Pierre-Yves Bournazel en tournée dans le 13ème arrondissement de Paris

Par Vision Times
Le 21/10/2019


Pierre-Yves Bournazel en tournée dans le 13ème arrondissement de Paris
Pierre-Yves Bournazel (au centre), candidat à la Mairie de Paris en 2020, Edith Gallois (à droite), élue du 13ème, et Bernard Sok (à gauche), Président de l’Association pour favoriser les échanges culturels entre la France et la Chine, participent à la réunion publique le 18 octobre 2019 dans la salle des fêtes de l’Amicale des Teochew en France dans le 13ème arrondissement à Paris. (Photo : Vision Times) 
 

Le candidat à la Mairie de Paris en 2020, Pierre-Yves Bournazel, accompagné d’Edith Gallois, élue du 13ème et conseillère de Paris, est venu vendredi 18 octobre dans le quartier asiatique pour rencontrer les représentants des associations et des habitants, et partager avec eux son projet pour Paris.

Bernard Sok, Président de l’Association pour favoriser les échanges culturels entre la France et la Chine (AFECFC) et du Comité de soutien Paris13ème à Pierre-Yves Bournazel Candidat à la Mairie de Paris 2020, a accueilli les participants dans la salle des fêtes de l’Amicale des Teochew en France (Chinois des pays ex-Indochine : Laos, Cambodge, Vietnam) et a affirmé son réel soutien à Pierre-Yves Bournazel et Edith Gallois.

«La communauté asiatique en France est une communauté qui s’est formée par vagues successives de migrants venus à différentes époques et pour des raisons diverses», a rappelé Jacques Hua, représentant du premier vice-président de l’Amicale des Teochew en France. «Les asiatiques en France viennent de Chine, du Cambodge, du Laos, du Vietnam et de la Thaïlande» a-t-il poursuivi. Il s’agit d’une intégration «remarquable» de cette communauté à la population française, car elle est «basée sur les valeurs de l’école et du travail», a souligné Jacques Hua. 

Depuis plusieurs années, «nous notons une montée galopante de l’insécurité au sein du Chinatown parisien du 13ème arrondissement», a déclaré Serge Sciboz, conseiller de l’AFECFC, chargé de la Commission de sécurité. Pour lui «le plus inquiétant reste l’augmentation significative des vols avec violence perpétrés à des heures tardives, à l’encontre des commerçants d’origine asiatiques». Jacques Hua a également exprimé sa préoccupation concernant les agressions racistes. «On agresse des gens parce qu’ils sont asiatiques» a-t-il relevé en soulignant que la majorité des victimes de ces agressions sont les femmes asiatiques.

Améliorer ce qui n’a pas fonctionné

«Je suis un parisien venu de Corrèze» s’est présenté Pierre-Yves Bournazel, 42 ans, élu du 18ème arrondissement depuis onze ans. «J’aime Paris, ville où tout est possible» a-t-il continué en évoquant la diversité de Paris au niveau social, générationnel ou de la diversité des origines.

En tant que candidat à la Mairie de Paris pour 2020, depuis deux ans il a monté des groupes de travail avec plus de 300 personnes rassemblant les citoyens, les experts, les associatifs, les entrepreneurs, les personnes des horizons politiques divers. Il a confirmé qu’il reste ouvert aux «gens qui ont envie de produire et de construire un projet pour Paris».

Dans sa démarche Pierre-Yves Bournazel a évoqué «la liberté de ton et d’esprit pour construire un projet: si elle est bonne, elle doit produire les résultats au service des parisiens», que ce soit pour la formation et les emplois des jeunes, la qualité alimentaire des cantines, la propreté de la voirie ou encore la sécurité des parisiens.

Il s’est dit «déterminé» à améliorer «ce qui n’a pas fonctionné sous Anne Hidalgo et a même parfois dysfonctionné». Il a souligné que la qualité de vie à Paris s’est fortement dégradée depuis ces dernières années et qu’il  faut trouver des «solutions opérationnelles».

