Suite à la répression, ce pilote a fui la Chine il y a dix ans

Par Vision Times
Le 24/07/2020

Zhang Guoliang  a fui la Chine il y a une décennie mais le souvenir de la répression reste très présent en lui

 

Zhang Guoliang lors d’un vol pour la compagnie Trans State Airlines. (Image : Avec l’aimable autorisation de Zhang Guoliang)
Zhang Guoliang lors d’un vol pour la compagnie Trans State Airlines. (Image : Avec l’aimable autorisation de Zhang Guoliang)
 

Fin 2000, Zhang Guoliang, alors pilote de la compagnie China Southern Airlines, s’est vu retirer son permis de voler - pour des raisons qui n’avaient rien à voir avec ses compétences ou son parcours professionnel.

C’est en raison de sa croyance spirituelle que le jeune aviateur s’est vu confisquer sa licence par un fonctionnaire du Parti communiste chinois affecté à la compagnie aérienne d’État, qui est aujourd’hui la plus grande d’Asie.

Zhang Guoliang était l’un des millions de Chinois à pratiquer le Falun Gong, une méthode traditionnelle chinoise de qigong. Il a été victime de la campagne de répression lancée par le Parti communiste à l’échelle nationale en 1999.

Dans une interview accordée à Vision Times, Zhang Guoliang a décrit les épreuves, notamment le travail forcé et la torture, qu’il a subies tout au long des années 2000, sa fuite en Thaïlande, puis son arrivée dans son nouveau pays, les États-Unis, où il navigue désormais dans le « ciel de la liberté ».

Cependant, pour Zhang Guoliang - qui porte maintenant le nom de John - l’expérience de la persécution reste un chapitre douloureux de sa vie, qu’il ne peut pas complètement oublier.

 

Zhang a travaillé comme pilote pour la compagnie China Southern Air, dans les années 1990. (Image : Avec l’aimable autorisation de Zhang Guoliang)
Zhang a travaillé comme pilote pour la compagnie China Southern Air, dans les années 1990. (Image : Avec l’aimable autorisation de Zhang Guoliang)
 

« J’ai perdu le contact avec tous mes amis en Chine continentale », a déclaré Zhang Guoliang, expliquant comment, pour rester dans la clandestinité, les groupes persécutés en Chine doivent fréquemment changer de résidence et de numéro de téléphone.

« En plus, aujourd’hui, les gens que je connais à Hong Kong, les pratiquants de Falun Gong là-bas, sont tous confrontés à une persécution imminente par le parti communiste ».

Le 1er juillet, les autorités chinoises ont mis en œuvre une loi de sécurité draconienne interdisant presque toutes les formes de dissidence dans l’ancienne colonie britannique, mettant ainsi fin à l’autonomie et aux libertés politiques de Hong Kong.

De l’ombre à la lumière

Zhang Guoliang a découvert le Falun Gong au milieu des années 1990, alors que la pratique se répandait dans tout le pays. Mais alors qu’il attribuait aux enseignements du Falun Gong - centrés sur les principes fondamentaux de vérité, compassion et tolérance - le mérite de lui apporter un calme intérieur et une meilleure santé, le PCC a vu dans ce phénomène spirituel populaire une menace pour son pouvoir politique.

 

Les pratiquants de Falun Gong méditant en public à Guangzhou en 1998, avant que la pratique spirituelle ne soit interdite par le Parti communiste en 1999. De tels rassemblements sont maintenant interdits. (Image : Minghui.org)
Les pratiquants de Falun Gong méditant en public à Guangzhou en 1998, avant que la pratique spirituelle ne soit interdite par le Parti communiste en 1999. De tels rassemblements sont maintenant interdits. (Image : Minghui.org)
 

Le Parti communiste a qualifié le Falun Gong de « religion maléfique » et a consacré des ressources publiques, à tous les niveaux, pour éradiquer la pratique. Dans les décennies qui ont suivi, des centaines de milliers de personnes ont été arrêtées et emprisonnées. Beaucoup d’entre elles ont été soumises au travail forcé et à des tortures brutales, jusqu’à y laisser leur vie.

Au cours de ces événements, Zhang Guoliang - qui effectuait principalement des vols intérieurs en Chine continentale et à Hong Kong - a presque immédiatement été soumis à une pression intense. En tant que pilote, il était considéré comme un membre éminent de la société, mais cela allait bientôt changer.

