Le New York Times toilette son site web

Par Vision Times
Le 27/08/2020
Le New York Times a retiré la propagande chinoise de son site web. (Image : Adam Jones / Flickr / CC BY-SA 2.0)
Le New York Times a retiré la propagande chinoise de son site web. (Image : Adam Jones / FlickrCC BY-SA 2.0)
 

Le New York Times (NYT) a retiré des centaines de publireportages du China Daily, un média soutenu par l’État chinois. Ces reportages faisaient partie de la stratégie de propagande du Parti communiste chinois (PCC). Cette décision fait apparaître la nouvelle politique du quotidien qui consiste à ne plus accepter de publicités provenant de médias soutenus par l’État.

Suppression de la propagande chinoise

Bien que le NYT a publié de nombreux articles exposant les atrocités du gouvernement chinois, il a dans le même temps imprimé plus de 200 articles de propagande chinoise au cours des dix dernières années, dont la plupart tentaient de blanchir les violations des droits de l’homme commises par le parti communiste chinois. Par exemple, une publicité vidéo de propagande publiée dans le New York Times l’année dernière a fait la promotion du tourisme au Xinjiang en présentant le peuple ouïghour persécuté comme étant heureux sous le régime du PCC. La décision du NYT de cesser la publication de telles publicités de propagande intervient alors que l’Amérique se montre de plus en plus méfiante à l’égard de l’influence croissante du PCC dans le pays et qu’elle s’efforce de repousser ses efforts d’infiltration.

Le représentant américain Jim Banks, qui fait partie de la « China Task Force » mise en place par le Congrès pour contrer la propagande chinoise, a salué la décision du NYT de mettre fin à ses relations avec le China Daily, soutenu par Pékin. « Le New York Times a fait d’excellents reportages détaillés sur les atrocités constantes du Parti communiste dans le Xinjiang et dans le monde entier... Ces reportages ont finalement eu un effet - au New York Times - qui ne soutient plus la dissimulation de la barbarie du PCC. J’espère que d’ autres médias suivront cet exemple et feront passer les valeurs américaines avant les pots-de-vin communistes », a-t-il déclaré, comme le rapporte Free Beacon.

En juin, dans une série de documents provenant du China Daily, le ministère de la justice a découvert l’ampleur des investissements du PCC dans les médias américains. Les documents ont révélé que China Daily avait dépensé environ 19 millions de dollars US au cours des quatre dernières années dans plusieurs médias américains pour publier leur propagande.

 

Le Washington Post n’a publié aucun article du China Daily depuis 2019. (Image : Paulo O / Flickr / CC BY 2.0)
Le Washington Post n’a publié aucun article du China Daily depuis 2019. (Image : Paulo O / FlickrCC BY 2.0)
 

Environ 6 millions de dollars US ont été versés au Wall Street Journal et 4,6 millions de dollars US au Washington Post. Le département de la politique étrangère a reçu 240 000 dollars, CQ-Roll Call 76 000 dollars, le New York Times 50 000 dollars et le Des Moines Register 34 600 dollars. D’autres organes de presse tels que le Los Angeles Times, le Chicago Tribune, le Boston Globe, le Seattle Times et le Houston Chronicle ont également accepté de l’argent du China Daily en échange de la publication de leur propagande.

Un porte-parole du Washington Post a révélé que la société n’a publié aucun article du China Daily depuis l’année dernière. Cependant, la personne n’a pas précisé si le Washington Post avait officiellement mis fin à ses relations avec le média chinois. En avril, le journal britannique The Daily Telegraph a également cessé de publier des articles provenant d’une entité soutenue par le PCC. Plus encore, les articles qui étaient déjà publiés sur leur site web ont été effacés.

Interdiction des journalistes chinois

En mai, le gouvernement américain a réduit la durée de validité des visas de journalistes chinois à un maximum de 90 jours. De nombreux journalistes chinois travaillant aux États-Unis ont demandé le renouvellement de leur visa. Cependant, l’administration n’a pas répondu de quelque manière que ce soit à ces demandes, ce qui laisse penser à beaucoup que le gouvernement pourrait envisager d’interdire totalement les journalistes chinois.

 

Les États-Unis limitent les visas pour les journalistes chinois. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Les États-Unis limitent les visas pour les journalistes chinois. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Au total, 40 journalistes chinois attendent le renouvellement de leur permis de travail de 90 jours. Pékin a menacé les États-Unis de représailles si les visas ne sont pas renouvelés. Hu Xijin, le rédacteur en chef du journal d’État Global Times, a averti que les journalistes américains travaillant à Hong Kong seraient pris pour cible. Selon Ross Feingold, un analyste politique basé à Taipei, l’Amérique a été offensée par les nombreuses restrictions imposées aux journalistes américains travaillant en Chine. L’administration Trump semble donc avoir décidé de rendre la pareille en imposant des restrictions et éventuellement des interdictions aux reporters chinois travaillant en Amérique.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : The New York Times Removes Chinese Propaganda From Its Website