Combattre l’insécurité

En matière de sécurité publique, M.Bournazel a rappelé qu’aujourd’hui c’est l’Etat qui s’occupe essentiellement de la sécurité. Pour assurer la tranquillité et la sécurité des parisiens il propose de créer une police municipale à pied, à vélo et équestre. Il s’agit d’une police municipale en charge essentiellement de la prévention en lien direct avec les commerçants, les associations… Cette police sera «visible, réactive et dissuasive», a souligné M.Bournazel. C’est l’une des mesures phare du projet pour Paris de Pierre-Yves Bournazel.

A partir d’un «maillage» avec la vidéo dans tous les quartiers de Paris, les «incivilités» et la «petite délinquance» permettront de mieux identifier les problèmes qui affectent l’espace public et d’y répondre efficacement, selon M.Bournazel. Cette police municipale sous la direction de la Mairie de Paris, sera aussi en charge de sanctions, avec à la clé, des travaux d’intérêt général selon l’idée de M.Bournazel «tu casses, tu répares», l’objectif étant de lutter contre la récidive.

D’autres engagements du programme du candidat à la Mairie de Paris ont été passés en revue durant la réunion, comme l’accès aux logements pour les classes moyennes, l’amélioration des équipements municipaux pour mieux les adapter au rythme de vie des parisiens, la propreté de la voirie ou la réorganisation des travaux étayée de propositions concrètes.


Pierre-Yves Bournazel et Edith Gallois entourés de tous les participants à la réunion d'échange sur son projet dans le 13ème le 18 octobre 2019 à Paris. (Photo : Vision Times)
Pierre-Yves Bournazel et Edith Gallois entourés de tous les participants à la réunion d'échange sur son projet dans le 13ème le 18 octobre 2019 à Paris. (Photo : Vision Times)
 

Voirie plus propre et fin des travaux désorganisés

Pour permettre «aux parisiens et parisiennes de vivre dans de bonnes conditions», M.Bournzel s’engage à veiller à la propreté des rues, d’autant plus que l’état des rues s’est dégradé, selon lui. «Nous allons confier la compétence du nettoiement des rues à la mairie centrale», tandis que «le matériel et le personnel en charge du nettoiement»  seront pilotés par le maire de l’arrondissement plus près du terrain. La collecte des ordures ménagères de Paris sera privatisée, ainsi les effectifs municipaux pourront être pleinement déployés au service du nettoiement des rues.

Sur le volet de la gestion des travaux à Paris, «Cette ville n’est plus tenue!» s’est exclamé M.Bournazel. Selon lui, aujourd’hui on donne des autorisations pour les travaux, mais on ne les organise pas. «Comme Maire de Paris, j’assumerai avec mon adjoint en charge de la voirie l’organisation totale des travaux à Paris », de façon à ne pas nuire aux commerçants ni aux piétons.


Pierre-Yves Bournazel va à la rencontre des habitants du quartier asiatique le 18 octobre 2019 à Paris. (Photo: Vision Times)
Pierre-Yves Bournazel et Edith Gallois vont à la rencontre des habitants du quartier asiatique le 18 octobre 2019 à Paris. (Photo : Vision Times)
 

Pierre-Yves Bournazel a insisté sur la légitimité de sa démarche en tant que candidat à la Mairie de Paris. «Nous sommes ancrés sur Paris, nous connaissons profondément cette ville, ses quartiers et ses habitants», rappelant qu’Edith Gallois connaît son arrondissement depuis des années.

Il est auteur d’un livre intitulé «Revoir Paris» où il donne sa vision de la ville et propose des solutions. «Je suis le seul candidat à produire un livre qui ne parle que de Paris», a-t-il indiqué.

«Nous avons un projet pour Paris!» a-t-il confié. «Ce n’est pas qu’un casting pour le Maire de Paris, ce n’est pas qu’un fauteuil, c’est surtout un projet» a conclu le candidat M. Bournazel.

Pierre-Yves Bournazel s’est déclaré «libre» et a décidé de ne pas passer par la commission d’investiture.