Press "Enter" to skip to content

Histoire. Le passé et le présent des examens impériaux en Chine

CHINE ANCIENNE > Histoire

La civilisation chinoise a longtemps considéré l’excellence dans les études comme une question de nécessité pragmatique et de culture morale. Confucius, l’ancien enseignant et philosophe, exhortait ses disciples à étudier afin que leurs efforts soient utilisés au mieux. C’est ainsi que les examens impériaux en Chine ont gagné en prestige.

Les examens impériaux et leur impact sur la culture et le gouvernement

Cet accent mis sur l’éducation se manifeste peut-être de la manière la plus célèbre dans l’examen impérial, ou kējǔ (科舉) en chinois. Conçus comme un moyen pour la cour de rassembler les meilleurs talents, à travers le royaume, pour servir dans la bureaucratie de l’État, ces examens ont eu un impact profond sur la culture et le gouvernement anciens de la Chine.

Le premier examen impérial standardisé remonte à la dynastie Sui (581-618 ap. J.-C.) et a été affiné sous les dynasties Tang et Song.

Des centaines d’années plus tard, le système d’examen impérial chinois a influencé les tests standardisés de la fonction publique conçus dans les pays européens et utilisés par les écoles et les universités du monde entier. Dans l’Empire britannique, les fonctionnaires étaient appelés « mandarins », en référence aux fonctionnaires chinois qui jouaient un rôle similaire dans la bureaucratie.

Le passé et le présent des examens impériaux en Chine
Une illustration de 1894 montre l’entrée de la salle d’examen impériale à Nanjing, en Chine. (Image : wikimedia / Domaine publique)

Qu’est-ce qui était testé ?

En tant que critère de sélection des administrateurs chargés de gérer le vaste territoire chinois, les examens impériaux étaient toujours basés sur les classiques confucéens et leurs commentaires sur la loi et le gouvernement.

En obligeant tous les étudiants du pays à étudier pour cet examen, l’État a pu unifier l’empire avec une culture commune basée sur les enseignements confucéens et renforcer le tissu moral de la société.

Sous la dynastie Tang (618-907), en plus des enseignements confucéens, l’empereur Gaozu a ajouté quelques éléments à l’examen. La connaissance des édits impériaux, des décrets gouvernementaux et des décisions judiciaires était essentielle. Les aspirants fonctionnaires étaient testés sur leur capacité à comprendre et à rédiger ces documents.

Dans le même ordre d’idées, les érudits devaient démontrer leur capacité à rédiger un essai en huit parties, appelé ba gu wen (八股文). Il s’agissait d’une présentation formalisée d’idées, avec des phrases et une structure définies - l’une répondant à l’autre, mot par mot, phrase par phrase.

Le passé et le présent des examens impériaux en Chine
Détail d’un essai en huit parties (ba gu wen) intitulé 欽定四書文 et rédigé en 1736. (Image : wikimedia / Domaine publique)

L’accent mis sur les classiques confucéens était renforcé par d’autres mesures. Les classiques devaient être mémorisés, mais, plus important encore, bien compris. La capacité à s’exprimer de manière claire et cohérente était également testée. L’accent étant mis sur la capacité à expliquer le sens des mots de Confucius.

Dans la Chine ancienne, les mathématiques étaient bien développées. Elles se divisaient entre « arithmétique interne », c’est-à-dire les calculs qui pouvaient être effectués mentalement, et « arithmétique externe », qui devaient être effectuées à l’aide de formules et d’algorithmes. Les statistiques et la comptabilité étant une nécessité pour tout gouvernement, les mathématiques étaient également fortement testées dans l’examen impérial.

Malgré la nature politique de l’examen, les autorités cherchaient également à évaluer les qualités morales et spirituelles des candidats. Le principal moyen d’y parvenir était d’évaluer leur poésie, considérée comme une fenêtre sur le véritable caractère d’une personne. Les poèmes soumis portaient sur des thèmes sans rapport avec la politique, par exemple, un sujet courant était la pureté.

De même, les réformes de la dynastie Tang examinaient également les compétences calligraphiques des candidats. On pensait qu’au-delà de la transmission d’informations, la qualité de l’écriture manuscrite reflétait le tempérament et le caractère de l’auteur.

