il était un homme de plume talentueux et avait un don exceptionnel pour l’art de guerre. (Image : wikimedia / Domaine public)
 

Dans son poème Nian Nu Jiao - Souvenirs du passé sur les falaises rouges (念奴嬌·赤壁懷古), Su Shi (蘇軾), un grand poète de la dynastie des Song (宋,960 - 1279), a mentionné un certain Monsieur Zhou aux allures exceptionnelles : « Majestueux et élégant, il tenait à la main un éventail de plumes et portait un chapeau en soie azur. Il était calme et fringant, tandis qu’il parlait et plaisantait, les troupes puissantes de Cao Cao (曹操) étaient anéanties comme de la poussière et de la fumée ». Ce monsieur Zhou aux allures exceptionnelles et au comportement héroïque fait référence au général Zhou Yu (周瑜, 175 - 210), un stratège militaire chinois de la fin de la dynastie Han et du début de la période des Trois Royaumes (三國), général de Sun Quan (孫權), le roi du Royaume de Wu (吴).

Don pour la musique

Selon les Chroniques des Trois Royaumes (三國志), Zhou Yu est né dans une grande famille du comté de Shu xian, à Lujiang, dans la province de l’Anhui. Le frère de son grand-père paternel, Zhou Jing, et le cousin de son père, Zhou Zhong, avaient tous deux occupé le poste de Taiwei (太尉 - Commandant suprême), le plus haut grade militaire de la dynastie des Han de l’Est (東漢, 25-220), tandis que son père, Zhou Yi, avait été le Préfet de Luoyang, ce qui faisait de Zhou Yule le descendant d’une famille distinguée.

Contrairement à ce qui est dit dans certains écrits littéraires, dans lesquels Zhou Yu est décrit comme quelqu’un à l’esprit étroit, jaloux des personnes talentueuses, il était en réalité un homme beau et élégant, très doué pour la littérature, la musique et l’art de la guerre. Ce qui le distingue encore davantage, c’est qu’il était tolérant et visionnaire dès son plus jeune âge et a ainsi été qualifié de talent unique par Liu Bei (劉備), l’empereur des Han (漢).

Jouer au Guqin. (Image : Musée national du Palais, Taipei / @CC BY 4.0)
Jouer au Guqin. (Image : Musée national du Palais, Taipei / @CC BY 4.0)
 

Très jeune, Zhou Yu maîtrisait parfaitement l’art de la musique et jouait bien du guqin (古琴). Même après avoir bu trois verres de vin, il pouvait identifier la moindre erreur des musiciens et leur donner quelques conseils. Selon les anecdotes, certaines musiciennes éprises de lui allaient même jusqu’à se tromper exprès afin d’attirer son attention.

Talent militaire et amitié avec Sun Ce

En plus de son don pour la musique, Zhou Yu était aussi un stratagème de grande sagesse. À la fin de la dynastie des Han de l’Est (東漢, 25-220), le paysage politique en Chine est devenu chaotique avec l’apparition d’un grand nombre de leaders prenant chacun le contrôle d’une certaine zone géographique.

Sun Jian (孫堅), le général de l’armée, s’est mobilisé contre Dong Zhuo (董卓) - un puissant ministre de la dynastie Han ayant aboli le jeune empereur - et s’est installé avec sa famille à Shuxian (舒縣). Son fils Sun Ce (孫策) avait le même âge que Zhou Yu. Ils partageaient les mêmes intérêts et étaient comme des frères. Zhou Yu a également fait don à Sun Ce de son propre manoir pour qu’il y vive, et « chacun saluait avec beaucoup de respect la mère de l’autre, et ils partageaient tout ». Plus tard, Zhou Yu et Sun Ce ont uni leurs forces et combattu ensemble. Ils étaient invincibles, dominant ainsi Jiangdong (江東, partie Est du Fleuve Yangtsé).

Portrait de Sun Ce. (Image : wikimedia / Domaine public)
Portrait de Sun Ce. (Image : wikimedia / Domaine public)
 

Yuan Shu (袁術) - un puissant militaire de la dynastie Han - admirait le talent de Zhou Yu et lui a proposé d’occuper le poste de général sous ses ordres, alors que Sun Ce était encore sous les ordres de Yuan Shu à l’époque. Mais Zhou Yu, voyant que Yuan Shu n’était pas une personne de grand talent ou capable de grandes réalisations, a trouvé une excuse pour revenir vers Sun Ce. Lorsque Sun Ce a appris le retour de Zhou Yu, il l’a accueilli personnellement et l’a nommé « Général Jianwei - gardien du palais interdit et de la famille royale » lui allouant 2 000 hommes et 50 chevaux pour son déploiement. Cette année-là, Zhou Yu avait vingt-quatre ans, et les habitants du Royaume Wu le nommaient avec respect « Zhou Lang » (jeune homme Zhou).

Zhou Yu a ainsi aidé Sun Ce dans ses conquêtes à travers la Chine. Après avoir conquis la région Wan (皖地, aujourd’hui province de l’Anhui), ils ont rencontré la femme de leur vie : les deux filles de la famille Qiao dans la région Wan, toutes deux d’une grande beauté. Sun Ce a épousé la fille ainée Da Qiao (大喬) et Zhou Yu a épousé la fille cadette Xiao Qiao (小喬). Ces deux mariages entre des époux talentueux et leurs épouses d’une grande beauté ont fait l’objet de grandes célébrations.

Plus tard, lorsque Sun Ce a été assassiné, Zhang Zhao (張昭) ainsi que le conseiller général, Zhou Yu ont assisté Sun Quan (孫權) - le frère de Sun Ce – dans son rôle de protecteur central (qui dirigeait la garde impériale ainsi que les généraux, et était chargé de l’élection des responsables militaires). Ils travaillaient en binôme tout en assumant des responsabilités différentes : Zhang Zhao était responsable des affaires de la cour alors que Zhou Yu était chargé de diriger l’armée à l’extérieur afin d’assure la défense contre les ennemis étrangers et d’ouvrir de nouveaux territoires.

Loyal et dévoué, Zhou Yu a bien dirigé ses troupes à l’extérieur, anéantissant plus de 10 000 envahisseurs et bandits, et repoussant les attaques de l’armée de Liu Biao (劉表). En 208 après J.C., après que Sun Quan ait décidé d’attaquer Jiangxia (江夏), Zhou Yu a été nommé « Grand commandant ».

A suivre…

Traduit par Tchen Sixuan

Version en chinois : 器量广大真英雄 告诉你一个真实的周瑜(图)