« En Chine, les aviateurs sont soumis à une réglementation assez stricte », a-t-il déclaré. « Après août 2000, je n’ai plus jamais volé (avant de quitter la Chine). »

Après son interdiction de voler, il a été réaffecté à la blanchisserie par la China Southern. Son salaire a été réduit des deux tiers et on lui a demandé de signer des documents promettant qu’il ne pratiquerait plus jamais le Falun Gong.

Comme des milliers d’autres pratiquants de Falun Gong, Zhang Guoliang s’est opposé à la machine de propagande contrôlée par l’État chinois. Alors qu’il s’efforçait de « clarifier la vérité » sur sa foi, il a été arrêté à plusieurs reprises et condamné à une peine de prison dans l’un des centres de lavage de cerveau les plus utilisés par le régime communiste - où les pratiquants de Falun Gong ont été fréquemment torturés et même tués lors de tentatives pour les faire renoncer à leurs croyances.

« Trois " gardiens "  ont été assignés pour me surveiller jour et nuit », a déclaré Zhang Guoliang, en faisant référence à d’autres prisonniers. « Ils surveillaient tout ce que je faisais, pour s’assurer que je ne pratiquais pas les exercices de méditation ou que je n’étudiais pas les enseignements (du Falun Gong) ».

 

Document d’incarcération du centre de détention du district de Baiyun à Guangzhou, la ville natale de Zhang, située dans le sud de la Chine.(Image : Avec l’aimable autorisation de Zhang Guoliang)
Document d’incarcération du centre de détention du district de Baiyun à Guangzhou, la ville natale de Zhang, située dans le sud de la Chine. (Image : Avec l’aimable autorisation de Zhang Guoliang)
 

Retrouver la liberté

En 2008, après sa libération, il a planifié sa fuite hors de Chine. Il est entré en contact avec un trafiquant impliqué dans la traite d’êtres humains, qui l’a fait entrer clandestinement au Myanmar. Mais les responsables de la sécurité chinoise sont vite venus s’enquérir du fugitif.

« Nous avons appris que le ministère de la Sécurité d’État avait envoyé des agents (au Myanmar]) Ils sont restés à la frontière entre le Myanmar et la Thaïlande, attendant mon arrivée », a-t-il déclaré.

« Le trafiquant était très inquiet et m’a demandé : " Vous voulez toujours continuer à fuir ? ". Après lui avoir dit que je fuyais la persécution, il m’a dit : " Restons ici pour la nuit et je vais y réfléchir ". Mais finalement, les officiers du ministère de la Sécurité de l’État en ont eu assez d’attendre et sont retournés en Chine ».

Après plusieurs autres péripéties - dont une étape du voyage qui l’a conduit à traverser le Mékong pour se rendre dans un marché laotien pendant une heure, tandis que les passeurs se débarrassaient des patrouilles frontalières - Zhang Guoliang est arrivé en Thaïlande. Il y passera les années suivantes, en contact avec d’autres pratiquants de Falun Gong en fuite et en aidant à sensibiliser les gens à la persécution.

 

Des pratiquants de Falun Gong faisant les exercices en Thaïlande. (Image : Minghui)
Des pratiquants de Falun Gong faisant les exercices en Thaïlande. (Image : Minghui)
 

Selon Zhang Guoliang, les pressions diplomatiques exercées sur le PCC ont contribué à réduire la gravité des abus infligés aux pratiquants de Falun Gong et aux autres prisonniers d’opinion. « Dans les premiers jours de la persécution, la police chinoise a été extrêmement brutale. Plus tard, la pression internationale les a forcés à restreindre leurs actions ».

Pendant ce temps, les agents du régime chinois ont menacé sa femme qui ne pratiquait pas à l’époque, et ont fait pression sur elle pour qu’elle persuade son mari de rentrer en Chine. Au lieu de cela, elle et leurs enfants l’ont rejoint en Thaïlande.

En 2013, Zhang Guoliang et sa famille ont déménagé aux États-Unis, après avoir demandé l’asile politique. Ayant auparavant obtenu une licence de pilote américain grâce à sa carrière à China Southern, il a pu attester de ses qualifications et trouver un poste à Trans State Airlines. Bien que la compagnie aérienne ait fermé ses portes en raison des pressions exercées par la pandémie de Covid-19, Zhang a de nouvelles offres d’emploi qui l’attendent.

À propos de la situation à Hong Kong, Zhang Guoliang estime que la communauté internationale ne doit pas laisser tomber les habitants de la ville. « Les gouvernements doivent faire davantage pression sur le PCC et sur ses violations des droits de l’homme, sinon la situation va s’aggraver ».


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : He Escaped China Over a Decade Ago, but Memory of Repression Remains Close