Le passé et le présent des examens impériaux en Chine
Détail d’une lettre calligraphiée envoyée par Wang Xizhi, le « Sage de la calligraphie », intitulée Déblaiement opportun après une chute de neige (快雪時晴帖). Wang Xizhi a vécu au 4ème siècle de notre ère. (Image : Musée National du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0) 

Les diplômes impériaux

L’examen impérial régulier se tenait chaque année, attirant jusqu’à 2 000 candidats par an. Il produisait différents niveaux de fonctionnaires érudits, notamment Xiucai (秀才) ou « talent », Mingjing (明經) ou « adepte des classiques », et Jinshi (進士), ou « érudit impérial complet ». Les personnes qui passaient le niveau le plus élevé, le Jinshi, devenaient les personnes les plus importantes de la classe éduquée chinoise et occupaient des postes importants à la cour impériale. Ce niveau était donc le plus difficile. Seuls un ou deux candidats réussissait l’examen parmi des centaines de candidats.

L’examen irrégulier était mis en place spontanément par l’empereur lui-même, qui faisait office d’examinateur en chef. L’empereur était également connu comme le « grand tuteur » dans la Chine ancienne. La sagesse, la vertu, ainsi que le caractère filial et droit d’une personne étaient les critères que l’empereur recherchait lors de cet examen.

Au cours de la dynastie Song, l’examen a été affiné en quatre niveaux : Le niveau le plus bas était l’examen de comté : les candidats qui réussissaient, devenaient Xiucai - un talent distingué, et se qualifiaient pour passer l’examen provincial, produisant le Juren (舉人) - un homme recommandé ou un diplômé. Les Juren devenaient l’élite provinciale et détenaient un pouvoir énorme au niveau provincial.

Les Xiucai occupaient des postes de direction dans leurs villages ou devenaient des enseignants chargés de maintenir le système éducatif. Le troisième niveau était l’examen de l’Académie produisant le Gongshi (貢士) - étudiant hommage. Le quatrième et le plus élevé était l’examen du palais, qui, se déroulant dans le palais, produisait les érudits connus sous le nom de Jinshi.

Qui pouvait passer l’examen ?

Les examens impériaux n’étaient ouverts qu’aux hommes. Les personnes d’origine indésirable, comme les criminels et les enfants de prostituées, ne pouvaient pas se présenter à l’examen. À part cela, cependant, l’examen impérial civil ne faisait pas de discrimination de classe, permettant même aux enfants de familles pauvres de devenir des fonctionnaires du gouvernement.

Sous la dynastie Song, les autorités ont introduit la notation anonyme, identifiant les candidats par un numéro plutôt que par leur nom, afin d’éviter les préjugés et la corruption.

Le système des examens civils était donc un important vecteur de mobilité sociale dans la Chine impériale. La réussite à l’examen dépendait des capacités de chacun plutôt que de sa position sociale. Ce système fondé sur le mérite est conforme aux enseignements de Confucius sur le comportement, les rituels, les convenances et les relations appropriées. Il incitait les hommes de tous niveaux à s’instruire, car les candidats qui réussissaient pouvaient non seulement porter la robe d’érudit, mais aussi bénéficier de certains avantages fiscaux et être dispensés de châtiments corporels pour certaines infractions.

Le passé et le présent des examens impériaux en Chine
Un document énumérant les érudits ayant obtenu les meilleurs résultats aux examens impériaux de 1844. (Image : wikimedia / Domaine publique)

« L’une des contributions les plus importantes de la Chine »

Confucius, comme les philosophes grecs Socrate et Platon, privilégiait la sagesse et la vertu plutôt que les connaissances et les compétences sophistiquées. Une tradition que l’examen impérial visait également à préserver.

Mais lorsque la Chine est entrée dans l’ère moderne, l’accent mis sur les enseignements de Confucius et le raffinement spirituel a été critiqué, d’autant plus que le gouvernement impérial s’affaiblissait en raison de la corruption et de l’occupation étrangère. Des efforts ont été déployés pour introduire de nouvelles formes d’apprentissage, mais le processus était loin d’être fluide.

En 1904, le système d’examen impérial a officiellement pris fin et, moins d’une décennie plus tard, le régime impérial s’est éteint.

Le passé et le présent des examens impériaux en Chine
Une photographie prise en 1899 par John Clark Ridpath montre une salle d’examen impériale à Pékin. (Image : John Clark Ridpath/Philadelphie : Peoples Publishing Co./ Domaine public)

Mais, bien que plus d’un siècle se soit écoulé, l’importance du système d’examen chinois reste profonde. Il a non seulement influencé les pays voisins comme la Corée, le Japon et le Vietnam, mais aussi l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne : alors que l’Occident introduisait une éducation universelle standardisée.

Le professeur Edward Kracke, sinologue, a noté que « l’une des contributions les plus significatives de la Chine au monde a été la création de son système d’administration de la fonction publique, et des examens qui, de 622 à 1905, ont servi de noyau à ce système ».

