Covid-19 : le directeur du plus grand hôpital de Wuhan décède

Par Vision Times
Le 23/02/2020
La Chine a signalé 1 886 nouveaux cas de COVID-19 et 98 décès supplémentaires dans sa mise à jour quotidienne sur l’épidémie le 18 février, ce qui porte le nombre de décès en Chine continentale à 1 868, avec 72 436 cas confirmés. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La Chine a signalé 1 886 nouveaux cas de Covid-19 et 98 décès supplémentaires dans sa mise à jour quotidienne sur l’épidémie le 18 février, ce qui porte le nombre de décès en Chine continentale à 1 868, avec 72 436 cas confirmés. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Ce que nous savons

La Chine a signalé 1 886 nouveaux cas de Covid-19 et 98 décès supplémentaires dans sa mise à jour quotidienne sur l’épidémie le 18 février, portant le nombre de décès en Chine continentale à 1 868, avec 72 436 cas confirmés. L’écrasante majorité d’entre eux ont été enregistrés dans la province du Hubei.

Singapore Airlines a temporairement suspendu certains services sur les principales lignes aériennes du monde, y compris New York et Londres, en raison d’une faible demande.

Le temps nécessaire à l’analyse des acides nucléiques pour le nouveau coronavirus a été considérablement réduit – de deux jours à seulement quatre à six heures, selon un communiqué de presse du ministère chinois des affaires étrangères.

Le ministère japonais de la santé a indiqué que 542 personnes à bord du navire de croisière Diamond Princess, mis en quarantaine au large des côtes de Yokohama, ont été testées positives.

Le directeur d’un hôpital de Wuhan meurt du virus

Un neurologue respecté, directeur de l’hôpital de Wuchang à Wuhan est décédé le 18 février, après avoir contracté le COVID-19, malgré un « sauvetage au prix de tous les efforts », selon la commission municipale de la santé de Wuhan. Liu Zhiming, 51 ans, est devenu la victime la plus marquante de l’épidémie, qui fait suite à la mort la semaine dernière, de Liu Fan, une infirmière au sein du même hôpital. Au total, huit agents de santé de première ligne sont morts, tandis que pas moins de 3 000 personnes ont été infectées par le coronavirus.

 

Un neurologue respecté, directeur de l’hôpital Wuchang à Wuhan, est mort le 18 février après avoir contracté le Covid-19. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Un neurologue respecté, directeur de l’hôpital Wuchang à Wuhan, est mort le 18 février après avoir contracté le Covid-19. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Selon une étude chinoise, les personnes de 60 ans et plus sont les plus exposées

Le Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies a publié le 17 février une vaste étude sur l’épidémie de COVID-19 dans le continent, qui a infecté plus de 72 000 personnes et en a tué plus de 1 800.

Le rapport a examiné 72 314 dossiers de patients uniques, dont 44 672 cas confirmés au 11 février. Il a constaté qu’environ 81 % des cas confirmés étaient dits légers, 13,8 % graves et 4,7 % critiques, tandis que les informations sur le reste étaient manquantes.

Il a également suggéré que les personnes âgées de 60 ans et plus étaient les plus à risque, sur la base du taux de mortalité déclaré – calculé en divisant le nombre total de décès par le nombre total de cas. Parmi les cas examinés, environ 14,8 % des personnes âgées de 80 ans et plus sont décédées.

Le taux global de mortalité dans l’étude était de 2,3 %. L’étude a également noté que près de la moitié (49 %) des personnes qui étaient dans un état critique sont décédées. Les maladies existantes sous-jacentes, telles que les maladies cardiovasculaires, augmentaient le risque de décès, selon le rapport.

Que se passe-t-il sur les bateaux de croisière ?

Le Covid-19 s’est propagée au-delà de la Chine continentale vers des pays du monde entier et il est maintenant confirmé que deux navires de croisière ont été touchés.

Le Diamond Princess a été mis en quarantaine dans le port japonais de Yokohama le 3 février, après qu’un homme de Hong Kong ait été testé positif. Quelque 542 des 3 700 personnes à bord ont depuis été infectées.

Les États-Unis ont commencé à évacuer leurs citoyens du navire et, le 18 février, la Corée du Sud a rejoint la liste des pays et territoires qui prévoient également de faire sortir leurs résidents, cette liste comprend également le Canada, l’Australie, le Royaume-Uni, l’Israël et Hong Kong.

