Press "Enter" to skip to content

Histoire. Une histoire d’emprunt étonnante entre un érudit et un futur général sous la dynastie Sui 

CHINE ANCIENNE > Histoire

Les Chinois croient qu’il existe des destins dans l’univers. L’expérience étonnante d’un érudit de la dynastie Sui (581-618) qui a emprunté de l’argent à travers deux dynasties nous l’a montré.

L’étrange rencontre entre un érudit et un gardien de trésor

À la fin de la dynastie Sui, un érudit à Taiyuan, issu d’une famille pauvre, était obligé de donner des cours pour gagner de l’argent et subvenir aux besoins de sa famille.

Il habitait à proximité d’un entrepôt officiel. Un jour, il s’est infiltré dans l’entrepôt qui contenait des dizaines de milliers de guan (un guan égale à une chaîne de 1000 pièces d’argent rondes en cuivre), et il n’a pu s’empêcher d’en prendre un peu. À ce moment-là, un homme à l’armure dorée et une arme à la main est soudainement apparu et lui a dit : « Si tu veux de l’argent, tu peux aller voir Monsieur Yuchi Jingde et lui demander une autorisation écrite, parce que c’est son argent. »

L’érudit est parti à la recherche de Yuchi Jingde, mais en vain. Un jour, il se rendit dans un atelier où l’on fabriquait du fer, car il avait appris qu’un forgeron de l’atelier s’appelait Yuchi Jingde. À ce moment-là, Yuchi était en train de forger le fer, torse nu, les cheveux en bataille.

L’érudit a attendu qu’il se repose pour lui parler de l’autorisation. Confus, Yuchi lui a demandé : « Pourquoi faites-vous cela ? » L’érudit : « Parce que ma famille est très pauvre et que vous êtes très riche, j’ai besoin de 500 guan d’argent et je me demandais si vous pouviez me les donner ? »

Yuchi lui répondit en colère : « Je ne suis qu’un simple forgeron, comment puis-je être riche ? Vous m’insultez ?! »

L’érudit lui dit : « Si vous avez pitié de moi, écrivez-moi juste ce mot. Plus tard, vous saurez ce qui se passe. »

Comme l’érudit était très sérieux, Yuchi n’a pas eu d’autre choix que de le laisser partir avec un mot : « Je donne à Monsieur X 500 guan aujourd’hui. » Il a également écrit l’année, le mois, le jour et l’heure, et a signé son nom.

L’autorisation de Yuchi en poche, l’érudit est parti en remerciant le forgeron. Yuchi et ses apprentis le trouvaient ridicule et se moquaient.

L’érudit retourna au trésor avec le billet et rencontra de nouveau l’homme à l’armure d’or. L’érudit lui a présenté le billet et l’homme à l’armure d’or a dit avec un sourire : « C’est le bon document ! ». Il a demandé à l’érudit d’attacher le billet sur la poutre avant de le laisser prendre les 500 Guan.

La découverte étonnante de Yuchi Jingde, futur général de l’empereur Tang Taizong

Plus tard, Yuchi Jingde, qui avait servi l’empereur Taizong de la dynastie Tang (618–690 - 705–907), a accompli un grand exploit. A sa retraite, l’empereur lui a octroyé beaucoup d’argent, ainsi qu’un entrepôt rempli de trésors, près de chez lui.

Lorsque Yuchi Jingde ouvrit l’entrepôt pour faire l’inventaire, il a constaté qu’il manquait 500 Guan. Alors qu’il était sur le point de punir le trésorier, Yuchi a soudainement aperçu une note attachée sur la poutre. En regardant de plus près, il s’est rendu compte qu’il s’agissait du mot qu’il avait écrit à l’érudit lorsqu’il était encore un forgeron.

Cette expérience incroyable a laissé Yuchi dans l’émerveillement pendant des jours. Yuchi a envoyé quelqu’un chercher l’érudit. A leur retrouvailles, l’érudit lui a raconté ce qui s’était passé avant leur première rencontre dans l’atelier. Emerveillé, Yuchi l’a bien récompensé. Ensuite, Yuchi a partagé les trésors avec ses anciens amis.

Rédacteur Tchen Sixuan

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.