Dès le début du XVIIe siècle, Matteo Ricci, un missionnaire italien en Chine, rapportait avec éloge dans son journal « les progrès que les Chinois ont réalisés en littérature et en sciences, et la nature des diplômes académiques qu’ils ont l’habitude de conférer ».

Le penseur français Voltaire a fait une observation similaire au milieu du XVIIe siècle : « L’esprit humain ne peut certainement pas imaginer un meilleur gouvernement que celui-là, où tout doit être décidé par les grands tribunaux, subordonnés les uns aux autres, dont les membres ne sont reçus qu’après plusieurs examens sévères. Tout en Chine se règle par ces tribunaux ».

La tournure communiste

Même après la fin de la dynastie Qing (1644-1911), la République de Chine a continué à souligner l’importance de l’éducation. Dans ses commentaires sur la Constitution des cinq pouvoirs, le fondateur de la République, le Dr Sun Yat-sen, a noté : « Actuellement, l’examen de la fonction publique dans les nations [occidentales] est largement copié sur l’Angleterre. Mais lorsque nous remontons plus loin dans l’histoire, nous découvrons que la fonction publique anglaise a été copiée sur la Chine. Nous avons de très bonnes raisons de croire que le système d’examen chinois était le plus ancien et le plus élaboré au monde ».

Malheureusement, ce n’est plus le cas pour la Chine moderne

La République de Chine a été vaincue en Chine continentale par les rebelles communistes, qui ont fondé un État totalitaire sous Mao Zedong. Après une interruption de 10 ans, due au chaos de la Révolution culturelle, l’examen national d’entrée au collège, ou Gaokao (高考), a été relancé en 1977. Il a effectivement remplacé le système d’examen impérial d’autrefois.

Mais au lieu d’être testés, selon les normes et les valeurs culturelles traditionnelles chinoises, ceux qui se présentent au Gaokao doivent maîtriser le marxisme, le maoïsme et d’autres doctrines du Parti communiste chinois (PCC).

Le passé et le présent des examens impériaux en Chine
L’idéologie communiste imprègne le système éducatif chinois, remplaçant la philosophie traditionnelle confucéenne mise en avant dans les anciens examens impériaux. Les étudiants lèvent souvent le poing en guise de vœu d’obéir au règlement de l’examen gaokao avant de passer l’examen d’entrée à l’université de Chine. (Image : Locies / Pixabay)

Aujourd’hui, chaque école ou collège en Chine est en fait dirigé par le secrétaire du Parti communiste, et non par le président spécifique.

Et malgré l’importance accordée à l’éducation par les anciens chinois, la Chine d’aujourd’hui dépense moins pour l’éducation que la plupart des pays en développement. Seuls 2,4 % du PNB chinois sont consacrés aux écoles, contre 6,7 % aux États-Unis et 7 % à Taïwan. Même l’Inde, dont le PIB représente environ un sixième de celui de la Chine, dépense davantage pour l’éducation.

Selon une étude, la Chine se classe 99ème sur 130 pays pour les dépenses d’éducation par habitant. Un site web de Chine continentale admet que « le nombre total d’analphabètes en Chine atteint encore 85 millions, ce qui est presque égal à la population totale de l’Allemagne ».

De la culture à la corruption

La devise de la prestigieuse université Qinghua de Pékin se résume désormais à « autodiscipline et engagement social », mais le langage de « l’esprit indépendant et de la liberté de conscience » a été supprimé lorsque le PCC est arrivé au pouvoir.

Le passé et le présent des examens impériaux en Chine
Des policiers armés patrouillent souvent à la porte d’un lycée alors que des étudiants passent l’examen d’entrée à l’université de Chine, ou « gaokao ». (Image : Gaston Laborde / Pixabay)

Beaucoup ont fait valoir que la Chine communiste pourrait mieux servir son peuple si elle dépensait plus d’argent dans les vraies disciplines universitaires, au lieu d’avoir des centaines d’écoles du Parti communiste à tous les niveaux du gouvernement. Statistiquement parlant, plus de diplômés de ces établissements ont ensuite été poursuivis pour divers délits que n’importe quel autre établissement universitaire en Chine.

Comme le dit une plaisanterie populaire chinoise sur ces écoles du Parti communiste : « la moitié des étudiants arrêteront l’autre moitié dans le futur ».

La doctrine marxiste-léniniste du PCC est officiellement athée et rejette les anciennes croyances chinoises en matière de rétribution et de justice divines. Dès leur plus jeune âge, les étudiants sont inculqués de la doctrine de la lutte des classes du Parti, focalisant leur esprit sur le pouvoir et le profit, les exigences traditionnelles de culture spirituelle et d’excellence culturelle ont été oubliées.

Article adapté de la vidéo originale d’Erping Zhang

Rédacteur Charlotte Clémence

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.