 

Parmi les plus de 300 ressortissants américains et les membres de leur famille immédiate, évacués d’un navire de croisière en quarantaine près de Tokyo, 14 ont maintenant été testés positifs au coronavirus. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Parmi les plus de 300 ressortissants américains et les membres de leur famille immédiate, évacués d’un navire de croisière en quarantaine près de Tokyo, 14 ont maintenant été testés positifs au coronavirus. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Un deuxième navire, le MS Westerdam, a été refusé par plusieurs ports d’Asie par crainte qu’il ne soit porteur du virus. Il a finalement été autorisé à accoster à Sihanoukville, au Cambodge, après qu’aucun cas n’ait été trouvé à bord. Les passagers qui débarquaient ont été accueillis personnellement par le Premier ministre Hun Sen. Personne n’a été mis en quarantaine.

Cependant, quelques jours plus tard, une femme qui avait été à bord du navire a été testée positive après son arrivée en Malaisie. D’énormes efforts sont maintenant déployés pour retrouver les passagers qui sont partis vers de nombreux pays différents, notamment la Malaisie et la Thaïlande, mais aussi plus loin, aux États-Unis et au Canada. Plusieurs pays ont déclaré qu’ils n’accepteraient pas de visiteurs étrangers qui se trouvaient sur le navire.

Il y reste encore 255 passagers et 747 membres d’équipage à bord du MS Westerdam, alors que plus de 400 passagers ont déjà été envoyés dans un hôtel de la capitale, Phnom Penh, pour attendre les résultats des tests.

Le ministre français de la santé met en garde contre une éventuelle pandémie

Alors que le nombre de cas de Covid-19 en dehors de la Chine continentale continue d’augmenter, le ministre français de la santé Olivier Véran a averti le 18 février d’une éventuelle pandémie de coronavirus. Alors qu’une épidémie est généralement limitée à une région particulière, une pandémie peut toucher des pays du monde entier.

« C’est à la fois une hypothèse qui s’impose et un risque plausible », a déclaré M. Véran dans une interview accordée à France Inter. Monsieur Véran a ajouté que les autorités surveillaient également l’évolution de la situation au Japon, où le nombre de cas de coronavirus est passé de 33 le 13 février à 69 le 18 février. L’augmentation significative des infections a incité un haut responsable japonais à reconnaître que le virus est entré dans une « nouvelle phase » de transmission locale.

M. Véran a cherché à apaiser la crainte que la France ne soit pas suffisamment préparée à un scénario similaire, même si certains analystes ont averti que les systèmes de santé européens, déjà surchargés, pourraient être submergés par d’importantes concentrations du virus.

 

Le ministre français de la santé, Olivier Veran, a déclaré le 18 février qu’il existe un «risque plausible» que l’épidémie de coronavirus se transforme en pandémie. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le ministre français de la santé, Olivier Veran, a déclaré le 18 février qu’il existe un «risque plausible» que l’épidémie de coronavirus se transforme en pandémie. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Moody’s annonce un ralentissement de la croissance économique dans toute la région Asie-Pacifique

Le service des investisseurs de Moody’s a déclaré le 18 février que l’épidémie de coronavirus s’ajoutait à d’autres pressions pesant sur la croissance en Asie-Pacifique. L’impact de la maladie se fera sentir principalement par le biais du commerce et du tourisme, a déclaré la firme, ajoutant que pour certains secteurs, il y aurait également des perturbations dans la chaîne d’approvisionnement.

« Ce choc fait suite à un ralentissement marqué en 2019, alors que la région est touchée par la décélération du commerce mondial », a déclaré Moody’s dans un communiqué.

L’entreprise a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour la Chine de 5,8 à 5,2 % pour 2020, ce qui refléterait « un impact économique grave mais de courte durée, avec des répercussions sur les économies de la région ». Il a ajouté que la baisse de la demande d’importations chinoises serait la principale raison du ralentissement de la croissance. Selon Moody’s, Macao et Hong Kong devraient être les plus touchés étant donné leur étroite intégration économique avec la Chine.
 


Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : COVID-19 Update: Infections Mount as Director of Wuhan Hospital Dies